Déco...

Recherche

Lecture en cours

 

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?

6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 09:58

On vient de parler d'amputation, pourquoi ne pas continuer ? J'en avais entendu parler en écoutant "La tête au carré" du 26 janvier 2010, voilà qu'on commence à en savoir un peu plus : l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) a découvert les traces de la plus ancienne amputation certaine connue à ce jour.

A Buthiers-Boulancourt, dans l'Ouest de la Seine-et-Marne et à la frontière avec le Loiret, l'INRAP est intervenu pour fouiller un ancien site néolithique (9 000 av. J.-C. - 3 300 av. J.-C.). Dans une des tombes découvertes, voir photographie ci-dessous, les archéologues ont découvert le corps d'un homme âgé inhumé avec des éléments d'offrandes (un cadavre d'animal, un pic de silex et une lame de hache).

Amputation Néolithique

Un élément est notable : le squelette découvert ne possède pas d'avant-bras gauche. Les archéologues pensent assez vite à une amputation car, d'une part, la tombe est intacte et cette "disparition" doit donc être antérieure à l'inhumation et, d'autre part, l'extrémité distale de l'humérus gauche présente une section très nette qui semble être d'origine traumatique.

Des examens radiographiques, puis microtomographiques, complétés par une reconstruction 3D de l'os ont permis de savoir plus précisément ce qui est arrivé à cet homme lorsqu'il était encore en vie : son avant-bras a été partiellement arraché par un acte traumatique (accident, coup de hache... ça, on ne le saura probablement jamais). Puis, une découpe volontaire a été pratiquée pour sectionner la partie osseuse encore en place. La reconstitution 3D révèle d'ailleurs quelques détails de l'intervention (bras en extension, rupture de l'os sur les derniers millimètres).

détail de l'humérus amputé

Cette intervention chirurgicale, qui a été réalisée il y a 7 000 ans, a été réussie puisque l'homme n'est pas mort immédiatement après l'amputation. L'os présente en effet des traces de cicatrisation.

On ne peut qu'imaginer la prouesse médicale qui consiste à sectionner un os avec un lame en silex et dans des conditions de stérilité pas franchement propices. On se souviendra également que la population vivant sur ce site n'était composée que d'une poignée de familles agro-pastorales, et pas d'un regroupement de chirurgiens réputés dans toute l'Europe ;)


On peut se demander si ces hommes n'avaient pas déjà expérimenté cette intervention chirurgicale sur leurs animaux d'élevage avant de la transposer dans de bonnes conditions à un patient humain. A titre personnel, je doute que cette réussite ne provienne que d'un acte chirurgical d'urgence très chanceux, ne serait-ce que parce ce que  les méthodes pour stopper une hémorragie ou pour assurer une complète asepsie pendant et après l'intervention sont des techniques médicales complexes qui ne sont pas innées. D'où cette interrogation sur une mise en pratique préalable...


Plus d'informations :

Site internet de l'INRAP

Publication scientifique
(en anglais)
Archéologie, à l'aube de la chirurgie
(Le Monde, sous la plume de Pierre le Hir)


Crédits photographiques :

INRAP


Publié par comprendre - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

cybione 25/06/2010 09:58



J'étais allée le voir il y a dejà une bonne dizaine d'années et j'avais été scotchée par l'exposition et le sexplications.


Il semblerait qu'il se soit étoffé, c'est pourquoi je compte y retourner.


A l'époque, il fallait compter une bonne heure de marche sur un terrain herbeux pour découvrir les tumulus (enfin, les visiter après les fouilles) : une bonne balade.



comprendre 25/06/2010 23:43



J'ai bien noté, la consultation des quelques sources en ligne était intéressante. Par contre, j'ai l'impression que le site à un peu été "normalisé" depuis la visite en terrain herbeux . Dans un registre parallèle, je vous suggère la lecture de mon article sur la grotte de Chauvet !



cybione 23/06/2010 09:41



Dans les Deux-Sèvres ; il s'agit d'un ensemble muséal bâti autour d'un complexe de
tumulus dans lesquels des vestiges divers ont été trouvés, dont plusieurs cranes trépanés : il
s'agirait de la plus ancienne nécropole d'europe trouvée à ce jour.


Si tu passes dans la région, je te conseille d'y aller faire un tour (prévoir tenue de marche) : c'est super intéressant.


je vais d'ailleurs certainement y retourner cet été car  je me suis aperçue qu'ils avaient diversifié leurs animations.


J'avais fait un petit article sur la préhistoire dans la vallée de la charente ici.



comprendre 23/06/2010 18:16



C'est vraiment très intéressant, je ne connais pas ce site. Effectivement, 4700 ans av-J.C., c'est pas du petit lait ;) Je note la visite, j'espère que le musée associé au site tient la route !



Cybione 21/06/2010 11:31



Je connaissais le trépané de Bougon (-4000 aJC) mais pas d'amputation si vieille.



comprendre 22/06/2010 21:36



J'ai vu (et appris) qu'il y a pas mal, statistiquement parlant, de crânes du néolithique portant des traces de trépanation. Par contre je ne connais pas de cas en particulier. C'est dans quel
département Bougon ?



Fille du Midi 10/06/2010 13:25



Incroyable !!! Un article qui donne le vertige...



comprendre 19/06/2010 11:43



L'article, en lui-même, pas forcément ;) Mais les faits, oui, ça laisse rêveur face à ce que pouvaient faire ces chirurgiens de l'extrème.



Viviane 28/02/2010 16:09


Je te souhaite une bonne fin de journée
Un bisou amical.
 Viviane