Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie

27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 10:49
Le petit parisien - 30 septembre 1902 - Mort de Zola

 

 

Émile Zola est mort le 29 septembre 1902 dans la chambre à coucher de son domicile parisien, 21bis rue de Bruxelles. Les circonstances paraissent être celles d'un accident domestique, une cheminée "qui tire mal" ayant provoqué, pendant la nuit, une intoxication au monoxyde de carbone du couple Zola.

 

Les circonstances de l'accident ont généré quelques interrogations, du fait notamment que la cheminée avait parfaitement fonctionné jusqu'à la veille de l'accident et qu'elle ne semblait plus dysfonctionner moins de 15 jours plus tard. Mais dans un contexte social agité (fermetures des congrégations dans le prolongement de la loi de 1901 sur les associations), le pouvoir politique ne semble pas avoir réellement cherché à mettre en lumière un éventuel assassinat de Zola, écrivain honni par l'extrême-droite française.

 

C'est en 1953, soit près de 50 ans après la mort de l'écrivain, que l'affaire rebondit : un pharmacien apporte un témoignage digne de confiance, et d'intérêt, selon lequel un homme de sa connaissance lui aurait livré un secret lors d'un voyage en train. La confession de cet ancien fumiste, un artisan spécialisé dans les cheminées, porte sur la mort d'Emile Zola : la mort n'était pas accidentelle. Travaillant sur les toits des immeubles de ce quartier, le fumiste, fortement impliqué dans la ligue des patriotes (extrême-droite), aurait, selon ses dires, décidé de boucher volontairement la cheminée de Zola. Le lendemain de la mort de l'écrivain, le fumiste serait revenu pour déboucher la cheminée. Ni vu, ni connu.

 

Ce témoignage, crédible bien que difficilement vérifiable, conforte une thèse majoritairement partagée sur l'origine criminelle de la disparition d'Émile Zola. Mais le fumiste était-il le seul impliqué dans ce sabotage ? Avait-il vraiment pour but de tuer Zola ou juste de lui "pomper l'air" (malveillance) ?

 

Pour plus d'informations, le livre "Zola assassiné" de Jean Bedel et Henri Mitterand, l'émission "L'heure du crime" diffusée le 24 février 2011 sur RTL et un article sur wikipédia. Illustration : extrait de l'article publié le mardi 30 septembre 1902 dans "Le petit parisien"

 


Publié par comprendre - dans Faits divers
commenter cet article

commentaires

manson olivier 16/05/2011 10:28



La biographie Emile Zola est largement explorée
sur le nouveau site consacré à son immense saga des Rougon-macquart.


Bon courage pour votre blog très bien tenu et enrichissant.



comprendre 17/05/2011 21:43



Merci pour vos encouragements et pour votre passage ;)



D&D 12/03/2011 04:07



Je vais achever de te consterner : je pense n'être jamais passé par le site de l'Assemblée Nationale, et j'ignorais qu'on pouvait y trouver de telles retranscriptions.


Et merci pour l'info, parce que j'irai un jour. Il doit y avoir des trucs intéressants là-dedans, en effet.


Bon week-end ;-)



comprendre 12/03/2011 10:09



En fait, pour le coup, je ne vais porter de jugement parce que le site de l'AN, je l'ai surtout fréquenté pendant mes études et, occasionnellement, à titre professionnel. Pas sûr, sinon, que j'y
passerai beaucoup de temps (ponctuellement, peut être, pour suivre l'évolution d'un texte en cours de discussion).



D&D 09/03/2011 03:09



Me voilà encore tout mortifié : je n'avais jamais entendu cette histoire. Je ne connaissais pas non plus le mot "fumiste" en fait, pas dans son sens d'origine en tout cas...


Je tâcherai de replacer tout ça lors de mon prochain cocktail à Davo ;-)


à +


 



comprendre 11/03/2011 11:51



Pour être tout à fait franc, j'avais lu dans une courte bio que sa mort était intervenue dans une situation pas tout fait claire, mais je n'avais pas creusé plus. Et puis j'ai lu des choses plus
précises et là-dessus l'émission de radio a été diffusée. Je ne crois pas que l'on puisse établir la vérité claire sur cette mort (qui semble plus relever de la malveillance que de l'accident),
mais le fait de savoir que la fin de cet homme semble avoir été précipitée et, en soi, une information. Enfin, sur le site internet de l'Assemblée Nationale, il y a la retranscription des débats
pour l'entrée de Zola au Panthéon puis pour le financement du transfert : très tendu ! Intéressant d'un point de vue politique, pour mieux comprendre les clivages droite / gauche de l'époque.



Aimé jc 05/03/2011 21:34



Emile zola, un vrai mystère quant à sa fin!


Moi, aussi j'aurais bien voulu connaître son ressenti concernant la guerre qui suivi sa disparition!



comprendre 11/03/2011 11:55



Il a écrit sur la guerre de 1870 (la débacle), mais son approche de la société industrielle (notamment dans Germinal) mais laisse penser qu'il aurait probablement pris le pli de l'idée fort
répendue après la première guerre mondiale d'une guerre capitaliste précipitée par les propriétaires industriels. Evidemment, je ne suis pas zolien averti, c'est une opinion ;)



cratès 02/03/2011 10:32



Je ne connaissais pas la dernière oeuvre de Zola (son testament philosophique ?). Il faudra que je pense à me le procurer, il semble incontournable et surement à remettre sur le devant de la
scène en ces temps de disettes politique où l'on sombre dans le néant des idées !


 



comprendre 11/03/2011 11:59



Nos politiques ont beaucoup d'idées, d'un point de vue "quantitatif"... :) Je n'embraye pas plus sur le sujet, j'ai déjà eu l'occasion d'évoquer la démocratie médiatique de nos financiers sans
culture. Je n'ai pas lu les trois dernières productions, moi non plus, ça viendra certainement un jour, d'autant plus que l'analyse devrait être utile.