Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie
Pierre Lemaître - La robe de marié
Eric Dupond-Moretti - Directs du droit

9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 09:43

 

Un peu de paresse de ma part, je vous l'accorde, puisque j'ai souhaité publié in extenso l'éditorial publié dans "Le Monde", édition du 09 et 10 octobre 2011. D'ailleurs, ce numéro est gratuit.

 

En commençant par une précision mentionnée à la fin de l'éditorial pour bien comprendre l'objectif de cette publication : "Il ne s'agit pas d'être intégriste ou radical, mais de susciter la réflexion pour inciter au changement d'habitudes.".

 

Un lien pour en savoir plus sur les défis "Dix jours sans écran".

Et une vision critique (du contenu) chez Cratès : télévision, publicité, décryptage.

 

 

Illustration : The Wall

 

 

-----

Edito publié dans le quotidien "Le Monde" des 09 et 10 octobre 2011

-----

 

 

Il y a des vérités qui dérangent tant elles remettent en cause nos habitudes de vie. " C'est scientifique : la télévision tue ". Ce titre choc à la " une " du Monde du 8 octobre interpelle et résonne avec le " Fumer tue " inscrit sur les paquets de cigarettes.

Néanmoins, il n'est que le reflet de la littérature scientifique consacrée aux effets du petit écran sur la santé. Obésité, maladies cardio-vasculaires, violence, hyperactivité, retard scolaire, voilà à quoi s'exposent enfants et adultes à force de trop regarder la télévision.

De nombreuses recherches ont été menées, et elles aboutissent toutes à la même conclusion : le petit écran nuit gravement à la santé physique et psychique. La dernière en date calcule même son impact sur l'espérance de vie. Parce qu'elle pousse à la sédentarité, à la prise alimentaire, parce qu'elle perturbe le comportement et le sommeil des enfants, l'utilisation de la télé est devenue insidieusement un enjeu de santé publique.

Faut-il la diaboliser ? Lancer une grande campagne de sensibilisation et de prévention auprès des familles et dans les écoles ? Incruster un message sanitaire du type " A consommer avec modération " avant chaque programme télévisé ? Et qu'est-ce qui est le plus grave : le temps passé ou le contenu de ce qui est visionné ? Selon l'étude Eurodata TV Worldwide-Médiamétrie publiée en septembre, la durée d'écoute ne cesse de progresser. Les Français passent désormais en moyenne 3 h 47 par jour devant leur télévision.

Jamais les enfants n'ont eu accès à un aussi grand nombre de chaînes à toute heure de la journée, jamais ils n'ont été aussi nombreux à disposer d'une télévision dans leur chambre. Les pouvoirs publics viennent de décider de limiter les frites et le ketchup sur les plateaux-repas des élèves, mais que font-ils pour éduquer les jeunes à l'image ?

Certains pédopsychiatres résument très bien la situation : " Les parents s'inquiètent plus de ce que leurs enfants mangent à la cantine que de ce qu'ils regardent sur le petit écran. " A eux de s'en occuper, pourrait-on alors rétorquer. Mais l'argument de la seule responsabilité parentale est un peu court pour appréhender un phénomène de société. L'écran et désormais les écrans ont envahi le quotidien familial. Qui s'en inquiète ?

Quelques écoles, au Canada et en France, ont mené une expérience inédite en proposant à leurs élèves de passer " Dix jours sans écran ". Résultat : la " désintoxication " n'a que du bon. L'atmosphère est plus paisible à la maison, l'humeur des enfants s'améliore, les disputes sont moins nombreuses. Depuis, certains parents ont décidé de ne plus regarder la télévision en mangeant, de jouer plus souvent à des jeux de société et de lire une histoire le soir à leurs enfants.

Il ne s'agit pas d'être intégriste ou radical, mais de susciter la réflexion pour inciter au changement d'habitudes. Car prenons garde au trop-plein de recommandations hygiénistes et à l'émergence d'une société anxiogène où tout devient dangereux et interdit. N'oublions pas que vivre, aussi, finit par tuer.

 

 

Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

D&D 11/12/2011 02:49


Le BEE c'est la suite de "- que 0" oui.


De mon côté, rien lu de Capote encore. C'est ton premier ?


Je pense que tu vas repasser plus tard que moi ce soir aussi :-)


Pas vu Contagion. Je le verrai mais je ne l'avais pas priorisé. Qui a fait la BO ?


C'était un passage rapide en cette semaine de ouf. Demain, normalement je débranche : et c'est cool !


Bon jour du seigneur (ne tue pas trop de gens ?) ;-)

comprendre 11/12/2011 15:24



La coupure a été bonne ? ça marche pour le BEE, tu nous diras ! Capote, j'ai lu "In cold blood" il y a une paire d'années, c'était bien, assez "expérience" d'ailleurs. La BO de contagion, c'est
de Cliff Martinez, l'habituel de Soderbergh. Il a fait la BO de Driver aussi (pas vu celui-ci par contre). Contagion... Pas grandiose, mais intéressant. La réal et la musique font beaucoup ;) Je
passe rapidement également, j'avance pas dans ma pile de truc à faire ;) A bientôt !



