Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie

1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 13:25

OssementsLa grippe A arrive !

Roselyne BACHELOT
"Il faut être très attentif à l'évolution de la situation, sans pour autant céder à la panique"


Cela nous pendait au nez : une association de virus porcins, humains et aviaires a donné naissance à un virus H1N1 assez virulent mais, semble-t-il, pas trop costaud puisqu'on peut produire des vaccins et que le taux de mortalité semble faible.

Le porc peut attraper le virus humain de la grippe, virus qui adore muter. Mais le porc accueille également des virus aviaires et des virus de sa propre espèce. Dans ce creuset, le virus de la grippe peut donc séquencer des petits bouts de virus non-humains, se les approprier, pour mieux déjouer les systèmes immunitaires (c'est la nature des virus).

La grande crainte des virologues est, qu'un jour, le virus de la grippe se retrouve au contact de l'influenza aviaire (le fameux H5N1) et que la combinaison des deux donne naissance à une épidémie humaine meurtrière, de type grippe espagnole, contre laquelle nous ne pourrons pas faire grand chose.

Gardons donc à l'esprit que ce H1N1 "version 2009" n'est qu'un petit aperçu de ce que nous risquons fortement de connaître de manière amplifiée dans quelques années.

A lire : "H1N1 : un étrange assortiment génétique qui brouille les pistes" (sciences et avenir)


Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 09:24

Après notre petite visite du musée des beaux arts d'Orléans, je vous propose d'aller vous balader au Muséum des sciences naturelles d'Orléans.

Actuellement, pour une entrée plein tarif à 3 euros, on peut visiter le musée et deux expositions temporaires (les espèces invasives + une expo de paléoanthropologie).

Démarrons par les espèces invasives !

photographie d'un poisson chatUn poisson chat
On le reconnaît à ses barbillons qui ressemblent à des moustaches de chat

Les espèces invasives sont les plantes ou les animaux qui ont été introduits en France, volontairement ou accidentellement, et qui perturbent l'écosystème d'origine.
















Le muséum présente bon nombre de ces espèces et évoque les dégâts que certaines d'entre elles provoquent dans notre environnement. On pourra citer le cas de l'écureuil gris, du silure, des écrevisses américaines ou de Louisiane (de belles saloperies !), ou encore de la tortue de Floride.

Photographie d'un ragondinLe ragondin
Très présent dans la Loire, à mi-chemin entre le rat et le castor

Photographie d'une loutreUne loutre
N'est pas invasive, mais elle est jolie comme tout !

Crédits photographiques : comprendre
Toutes les prises de vues ont été réalisées au Muséum des sciences naturelles d'Orléans en avril 2009.

Publié par comprendre - dans Photographies
commenter cet article
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 07:49

Ben moi oui. La preuve !

Loup Blanc - White wolfPhotographie d'un loup blanc - Muséum des sciences naturelles d'Orléans

Publié par comprendre - dans Photographies
commenter cet article
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 15:27

Jusqu'à ce jour, la loi "HADOPI", je n'en connaissais son contenu qu'à travers les articles publiés à droite et à gauche sur internet. Les blogueurs me paraissaient bien alarmistes, mais il me semblait (opinion) qu'ils avaient raison de donner de la voix contre ce texte.

Aujourd'hui, je suis allé lire le projet de loi sur le site de l'Assemblée Nationale (lien).

Allons-y en deux temps :
1. J'ai étudié le droit pendant plusieurs années (master).
2. La lecture de ce texte m'a donné la nausée.

Attachez vos ceintures, on va faire court, simple et accessible :

A partir de l'adoption de ce texte, vous, titulaires d'un accès à internet, aurez l'obligation de protéger votre ligne internet contre une utilisation frauduleuse (article 6 de la loi). Pour ce faire, il sera possible d'utiliser un moyen de sécurisation labellisé, qui sera un logiciel à acheter (article 2 de la loi, nouvel article L 331-30 CPI).

Voilà posé le contexte : dès l'adoption de la loi, vous devenez responsables des emmerdes qui pourraient vous tomber sur le coin du nez. Mais, ces emmerdes, c'est quoi ?

Si "un agent assermenté" (art. 2 de la loi, nouvel article L 331-22 CPI) constate que votre ligne internet a téléchargé (pas vous, votre ligne) des oeuvres protégées, il pourra vous (pas votre ligne, vous) dénoncer. Vous serez alors avertis (charge pour vous d'aller contester l'avertissement devant les tribunaux, ils n'ont que ça à faire d'ailleurs...), et, en cas de récidive, sanctionnés par une coupure de votre ligne internet pendant deux mois et jusqu'à un an, sans possibilité d'aller souscrire un nouvel abonnement (art. 2 de la loi, nouvel article L 331-25 CPI).

