Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie
Pierre Lemaître - La robe de marié
Eric Dupond-Moretti - Directs du droit

Dan Millman - Le guerrier pacifique
 

8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 10:11


Dans le film "La légende de Suriyothai", on peut observer les ravages causés par la petite vérole. Nous sommes au XVIe siècle et rien ne peut venir en aide aux malades...

La petite vérole n'est pas une maladie vénérienne, mais une maladie virale mieux connue sous le nom de variole. Cette qualification de "petite vérole" fait référence à l'apparition de pustules sur la peau lorsque la maladie se déclare. Par ailleurs, c'est une "petite" vérole, la "grande" vérole étant ni plus ni moins que la syphilis qui elle, pour le coup, est bien une maladie vénérienne.

Je vous épargnerai les photos des malades, c'est moche, les peaux sont pleines de vésicules, les malades souffrent (fièvre, système respiratoire fortement perturbé, inflammation cutanée...). La maladie tue 1/4 des malades, laissant les survivants défigurés pour le reste de leur vie (la peau reste grêlée).

Je vous vois déjà paniquer et vous jeter sur votre carnet de santé pour vérifier vos vaccins : dormez tranquilles, braves gens, la maladie est éradiquée depuis 1980 ! Mais alors, pourquoi venir vous embêter avec cette saloperie puisqu'elle ne concerne plus personne ? Et bien, au fil de mes lectures, j'ai découvert que la dernière épidémie de variole en France était particulièrement intéressante... Voyez plutôt !

Nous sommes à la fin de l'année 1954. Blessé en Indochine, le sergent Debuigny, "para", est rapatrié en France pour y être soigné. Il rapporte dans ses bagages quelques vêtements de soie pour sa famille, un "souvenir". Problème... les soieries sont infectées par le virus de la variole. Rapidement, l'hôpital de Vannes, ville où est installée la famille du militaire, voit arriver des malades suspects. Un... trois... cinq... douze ! C'est une épidémie !

Le 1er janvier 1955, le ministère de la santé est informé de ces cas suspects. Le 2 janvier au matin, l'épidémie de variole est fortement suspectée par les médecins, appuyés dans leurs conclusions par un médecin de l'armée coloniale française. Le 4 janvier, l'Institut Pasteur confirme que le virus de la variole était bien à l'origine de l'épidémie.

  

 
Campagne de vaccination à Vannes en 1955 Campagne de vaccination à Vannes en 1955
 

 

Pendant les 10 jours qui suivent, une campagne de vaccination obligatoire est organisée dans le ressort de l'hôpital de Vannes : il faut dire que l'épidémie touche déjà plus de cinquante personnes et a provoqué la mort de neuf malades.

La ville devient "dangereuse" : les réunions publiques sont annulées, les médias s'en donnent à coeur joie contre Vannes la pestiférée. La maladie est combattue efficacement et l'épidémie est vaincue. Néanmoins, le bilan est lourd : 73 personnes ont été contaminées, 16 personnes sont décédées.

Ultime coup de la petite vérole en France : le directeur départemental de la santé du Morbihan, le Docteur Guy Grosse, très impliqué dans la lutte contre l'épidémie, est lui-même emporté par la maladie le 24 janvier 1955. Il sera cité, à titre posthume, à l'Ordre de la Nation.

 

 
Portrait du Docteur Guy GrossePortrait du Docteur Guy Grosse 


Les informations sur l'épidémie et les photographies illustrant ce récit sont tirées du site internet de l'hôpital Charcot de Caudan.
nti_bug_fck
Publié par comprendre - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

D&D 10/03/2008 05:00

Brrrr...Je sens qu'il va me stresser ce film...Je ne connaissais pas cette histoire de 1954 que tu relates...Brrrr...C'est fini, hein, c'est sûr ?Tu me diras : nous avons d'autres joyeusetés pour nous distraire...

Monazimba 08/03/2008 17:33

Hello Comprendre, je viens te souhaiter un très beau week end pour toi aussi, c'est pas encore grand beau temps alors je suis restée à Paris et je vais me méler aux touristes pour faire photos. Merci pour tes visites que j'aprécie beaucoup, c'est tellement toujours pas évident de naviguer chez bloguez!!!Bisous, Mona

Psykotronik 08/03/2008 16:06

Dommage que tu n'ai pas mis de photo de gens ayant la variole, ça m'aurait mis en appétit à l'heure de l'apéro entre les cacahuettes et les noix de cajoux ^^ Et pendant ce temps, la tuberculose revient, il faut fêter ça !Pour Ciné FX, j'aimerai avoir le sattelite juste pour avoir cette chaîne ^^ Tout ce que j'adore : les séries-Z bien kitch. Razorback, je ne l'ai pas encore vu... c'est le premier film de Russel Mulcahy, le réalisateur de Highlander. A l'époque Mad Movies avait encencé le film.Pour Carrie, j'aime beaucoup le roman et le film. Je connnaissais l'anecdote comme quoi Stephen King avait jeté l'ébauche du roman à la poubelle (à l'époque où il vivait dans une caravane). Il peut remercier sa femme de l'y en avoir sorti, car c'est Carrie qui lanca sa carrière.Allez, bon week. Psyko

Trazom 08/03/2008 15:23

Encore un article intéressant, merci :-)