Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie
Pierre Lemaître - La robe de marié
Eric Dupond-Moretti - Directs du droit

Dan Millman - Le guerrier pacifique
 

11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 15:52

L'incendie a duré six jours et sept nuits. Les deux tiers de la ville ont été détruits.

C'était en 64 après Jésus-Christ, à Rome.

Hubert Robert, Incendie à RomeHubert Robert, "Incendie à Rome"
Musée des beaux arts, Le Havre

La noblesse romaine a fait courir le bruit que Néron, empereur de Rome, avait volontairement fait incendier la ville pour des raisons d'urbanisme.

Néron, pour sa part, a fait porter la culpabilité de l'incendie sur les Chrétiens.

Près de 2000 ans après l'incendie, il est difficile d'établir l'origine de l'incendie : si les auteurs de l'antiquité envisageaient plus facilement une origine criminelle, les historiens actuels privilégient plutôt une origine accidentelle.

Je vous propose d'écouter en ligne, jusqu'au 7 novembre 2009, une émission de "2000 ans d'histoire" (sur France Inter), consacrée à cet incendie, émission dont l'invitée était Catherine Salles.

Et Rome brûla, Catherine Salles"Et Rome brûla", Catherine Salles
(Pour acheter en ligne)

Pour en savoir plus :
Wikipédia - Grand incendie de Rome
Herodote.net - 19 juillet 64 : Rome en flammes
Extrait du documentaire "L'Apocalypse" (Arte) - La responsabilité éventuelle des Chrétiens 

commentaires

D


C'est bien possible, oui ;-)



Répondre
D

Ah ben oui, Tinto Brass, j'aurais pu m'en douter :-)


Répondre
C

Monsieur est connaisseur ! Avoue quand même que des comme ça, on n'en fait plus ;)


D

Salut monsieur ;-)
Je ne connais pas le fin mot de l'histoire... mais je me souviens bien comme j'étais impressionné, enfant, par Quo Vadis... Ce serait au moins amusant de le revoir un jour.



Répondre
C

J'avions bien aimé Caligula nous autres. Merci de ton passage !