Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie
Pierre Lemaître - La robe de marié
Eric Dupond-Moretti - Directs du droit

Dan Millman - Le guerrier pacifique
 

21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 16:42

Comprendre, c'est assembler sous l'unité d'un sens, ça nous l'avons déjà dit.
Pour assigner un sens à une chose, il faut sélectionner cette chose, l'isoler de l'ensemble.

L'ensemble est un monstre que nous ne pouvons penser correctement. 



La perception, par exemple, est amalgamante : tout se mêle dans les informations que nous recevons, elles sont "brutes", se mélangent, se complexifient. Je regarde par ma fenêtre : le vois la lumière, le vent, les feuilles... A travers ces données, je connais l'heure de la journée, l'intensité du rayonnement solaire, le sens dans lequel souffle le vent, son effet régulateur sur la température, je perçois la saison à laquelle nous sommes. Mais également le temps qu'il fera dans les heures qui viennent, le nombres d'années dans lesquelles il faudra intervenir pour rénover les bâtiments... Rajoutons à ces seuls éléments visuels les informations perçues par l'ouïe ou par la peau : en un simple coup d'oeil de quelques secondes, ce sont plusieurs centaines d'informations qui m'ont été communiquées, plus ou moins consciemment.

Penser l'ensemble par "petits morceaux", en le simplifiant, est beaucoup plus réalisable. Descartes nous l'apprenait : pour surmonter une difficulté, il faut commencer par la décomposer. "[...]de diviser chacune des difficultés que j'examinerais, en autant de parcelles qu'il se pourrait, et qu'il serait requis pour les mieux résoudre". (Discours de la méthode).

Là où la question "Avez-vous vécu une enfance heureuse" ne pourra pas être pensée facilement, la décomposition de l'enfance en phases chronologiques et l'analyse objective de chacune de ces phases pourra permettre d'obtenir une réponse plus élaborée, plus juste, qu'une réponse directe.

Une fois que nous avons sélectionné ce qui nous importe d'examiner, il faut retirer tout ce qui y est subjectif, sensible, en un mot tout ce qui risque de nous parasiter lors de la réflexion. Le résultat s'appelle une abstraction : une chose isolée qui n'est pas déformée par les sens. C'est un bout de la réalité auquel nous aboutissons par une démarche strictement intellectuelle.

Ainsi, une décision qui apparaîtra comme bonne dans un contexte donné se révélera catastrophique une fois analysée abstraitement :
quel intérêt à exposer ses hommes en les faisant pourchasser une poignée de fuyards ? Pourquoi retarder une échéance qui ne peut qu'intervenir ? Pourquoi se maintenir dans une situation qui ne génère que des effets négatifs à moyen terme ?

L'abstraction, de par la simplification qu'elle introduit, permet de réappréhender logiquement un ensemble, ce qui est plus difficile à réaliser quand on perçoit les faits dans leur complexité, dans leur globalité.


A réfléchir également : l'abstraction permet de passer d'une logique d'évènements (un fait, une chose, un sentiment) à une logique de relations (une cause, une conséquence, un résultat). L'abstraction permet d'articuler les évènements entre eux, leur donnant ainsi un relief là où leur simple perception les réduit à une énumération ou une description.

Publié par comprendre - dans Philosophie
commenter cet article
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 10:48

"OUI à la taxe sur les taxes" !

L'actuel gouvernement français créé une nouvelle taxe par semaine depuis un mois. Je pense pouvoir affirmer sans crainte détenir la solution pour l'économie française : Il faut taxer les nouvelles taxes !

Et oui, plus il y aura de taxes nouvelles, plus les recettes de cette "taxe sur les taxes" seront importantes. Nous serons donc, très vite, riches, beaux, heureux et séduisants.

Plus sérieusement, voilà l'information du matin qui me fait réagir :

Le gouvernement songe à une taxe sur les produits jetables

Objectif, taxer tout ce qui se jette : rasoirs, couverts en plastique, sacs plastiques, rubans adhésifs...

Prenons l'exemple des rasoirs : nous payons une éco-taxe sur les rasoirs électriques et l'on va bientôt devoir payer une taxe sur les rasoirs jetables. Quel est le message pédagogique ? Que "se raser est un acte non écologique" ?  Je suis troublé... Il reste encore le bon vieux rasoir de barbier, mais on va peut être lui coller une taxe "farwest" pour empêcher la tentation de retourner vivre comme au 19e siècle :-/

Je commence à me demander si les objectifs de ces "éco-taxes" et autres dispositifs de bonus/malus sont vraiment environnementaux.... Dans l'idée, la démarche est très bonne (encourager la consommation éco-responsable), mais je crains qu'elle soit en train d'être détournée vers des orientations strictement budgétaires.

Le nom de cette taxe sur le jetable ? La taxe "Pique-Nique". On ne pouvait trouver mieux pour la polémique ;)


Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 16:24

De retour à Orléans, j'ai pu assister à une démonstration d'escrime japonaise.

Katanas (sabres) au sol, on commence par le salut


















Le "tablier" que portent les escrimeurs est un hakama (jupe). C'est une partie de la tenue traditionnelle des samourais.




Attaque collective (avancée avec des coups de sabres de haut en bas)


Combats avec des bokkens (sabres en bois qui servent à l'entraînement)


La lame du katana est aussi tranchante que la lame d'un rasoir

Publié par comprendre - dans Japon
commenter cet article
4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 17:34

Pendant la promenade, différentes rencontres.

Des mûres sauvages, beaucoup. Cela fait de jolies photographies colorées


Un lièvre, de profil au centre de la photo. J'ai eu le temps de le filmer.
Cela fait donc deux films de lièvre en 3 jours !


Des perdrix, quatre ou cinq, pas plus effrayées que ça...

Publié par comprendre - dans Divers
commenter cet article
4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 17:07

Une petite visite dans un marais.





















Publié par comprendre - dans Divers
commenter cet article