Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?

1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 13:11

Quand j'ai eu perdu ma pauvre défunte, j'allais dans les champs pour être tout seul ; je tombais au pied d'un arbre, je pleurais, j'appelais le bon Dieu, je lui disais des sottises ; j'aurais voulu être comme les taupes, que je voyais aux branches, qui avaient des vers leur grouillant dans le ventre, crevé, enfin. Et quand je pensais que d'autres, à ce moment-là, étaient avec leurs bonnes petites femmes à les tenir embrassées contre eux, je tapais de grands coups par terre avec mon bâton ; j'étais quasiment fou, que je ne mangeais plus ; l'idée d'aller seulement au café me dégoûtait, vous ne croiriez pas. Eh bien, tout doucement, un jour chassant l'autre, un printemps sur un hiver et un automne par-dessus un été, ça a coulé brin à brin, miette à miette ; ça s'en est allé, c'est parti, c'est descendu, je veux dire, car il vous reste toujours quelque chose au fond, comme qui dirait... un poids, là, sur la poitrine ! Mais, puisque c'est notre sort à tous, on ne doit pas non plus se laisser dépérir, et, parce que d'autres sont morts, vouloir mourir... Il faut vous secouer, monsieur Bovary ; ça se passera ! Venez nous voir ; ma fille pense à vous de temps à autre, savez-vous bien, et elle dit comme ça que vous l'oubliez. Voilà le printemps bientôt ; nous vous ferons tirer un lapin dans la garenne, pour vous dissiper un peu.

 

Gustave FLAUBERT, Madame Bovary (1856), première partie, III


Jean-Louis FORAIN - Le veuf

Jean-Louis FORAIN, Le veuf, huile sur toile, musée d'Orsay (INV 20053)

 

Duran Duran - Perfect Day (3'50)

 

 

 

 

 

 

De belles paroles prononcées par le père d'Emma ROUAULT à l'attention de Charles BOVARY, son futur gendre. Toutefois, ces paroles de réconfort et cette invitation à se ressaisir ont une visée stratégique, celle de rapprocher le médecin de la demoiselle, et font peser un sérieux doute sur l'empathie réelle de cet homme. Paradoxe néanmoins puisque le père ROUAULT était effectivement amoureux de sa femme, conserve une nostalgie de sa vie conjugale, ce qui laisse supposer qu'il livre une histoire véridique, ouvrant son âme au médecin en relatant sa douleur passée, mais avec pour seul but de le manipuler. Une attention très intéressée en somme.

 

Une métaphore du temps qui passe et contribue au deuil, à retenir, probablement : [...] tout doucement, un jour chassant l'autre, un printemps sur un hiver et un automne par-dessus un été, ça a coulé brin à brin, miette à miette [...]

Publié par comprendre - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Rosalia 11/08/2015 08:15

bonjour Comprendre, pour répondre à votre question sur le livre de Fizgerald, je n ai pas pu finir sa lecture.En cause: mes nouvelles lunettes que j attend encore...et depuis c est le livre de Edmund Husserl que j ai acheté "les méditations cartésiennes" qui me semble être d'une mouture plus......recherchée si on peut dire ! ! ! Merci d avoir pris de mes nouvelles. Bonne journée à vous.

D&D 16/05/2014 11:43


Quel beau billet, mon cher comprendre !


Je t'avoue que relire Madame Bovay me taraude, ainsi que revoir Le Val Abraham,
mais j'aimerais tellement que ce soit en salle, je tiens bon.


&


Chapeau pour l'agencement musical  


Bon week-end monsieur !

comprendre 28/05/2014 02:16



Merci de votre retour tout à fait positif. Je déteste le personnage d'Emma Bovary, elle m'en gâcherait presque le roman, Miss "je vis dans un rêve insatisfait"... Tsssss, j'tenverrasi tout ça
bosser chez Mc Do moi... Merci pour le lien vers le Val Abraham, je ne connaissais pas, j'imagine la "hauteur" de ton souhait de le revoir bien vite. A plus !