Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie
Pierre Lemaître - La robe de marié
Eric Dupond-Moretti - Directs du droit

Dan Millman - Le guerrier pacifique
 

13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 18:45

 La renommée de la déesse est encore due à trois autres causes : à la magnificence de son temple qui est le plus grand des édifices connus, à l'état florissant de la ville d'Ephèse et à la présence de la déesse elle-même.
Pausanias de Sparte, Description de la Grèce

Pour les voyageurs anciens, le temple d'Artémis à Ephèse était tout simplement la plus belle des 7 merveilles du monde antique.

Antipater de Sidon, le poète grec qui a établi la "liste" des 7 merveilles du monde antique, considère ce temple comme la plus belle des merveilles :

 
J’ai contemplé les murs de l’âpre Babylone, sur lesquels courent les chars, et le Zeus des rives de l’Alphée, ainsi que les Jardins suspendus, et le colosse d’Hélios, et l'imposant travail des hautes pyramides, et le gigantesque tombeau de Mausole. Mais quand je vis la demeure sacrée d’Artémis, qui s’élève jusqu’aux nues, tout le reste fut rejeté dans l'ombre et je dis : « Vois ! Mis à part l'Olympe, le Soleil n'a encore jamais rien contemplé de tel. »
Antipater de Sidon, Anthologie - (source de la traduction)
 
De ce temple, dont la construction démarra sous Crésus en 560 av. J.-C. et dura 120 années consécutives, il ne reste presque rien. C'est donc votre imagination qui vous permettra de découvrir cette merveille.
 

Maquette du temple
(source : insecula.com)

Le temple, dédié à la déesse Artémis (soeur jumelle d'Apollon, dénommée Diane chez les Romains), a été construit en dehors de la ville d'Ephèse tant il était gigantesque : haut de 30 mètres, le temple mesurait 125 mètres de long et 60 mètres de large. L'ensemble était construit sur un promontoire de 13 marches.

Le temple était constitué d'un vestibule couvert d'une centaine de colonnes ioniques de 20 mètres de haut (entrée) débouchant, via une porte de 30 mètres de hauteur, sur une cour à ciel ouvert richement décorée dans laquelle trônait une statue de marbre d'Artémis. Dans l'enceinte du temple était aménagé un jardin artificiel (une sorte de zoo).

 

Reproduction de la statue d'Artémis du temple d'Ephèse
(source : insecula.com)

Un culte était rendu à Artémis en sa qualité de déesse de la fécondité. Des taureaux lui étaient sacrifiés et leurs testicules accrochés sur la statue (Cf. la poitrine de la statue). Autre explication :
 
Les rangées de mamelles dont son sein est gonflé annoncent la fécondité, la richesse, comme son nom d'Artémis rappelle le pain, nourriture universelle et élémentaire.
Encyclopédie des gens du monde, 1837

Incendié en 356 av. J.-C. par un malade mental cherchant une reconnaissance historique (il a réussi...), le temple fut reconstruit sous Alexandre le Grand. Puis, il fut isolé de la ville d'Ephèse, démuni de ses trésors par Néron, et enfin mis à sac par les goths. L'interdiction des cultes païens mit un terme à sa vie puisque le temple devint une carrière de pierres taillées et servit à la construction d'églises (dont, probablement, Sainte Sophie à Constantinople).
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 11:38

Avec la musique c'est mieux : Black Sabbath - Fluff

Il nous faut être silencieux...

 

Colson - Le repos

Le repos (1759)
Colson
Musée des beaux arts (Dijon - France) 

Jean-Baptiste Greuze - Le petit paresseux

Le petit paresseux (1755)
Jean-Baptiste Greuze
Musée Fabre (Montpellier - France)

Gustave Courbet - Le sommeil

Le sommeil (1866)
Gustave Courbet
Musée d'Orsay (Paris - France)

 

Gustave Courbet - La fileuse endormie

La fileuse endormie (1853)
Gustave Courbet
Musée Fabre (Montpellier - France)

 

 

Pierre Auguste Renoir - La baigneuse endormie

 

 

 

 

 

 

 

La baigneuse endormie (1897)
Pierre Auguste Renoir
Musée Oskar Reinhart

(Winterthour - Suisse)

François Boucher - La sieste interrompue

                  La sieste interrompue (1750)
                  François Boucher
                  Metropolitan Museum of Art (New-York - Etats Unis)

 

 

Chut.....