Soyons réalistes : le rapport de force entre le "gars malveillant" qui pourrait vous pirater et "vous" qui n'utilisez pas internet pour télécharger des "oeuvres" est de l'ordre de 1 à 1 000. Le logiciel, que vous devrez donc acheter, sauf à ce que vous soyiez un vrai kamikaze, ramènera ce rapport, selon moi, à quelque chose de l'ordre de 1 à 100.

L'utilisateur lambda d'internet est condamné par cette loi à devenir une proie qui supportera, dans la plus parfaite injustice, les conséquences des actes de techniciens.

Je vous précise une chose : si vous utilisez une connexion WIFI, chez vous ou dans votre entreprise, il faut environ 10 minutes pour que quelqu'un s'approprie votre connexion, sans que vous le sachiez, et en fasse ce qu'il en veut.

Si vous pensez que la loi "HADOPI" concerne les pirates informatiques et autres malades du téléchargement, vous avez tout faux : c'est l'utilisateur lambda qu'elle concerne, c'est lui qui, demain, devra PROUVER son innocence.

A méditer.
Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 13:32

Jules RENARD –- Poil de carotte (1894)


Librio Poil de Carotte - Crédits photo : amazon.fr
Poil de carotte est un enfant aux cheveux roux qui vit dans une famille paysanne française à la fin du 19e siècle. Il est mal aimé par les siens et, pire, est constamment humilié par sa mère. Contre cela, il ne peut rien faire, sinon ruser pour éviter les humiliations.

Le texte de Jules Renard est une suite de petites nouvelles formant un ensemble facile d’'approche et très agréable à lire. Ceux qui ont connu la vie à la campagne y reconnaîtront une foule des petites choses du quotidien (les rognures données aux lapins, aller fermer les poules avant la nuit, les objets usuels…...).

Le texte intégral est libre de droit et vous pourrez le lire en cliquant sur ce lien. Un extrait :




La Mouche

Illustration La Mouche - crédits : Université Paris 12
La chasse continue, et Poil de Carotte qui hausse les épaules de remords, tant il se trouve bête, emboîte le pas de son père avec une nouvelle ardeur, s’applique à poser exactement le pied gauche là ou M. Lepic a posé son pied gauche, et il écarte les jambes comme s’il fuyait un ogre. Il ne se repose que pour attraper une mûre, une poire sauvage et des prunelles qui resserrent la bouche, blanchissent les lèvres et calment la soif. D’ailleurs, il a dans une des poches du carnier le flacon d’eau-de-vie. Gorgée par gorgée, il boit presque tout à lui seul, car M. Lepic, que la chasse grise, oublie d’en demander.

— Une goutte, papa ?

Le vent n’apporte qu’un bruit de refus. Poil de Carotte avale la goutte qu’il offrait, vide le flacon, et la tête tournante, repart à la poursuite de son père. Soudain, il s’arrête, enfonce un doigt au creux de son oreille, l’agite vivement, le retire, puis feint d’écouter, et il crie à M. Lepic :

— Tu sais, papa, je crois que j’ai une mouche dans l’oreille.

Monsieur Lepic : Ote-la, mon garçon.

Poil de Carotte : Elle y est trop avant, je ne peux pas la toucher. Je l’entends qu’elle bourdonne.

Monsieur Lepic : Laisse-la mourir toute seule.

Poil de Carotte : Mais si elle pondait, papa, si elle faisait son nid ? Monsieur Lepic : Tâche de la tuer avec une corne de mouchoir.

Poil de Carotte : Si je versais un peu d’eau-de-vie pour la noyer ? Me donnes-tu la permission ?

— Verse ce que tu voudras, lui crie M. Lepic. Mais dépêche-toi.

Poil de Carotte applique sur son oreille le goulot de la bouteille, et il la vide une deuxième fois, pour le cas où M. Lepic imaginerait de réclamer sa part.

Et bientôt, Poil de Carotte s’écrie allègre, en courant :

— Tu sais, papa, je n’entends plus la mouche. Elle doit être morte. Seulement, elle a tout bu.

Illustration La Mouche
Publié par comprendre - dans Livres
commenter cet article