Déco...

Recherche

Lecture en cours

 

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?

27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 10:14

Disparitions d'enfants... Attention à la tentation de désigner des coupables !

En France, un enfant de 6 ans a disparu depuis 15 jours : contexte familial compliqué, vérités et contre-vérités sur le jour de la disparition, soupçons et accusations... Bilan, comme pour beaucoup d'autres affaires, l'opinion publique a désigné les parents comme coupables du meurtre et de la dissimulation du corps.

La tentation est grande de hurler avec les loups, de jeter l 'opprobe sur les parents et d'exiger d'eux la vérité, de "nous" rendre le corps du petit supplicié. D'ailleurs, jusqu'à quelles limites sommes nous prêts à aller pour obtenir d'eux des aveux ? Retour aux sombres heures de la question, de l'ordalie et autres révélateurs de vérités plus ou moins... vraies !

Peut-être que les parents sont véritablement coupables dans cette affaire, comme dans celle de "Maddie" la petite britannique qui a disparu au Portugal dans une situation quasi identique il y a un peu plus d'un an, mais c'est une des possibilités parmi des milliers d'autres ! Les apparences de vérité ne constituent pas la vérité. Souvenez-vous de Rashômon.

Les recherches sont interrompues : les services qui mènent les investigations n'ont rien en mains, n'accusent personne (voire disculpent), ne savent plus où aller. Comment le quidam moyen peut-il prétendre déternir la vérité selon sa simple impression, selon ce qu'il en lit dans les journaux ? C'est terrifiant ce manque de recul face à l'information, et ceci est démultiplié dès lors qu'il s'agit d'un enfant. Il y a quelques années, des magistrats dénonçaient même le fait que les viols commis sur les enfants étaient désormais plus lourdement sanctionnés que le meurtre.

Il est donc possible que l'enfant ait pris une place prépondérante dans notre société : avons-nous mauvaise conscience ? Soyons réalistes, qui voudrait avoir 5 ans dans le monde actuel ? Matraquage marketing permanent, culture kleenex, violences physiques et morales à chaque minute du jour, profond délitement des valeurs, destruction méthodique de l'environnement, marchandisation de la pauvreté (subprimes !) voire des hommes eux mêmes (esclavage moderne, exploitations sexuelles...).

Alors, dès que l'occasion se présente, on a envie de mettre un coup de barre "en faveur" des enfants, quelle que soit la vérité d'un dossier : on réclame la mort contre des personnes sans rien connaître des faits, juste parce que la décision serait exemplaire "si".

Voilà pourquoi j'avais envie, aujourd'hui, de dire "prudence", quelles que soient les vérités des affaires "Antoine d'Issoire" et "Maddie" : nous avons légitimement envie de connaître la vérité, mais il ne faut pas pour autant en "inventer" une pour pouvoir exiger des sanctions expiatoires du mal être de notre société.

Pour mémoire, un petit bout de l'article que j'avais publié sur mon ancien blog le 27 décembre 2007. Voir le film pour le dénoument de l'affaire :

Un cri dans la nuit Un cri dans la nuit (A cry in the dark), un film réalisé en 1988 par Fred Schepisi. L'histoire est relativement simple : un couple affirme que son bébé a été enlevé par un chien sauvage, un dingo, lors d'un barbecue nocturne dans l'Australie sauvage. Problème : personne ne les croit et la machine médiaco-judiciaire s'emballe contre eux.

Dans un sens, cette histoire me fait penser à celle des parents de Maddie McCann, la petite britannique qui a disparu en mai au Portugal, qui sont fortement suspectés d'avoir tué leur fille. Il existe beaucoup de similitudes entre les deux "affaires" (puisque un cri dans la nuit est inspiré d'une histoire vraie) : le couple est très croyant, il utilise les médias, les médias se retournent contre eux, l'opinion publique est partagée.

 

Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

D&D 18/10/2008 16:12

Terriblement d'accord avec toi. Et malgré tout ça : bon week-end à toi et à bientôt...

comprendre 22/10/2008 20:31


Toujours pas trouvé le petit dans le puy-de-dôme :( Mais les médias ont lâché le lynchage de la mère, c'est mieux.


plumedoie 03/10/2008 14:30

t'as disparu???tu es pas malade au moins???bisous

comprendre 03/10/2008 20:14


C'est gentil de prendre de mes nouvelles ;) Je manque un peu de temps en ce moment, d'autant plus que je fais des allers-retours à Paris ces jours-ci. D'ailleurs, tu sais quoi ? Le prochain article
sur mon blog sera le 100e !


Psykotronik 02/10/2008 14:43

Toujours aussi intéressants tes articles. Moi aussi je pense qu'on vis vraiment une triste période, et ça se ressent car c'est hallucinant le nombre de dépressifs que je connais...Délivrance, c'est un film à voir, un monument du cinéma. L'extrait que j'ai mis n'est pas représentatif de l'ensemble du film, qui est très dérangeant et malsain.Par rapport aux années 60-70-80 j'avoue que je suis nostalgique car au niveau de la musique ou du cinéma, il y avait une certaine naïveté (sans être de la bêtise) qu'on ne retourve plus aujourd'hui. Et ils savaient raconter des histoires en allant directement à l'essentiel, avec simplicité et sans esbrouffe. Quand on voit les films actuellement, c'est que des effets visuels, c'est creux, vide, sans fond, superficiel. Actuellement que ça soit dans la chanson débile ou prétentieuse, tout est lourd, y a plus aucune légéreté. Le jour où les jeunes comprendront qu'il est plus difficile de faire quelque chose qui a une apparence de simplicité que des effets visuels à la con qui n'ont aucun sens... Et surtout la bêtise et l'inculture ambiante, qui me révolte. Les gens sont vraiment des moutons.Bref, heureusement qu'il y a des gens intelligents comme toi qui savent réflechir.Bonne journée@++Psykotronik

comprendre 03/10/2008 20:23


Gentil comm, mais je n'ai pas non plus un super niveau de réflexion : la preuve, j'apporte rien de constructif pour avancer à la suite de ce constat amer sur notre "culture" actuelle ! Pour ce qui
est du contexte, tu as raison, les gens souffrent énormément de solitude d'après ce que j'en vois. Notre société crève de son individualisme, de son égoisme. Et je pense, au fond de moi, que la
course au fric permanente a généré cet état de fait. Pour délivrance, tu sais, ton extrait fleure quelque chose de malsain, le joueur de banjo est franchement glauque. Pour la simplicité des
oeuvres, et pour le reste d'ailleurs, je te rejoins tout à fait : l'exemple du cinéma est parfait, ça en met plein la gueule au spectateur mais il n'y a rien de rien derrière. D'une certaine
manière, de temps en temps, c'est sympa de rêver devant un film de SF ou une histoire "féérique", mais que ça soit tout le temps et à toutes les sauces, c'est imbuvable.


plumedoie 02/10/2008 11:03

hello ça va mieux je viens te faire un bisou non contagieux!!!

plumedoie 30/09/2008 21:00

Une bronchite...j'aurais pas dû dormir pieds nus!!!Merci de t'inquièter , ça va allerbisous