 

 

Publié par comprendre - dans Divers
commenter cet article
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 14:01

Statue de Laïka à MoscouMonument commémoratif - Moscou

Il y a un an, le 12 avril 2008, était dévoilée un monument dédié à Laïka, le premier être vivant à être allé dans l'espace. Une occasion de se rappeler cet évènement de la conquète spatiale.

Laïka dans l'espace : la une du New Yok Times


Il y a près de 50 ans, le 3 novembre 1957, l’'Union Soviétique envoya, à bord de l’'engin Spoutnik-2, le premier être vivant terrien dans l’'espace, une petite chienne fox terrier du nom de Laïka.

Une de Paris Match : le voyageur de l'espace

Laïka dans sa capsule

 Schéma de Spoutnik-2



         























Un mois après le lancement du premier satellite artificiel, Laïka est l'’actrice principale de cette deuxième victoire soviétique sur les Etats-Unis dans la course à l'’espace.

Laïka a été sacrifiée pour la gloire de son pays car il n'a jamais été prévu qu'elle puisse revenir en vie sur terre. La version officielle prévoyait que de la nourriture empoisonnée devait lui épargner de mourir sous l'’effet de la chaleur lors du retour de Spoutnik-2 dans l'’atmosphère. Or, la chienne est morte près de sept heures après le lancement du satellite en raison d’'une défaillance du système de régulation thermique.


Avec Laïka, l’'aventure spatiale prend une nouvelle dimension, celle des vols habités.

Monument russe de la conquète des étoiles
Laïka appartient, comme Gagarine ou Armstrong, à la glorieuse histoire de l'’Homme dans sa conquête des étoiles.

Publié par comprendre - dans Histoire
commenter cet article
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 20:45

Une photogaphie de Pitou, ma plus jeune chatte

Publié par comprendre - dans Photographies
commenter cet article
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 21:25

Une bien étrange tradition veut que les blogueurs se "taguent" les uns les autres. Il s'agit de répondre à des questions pour donner un aperçu de sa personnalité (ça intéresse vraiment quelqu'un ?).

Fleurs d'un cerisier du JaponPetites fleurs joyeuses pour égayer ce blog - Fleurs d'un cerisier du Japon

On me demande mes trois livres préférés, les trois endroits où je rêve d'aller, les trois défauts que je trouve rédhibitoires et les trois qualités que je trouve essentielles.

Commençons par exclure les deux premières questions : mon livre préféré est celui que je n'ai pas encore lu et les endroits où je rêve d'aller sont dans le passé.

Les deux autres questions sont très intéressantes : quels sont les défauts et les qualités qu'un homme se doit d'avoir ? Joli sujet de philosophie, comment l'homme devient-il un homme ?

Essayons de répondre par une démarche logique (et "sur le pouce").

L'homme se doit de vivre en collectivité (le présupposé de l'être humain est qu'il est un animal social et qu'il ne peut, sans lutter contre sa nature, être indépendant). Donc la première qualité qu'il doit avoir est le sens des relations humaines. Pratiquement, il se devra d'être constant dans sa relation à autrui, calme, capable d'écoute, honnête et oeuvrer pour le bien de sa collectivité.

L'homme se doit ensuite de faire quelque chose de sa vie (supposons, pour l'exercice, que l'objectif d'une vie est d'en faire quelque chose). Il devra donc être ouvert à autrui et au monde, être curieux, positif, persévérant et dynamique.

L'homme devra enfin avoir une conduite morale pour ne pas laisser à la postérité un nom, le sien et celui de sa descendance, entaché de déshonneur. La gamme des qualités est donc très large, et fluctuante selon les sociétés ou les époques. Disons que l'esprit de justice, la droiture, la compassion et la générosité pourraient être un bon début.

Dès lors qu'on a "défini" les qualités, il suffit de prendre leurs contraires pour en tirer les défauts.

CQFD.

C'est bon pour vous, Monsieur Antiochus ? ;)

Allez, un petit bonus... Les sept vertus du Bushido : Droiture, Courage, Bienveillance, Respect, Honnêteté, Honneur, Loyauté. Globalement, on retrouve ce que j'ai énoncé. A lire : les vertus sur wikipedia.

Et il y a quelques mois, j'écrivais que l'humilité et la lucidité me paraissaient être les deux principales clés contribuant à la naissance d’'une conduite vertueuse.

Publié par comprendre - dans Philosophie
commenter cet article