D&D 07/12/2011 22:43


En fait, faut pas trop que je me la pète avec Shakespeare, parce que cette pièce-là, finalement, je n'ai pas plus accroché que ça... Possible que je sois passé à
côté. Mais je crois aussi que je suis moins sensible à ses comédies.


Sinon non : je ne l'ai pas lu en anglais (mais ça m'est arrivé de relire en bilingue certaines de ses tragédies : mais je n'en profite pas tant que ça, vu le côté
"vieil anglais" pour tout avouer).


En revanche, je vais sûrement lire en VO le "dernier" Bret Easton Ellis (qui m'attend depuis un bail)... Sans doute pour la semaine de Noël, pour l'instant c'est lui
qui devrait l'emporter pour cette petite fenêtre de lecture.


à + ;-)

comprendre 08/12/2011 02:17



Le dernier BEE c'est quoi, la "suite" de Moins que zéro ? Pas mal de mauvaises critiques (mais ça vaut ce que ça vaut, la critique).
Shakespeare tu peux te la péter tant que tu veux ici, moi je n'ai rien lu de lui donc respect. Côté lecture, je suis sur "domaines hantés" de Truman Capote et pour l'instant j'accroche grave.
T'as vu, pour une fois c'est toi qui passe à 22h30 et moi qui répond à une heure avancée de la nuit :) J'écoute la BO du dernier Soderbergh parce qu'elle est assez excellente. Tu as vu le film ?
Bonne nuit et bon courage pour cette fin de semaine !



D&D 16/11/2011 15:12



Tout à fait d'accord sur l'aspect "espaces cloisonnés". Tenir un blog, censé être "spécialisé" me confronte souvent à ça. Je me suis mis à Deezer récemment et effectivement, c'est un bon moyen de
diversifier ses écoutes. Pour le RSS, tout ça, je crois que je vois, nous avions d'ailleurs évoqué ces choses : il faudrait que je me débloque d'une certaine appréhension dès que ça devient un
peu "technique" (ça l'est très vite pour moi :-) )


Pour le ciné, c'est vrai que je vois moins de films pensés pour être "grand public", et je le regrette quelque part, mais je trouve que le cinéma s'est énormément fracturé (comme beaucoup
d'autres choses...). J'ai régulièrement envie d'écrire là-dessus (un peu peur de faire un billet de "vieux con" :-))) )


Enfin, non, je ne connaissais pas, en fait, "le seigneur des porcheries". Là, je suis dans "Le Marchand de Venise", je reprends par du format court en espérant progresser !


Bonne fin de semaine.



comprendre 04/12/2011 19:56



Salut Dédé, j'ai mis du temps pour te répondre rapport aux RSS et à ce que je t'ai envoyé par mél ce jour (je voulais mais ne pouvais point, un truc de vieux ça aussi, hein !). Le ciné, je vois
trois strates : les films qui tâchent (human centripad 2, 40 ans et encore puceau, Thor...), les films grand public (le gros de la troupe) et les films 100% arts et essai (le cheval de Turin).
C'est grossièrement schématique, mais ça illustre la fracture que tu évoques. Je suis plutôt "grand public" sans être trop populaire dans mes choix, you see? Et puis c'est pas exclusif et les
frontières sont pas toujours très claires, voire évoluent dans le temps. "Le seigneur...", pfiou, il m'a saoûlé sur la fin, quel bavardage ! Tu mets la barre haut encore un coup, shakespeare ? I
bet you read it in english! J'ai emmené quelques bouquins pour mes congés, quatre, j'en parlerai peut-être sur mon blog, pas sûr. Bonne semaine à toi !



D&D 11/11/2011 16:49



Je suis donc bien d'accord avec toi sur internet. Dans mon cas, je t'avoue que j'ai pris conscience aussi d'avoir vraiment tendance au "comportement addictif", et là, il faudrait que je creuse
plus là où ça fait mal ;-)


M'intéresse aussi ce que tu relèves de la télévision qui propose tout de même nécessairement autre chose que ce que l'on attend dans une approche "rationnalisée". C'est aussi, là-dessus que je
bute, au niveau du temps pris, explorant toujours beaucoup et résistant à me contenter d'une sorte de best-of me correspondant qui aurait tôt fait de m'enfermer dans ma passionante identité
:-)))


Bref, bref, bref... Beaucoup à (re)penser par là...


Sur "à l'affiche en ce moment", j'ai perso fort hâte de voir le nouveau Ceylan, de
revoir le Clooney (que j'aime davantage que ce qui s'en écrit, mais c'est peut-être ma Clooneyphilie qui m'égare), et je regrette de ne pas avoir vraiment établi le contact avec le "Hors Satan"
de Dumont (mais ça se fera sans doute plus tard). J'attends les complément(aire)s de programme !


