Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie
Pierre Lemaître - La robe de marié
Eric Dupond-Moretti - Directs du droit

Dan Millman - Le guerrier pacifique
 

1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 19:42

En 2008, la France a réussi à recycler 63% de ses déchets d'emballages ménagers, soit environ 2,9 millions de tonnes. Le chemin est encore long pour parvenir à atteindre 75% de taux de recyclage des emballages ménagers, engagement pris à l'occasion du Grenelle de l'environnement : il faut recycler 500 000 tonnes de plus par an !


Comment fonctionne le recyclage des emballages ménagers ?

En France, la société anonyme Eco-emballages, grâce à un agrément de l'Etat, se place au centre du dispositif de recyclage des déchets d'emballages ménagers.

Les producteurs ou importateurs de produits générant des emballages usagés ont l'obligation de contribuer à l'élimination de ces déchets : chaque année, ils versent donc une contribution à Eco-emballages d'environ 0,006 euros par emballage (423,4 millions d'euros en 2008). Cette contribution, à laquelle s'ajoute le produit de la vente des matériaux recyclés, est reversée presque intégralement (92%) aux collectivités locales ou leurs groupements pour les aider à financer le recyclage et la valorisation des ordures ménagères qu'elles ont collectées.

Ce dispositif de financement du recyclage des déchets d'emballages ménagers permet de couvrir 60% des coûts de gestion de ces déchets. Or, le Grenelle de l'environnement prévoit que, dès 2012, ce seront 80% des coûts qui devront être couverts par ce dispositif. Il va donc falloir collecter plus (volume) et mieux (qualité) pour que les entreprises voient leurs contributions évoluer à la hausse. A ce jour, avec 6,8 d'euros versés par an et par habitant, les entreprises vendant sur le marché français versent l'une des contributions moyennes les plus basses en Europe.

A ce jour, 59,5 millions de Français peuvent participer au tri sélectif. Il leur faut apprendre à trier plus souvent, mais également à mieux trier (23% de rejet en moyenne). N'oublions pas, non plus, notre rôle d'éco-citoyens lors de nos achats : en privilégiant les produits en vrac ou les produits ne sur-consommant pas les emballages (cartons notamment), nous contribuons à diminuer le volume de nos déchets ménagers. Comme le rappelle Bruno Genty, administrateur de France Nature Environnement :  "Trier, c'est bien, mais jeter moins, c'est encore mieux !".

Pour aller plus loin :

- Rapport annuel d'activité 2008 de Eco-emballages
- Le Figaro, 25 juin 2009, "La France s'organise pour trier plus de déchets"
- Site de sensibilisation à la réduction des déchets
- Code de l'environnement, article R543-53 et suivants

Publié par comprendre - dans Divers
commenter cet article

commentaires

D&D 11/08/2009 03:49

Effet de serre ! Effet de serre ! est-ce que j'ai une gue*** d'effet de serre ?Euh...Ouais ben Manoel y pollue quand même moins queeeeeeee queeeeeee... je sais pas moi à la fin, tu m'énerves ! :-)Cela dit, y a pas que le r'n'b qui a donné, donne et donnera dans le fast food, faut avouer... (Sinon "j'ai toujours pas de poil" m'a un peu fait exploser de rire)A + ;-)

comprendre 12/08/2009 01:49


Un réalisateur qui ne sort ses films qu'après sa mort pour profiter d'un buzz est nécessairement un fin stratège ;) On lui pardonnera donc son comportement non écologiste, d'autant plus qu'il y a
eu de bonnes nouvelles aujourd'hui comme celle-là ou en encore celle-là. Pour ce qui est de la vidéo "pas de poil", cette joke est effectivement pedobear approved donc nécessairement second degré ;)


D&D 10/08/2009 01:55

En cas de doute : je suis résolument pour que le marché s'adapte (l'inverse, qui n'a que top sévi, est un non-sens total à mes yeux et une course à/de la mort, même pas rigolote ;-) )Repaissons-nous des biens "immatériels" ! Des films, de la musique, etc...

comprendre 10/08/2009 08:26


Là dedans aussi il faudrait faire le ménage :) Non, je ne parle pas d'Hadopi, je parle juste de la qualité des oeuvres prodruites qui, de plus, génèrent encore pas mal de gaz à effet de serre. Nous
allons tous creuver à cause des artistes "fast food" de r'n'b. Zut quoi :( Pour ce qui est du marché, encore faudrait-il que le consommateur se bouge un peu : nous sommes tellement zombifiés qu'il
nous est impossible de nous monter en une association de consommateurs puissante pour faire entendre "certaines valeurs" et obliger les grands groupes à rationaliser leur production (sur la plan
environnemental mais on pourrait aussi aller du côté sanitaire ou humain). Well, encore beaucoup à faire. Humm... update.


D&D 09/08/2009 04:11

Ah la la... Il faut "jeter moins", aussi oui... Consommer moins, aussi, résolument... Il serait temps... Mais... Mais... C'est que ça va être la crise de la crise :-)))Pour autant : pas trop de poker en ligne ce soir, hein ;-)

comprendre 09/08/2009 11:37


Je ne sais pas trop, D&D, s'il vaut mieux une consommation plus raisonnable et une économie différente (car le marché s'adaptera) ou poursuivre comme on est parti. Mais la question peut se
poser.


Cratès 04/08/2009 11:50

Et oui, quelle contradiction entre un système ou tout repose hélas sur la sur-consommation de gadgets inutiles qui finiront à la poubelle ! il est temps de revivre pour l'essentiel, loin des modes idiotes qui poussent les gens à bosser pour acheter les derniers objets hight tech dont les tenants du système nous font croire que leur possessions sont indispensables , à ne vivre que pour acheter ! C'est aussi un problème de choix de société, pour jeter moins, achetons moins de bétises inutiles ! il y a urgence A l'heure où dans certaines régions on impose des incinérateurs, il y a urgence ! 

comprendre 07/08/2009 00:54


Le monde dans lequel "les modes idiotes qui poussent les gens à bosser pour acheter les derniers objets high tech" s'appelle la société de consommation et tu as parfaitement raison de souligner que
l'achat constitue un fin, un objectif, suggéré à chacun d'entre nous (occidentaux). Dans l'esprit des capitalistes (ce n'est pas un propos communistes, l'entrepreneur est, par nature, un
capitaliste puisque son but est de générer un profit), le profit est l'unique objectif et les préoccupations environnementales, sauf si elles lui sont imposées, n'ont pas de place dans son business
plan. Evidemment, "on donne l'apparence de", mais c'est de la comm. Je suis également d'accord avec ton propos sur les déchets "surabondant" et la peur de la solution "incinérateurs". Bref, je suis
d'accord avec tout ton commentaire... et cela commence à être assez systématique ;)