PS : je vois que tu as lu Lune Sanglante, et que c'est ton premier Ellroy. Par pitié, lis Le Dhalia Noir et Le Grand Nulle part, et reparlons-en ;-)



comprendre 13/11/2011 14:56



Il n'est d'addiction qui ne se soigne par la volonté ! Je sais que tu pratiques scrupuleusement le dimanche sans internet, c'est déjà bien. Quant aux informations reçues, qui pourraient se
limiter à un éventail centré sur ses propres intérêts, il en avait été question sur mon blog il y a quelques mois (internet rend-il idiot ?). J'ai l'impression qu'internet a progressivement
évolué vers des espaces cloisonnés (dit-il en vieil internaute des années 90) et que l'on peut facilement se passer d'ouverture. Tout est question de l'utilisation que l'on veut faire, de son
envie profonde d'ouverture ou de spécialisation. Si cela peut t'aider, je suis passé à une utilisation/gestion de l'internet par flux (RSS), podcasts => plus direct, plus sélectif,
disponibilité immédiate et bonne vision de "ce qui se passe". J'utilise pas mal, aussi, les webradios et/ou sites de musiques en ligne (deezer ou jiwa), cela permet d'entendre des choses assez
diverses et de découvrir, ponctuellement, une production intéressante. Il faut repenser, tu as raison, surtout si tu n'es pas satisfait de l'actuel. Pour ma part, cela va mieux, le temps
économisé/optimisé m'a permis de dégager du temps pour la lecture notamment. Pour tes affiches, récentes ou prochaines, je rame un peu parce que sorti du Clooney, je suis largué ;) C'est la aussi
la différence entre le "spécialiste" et le "grand public". C'est aussi en ça que je te disais que nos affiches 2011 sont complémentaires car je me suis aventuré dans les chemins bien balisés et
que tu as fait pas mal de hors piste. Tu seras allé voir "Hors Satan" pendant que je visionnais "Polisse" ou "Bienvenue à bord", you see? Je garde à l'esprit l'intérêt de la liste, ok. Pas de
souci pour Ellroy, même si je t'avoue que ces deux livres ne sont pas mes priorités immédiates (je connais l'auteur pour avoir lu pas mal sur lui, vu un doc, j'ai même vu le film sur le Black
Dhalia). Je lis "le seigneur des porcheries"
présentement, tu l'auras sûrement croisé à un moment donné. Bon début de semaine à la capitale !



D&D 30/10/2011 02:55



(Bon, je vois que je m'étais trompé d'emplacement en postant mon précédant com' : scuse ;-) )


J'ai pour ainsi dire arrêté de regarder la télé après une forme de période de désintoxication au début des années 90 alors je ne vais pas contredire l'édito. Et encore, je n'en étais pas à
l'époque à 3h47 par jour.


Maintenant, il faudrait que je m'en sorte mieux avec internet... Que je repense bien à ces dix ans de répit et comme la vie était réellement plus dense alors. (Sans oublier qu'internet reste plus
souvent précieux que la télévision).


Bon week-end !



comprendre 11/11/2011 09:52



Tu es tout excusé ;) L'internet pourrait bien être la nouvelle "occupation continue" de notre quotidien, je t'en donne acte. La télé a tendance à se rationaliser, dans son utilisation, grâce aux
options "à la demande" (redif, vod, téléchargements...). Disons que l'idée de squatter la télé des heures durant pour regarder les programmes en direct (pub comprises) est moins d'actualité que
dans nos jeunes années. Internet est effectivement un média plus continue, et probablement plus addictif car totalement interactif et sans limite. Mais vecteur de plus de signal que la télé, on
est d'accord, tout en soulignant que l'internaute peut limiter son champs d'exploration à ses seuls intérêts, voir à un seul site/programme (facebook ou un jeu en ligne par exemple), réduisant
ainsi son champs du possible là où la télé, déversant un flot continue, l'obligeait à "voir" d'autres thèmes. Rationalisation de ton temps en ligne, ok, tout est question de volonté ? je
rationalise par la force des choses ces temps-ci, boulot et activités prenantes "IRL" (comment on traduit IRL dans notre langue à nous, "DLV" ? anyway...). Il y a quelque chose qui tourne autour
de ses priorités personnelles dans cette affaire, je vais avoir du mal à développer, mais il me semble que l'utilisation de notre temps "libre" (hum hum...) a à voir avec ce que l'on a comme
envies et que l'on considère comme utile à notre plaisir (hédonisme). Par vagues, on aura une priorité donnée aux relations, à la lecture, au cinéma, aux voyages, à la culture, au farniente,
vagues successives et qui alternent. Internet peut être, à un moment donné, une plage de plaisir, y compris associée à d'autres. Une bonne question à se poser, je crois : qu'est-ce que
l'utilisation d'internet (il faut décomposer en autant des activités en ligne) m'apporte ? Si c'est de l'occupation stricto sensu, c'est peut-être insuffisant (une manière comme une autre
d'occuper son temps ? bof, y'a mieux, enfin il me semble). Voilà quelques humbles embryons de réflexion et je vous souhaite un bon week-end et vous donne rendez-vous pour parler, pourquoi pas, de
la poignée de films pas inintéressants au premier abord qui sont actuellement à l'affiche ;)