Déco...

Recherche

Lecture en cours

 

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?

11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 18:53
JE SUIS REVENU ! Lire le texte ci-dessous

19/03 : de retour parmi les blogueurs ! Ma famille est repartie, je peux à nouveau m'exprimer librement ;)

Je vais commencer par vous dévoiler un secret sur les élections municipales : tout n'est pas aussi clair que vous pouvez le penser...

Mes fonctions m'ont conduit à procéder à des vérifications de résultats proclamés pour les élections municipales. Comme vous, il me semble, je m'attendais à voir des élus véritablement élus... Et bien pas toujours ! Voyez plutôt : erreur dans le calcul de la majorité absolue, bulletins considérés à tort comme nuls, bourrage d'urnes... Bilan : des gens pas élus au premier tour l'étaient, des gens élus au deuxième tour ne l'étaient pas. Curieux... Et pourtant assez fréquent !

Vous allez me dire, pas de panique, la démocratie veille ? Pas du tout, vous vous mettez le doigt dans l'oeil ! Les responsables des bureaux de vote ont à peu près tous les pouvoirs pour ce qui est des proclamations (et donc le pouvoir de proclamer n'importe quoi) et seul un vrai contrôle IN SITU est susceptible de changer les choses (scrutateurs, observateurs). Mais les observations sur les PV ne changent rien, ou presque, pour ce qui est du contrôle a posteriori exercé par l'Etat et, pire encore, quand l'Etat constate lui-même qu'il y a eu des erreurs d'importance dans la comptabilisation des votes (ex : un conseiller élu à tort ou, inversement, un conseiller non élu alors qu'il aurait du l'être), il ne fait pas forcément quelque chose... Après tout, pourquoi générer du trouble si personne n'est au courant que la démocratie a été "malencontreusement" aménagée ? Voilà donc la position de l'Etat : vous avez constaté des choses anormales ? Adressez-vous au Juge. Je constate quelque chose d'anormal ? Je me tais !

Et, cerise sur le gâteau, me croirez-vous si je vous annonçais que, parfois, l'Etat introduit un recours pour "servir la soupe" à un ancien élu qui s'est fait battre ? Et bien vous devriez ! Battu d'une poignée de voix, l'élu a pleuré là où fallait pour contester, sans aucune honte, sa non-réélection : pas d'argument valable, juste trois ou quatre arguties minables pour refuser la décision des urnes. Et l'Etat saisit le juge.

Et pendant ce temps, dans une autre commune, Madame X, qui aurait du être proclamée élue, pense tristement que son élection s'est jouée à "peu de choses". Si elle savait...

Comme le dit un blog ami : bonjour ma colère, salut ma hargne, et mon courroux... coucou.

Et encore, je ne vous dis pas tout, j'ai vu des manoeuvres politiques dégueulasses et des comportements de citoyens "pinailleurs" parfaitement inadmissibles. C'est une autre histoire.


-------

Bonjour ! En gros gros rush pour les élections au boulot, journées longues et très intenses. De la famille à la maison. Bilan, je suis pas là mais je pense à vous ;) Par contre, je lis vos comms. Merci de vos passages et messages ! A très bientôt, comprendre.

Je ferai évoluer cet article dans les jours à venir. Le Louvre est prévu vendredi 14 mars.
Pour répondre à une question, dimanche il pleuvait et je n'ai pas voté ;) De toute façon, mon maire est repassé avec 70% des suffrages. C'est sûr que vu la concurrence... Vous avez aimé Thérion ?

13/03 - Allez, une vidéo musicale qui est la chanson "Moskau" du groupe allemand Dschinghis Khan. La musique était celle de mon blog pendant une petite semaine.


ça ne nous rajeunit pas ;) Là, je vous ai mis "Requiem pour un con" de Gainsbourg en fond musical.
Pour les paroles de Therion, j'ai trouvé une traduction en anglais. Je la rajoute dans l'article "Siren of the woods".

Passez une bonne journée, je ne suis pas en avance ;) Merci de vos visites ! comprendre

 

15/03 - Le Louvre c'est GRAND et plein de touristes ! J'ai pris quelques photos pour vous montrer, on en reparlera donc bientôt. Ma préférence s'est portée sur la partie grecque de l'exposition. A signaler : une exposition temporaire sur BABYLONE qui dure jusqu'à mi-juin (on en reparle également).

Vous devriez jeter un oeil sur le site J-popniaiserie pour y trouver des choses comme ça :

 






 
Publié par comprendre - dans Divers
commenter cet article
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 10:11


Dans le film "La légende de Suriyothai", on peut observer les ravages causés par la petite vérole. Nous sommes au XVIe siècle et rien ne peut venir en aide aux malades...

La petite vérole n'est pas une maladie vénérienne, mais une maladie virale mieux connue sous le nom de variole. Cette qualification de "petite vérole" fait référence à l'apparition de pustules sur la peau lorsque la maladie se déclare. Par ailleurs, c'est une "petite" vérole, la "grande" vérole étant ni plus ni moins que la syphilis qui elle, pour le coup, est bien une maladie vénérienne.

Je vous épargnerai les photos des malades, c'est moche, les peaux sont pleines de vésicules, les malades souffrent (fièvre, système respiratoire fortement perturbé, inflammation cutanée...). La maladie tue 1/4 des malades, laissant les survivants défigurés pour le reste de leur vie (la peau reste grêlée).

Je vous vois déjà paniquer et vous jeter sur votre carnet de santé pour vérifier vos vaccins : dormez tranquilles, braves gens, la maladie est éradiquée depuis 1980 ! Mais alors, pourquoi venir vous embêter avec cette saloperie puisqu'elle ne concerne plus personne ? Et bien, au fil de mes lectures, j'ai découvert que la dernière épidémie de variole en France était particulièrement intéressante... Voyez plutôt !

Nous sommes à la fin de l'année 1954. Blessé en Indochine, le sergent Debuigny, "para", est rapatrié en France pour y être soigné. Il rapporte dans ses bagages quelques vêtements de soie pour sa famille, un "souvenir". Problème... les soieries sont infectées par le virus de la variole. Rapidement, l'hôpital de Vannes, ville où est installée la famille du militaire, voit arriver des malades suspects. Un... trois... cinq... douze ! C'est une épidémie !

Le 1er janvier 1955, le ministère de la santé est informé de ces cas suspects. Le 2 janvier au matin, l'épidémie de variole est fortement suspectée par les médecins, appuyés dans leurs conclusions par un médecin de l'armée coloniale française. Le 4 janvier, l'Institut Pasteur confirme que le virus de la variole était bien à l'origine de l'épidémie.

  

 
Campagne de vaccination à Vannes en 1955 Campagne de vaccination à Vannes en 1955
 

 

Pendant les 10 jours qui suivent, une campagne de vaccination obligatoire est organisée dans le ressort de l'hôpital de Vannes : il faut dire que l'épidémie touche déjà plus de cinquante personnes et a provoqué la mort de neuf malades.

La ville devient "dangereuse" : les réunions publiques sont annulées, les médias s'en donnent à coeur joie contre Vannes la pestiférée. La maladie est combattue efficacement et l'épidémie est vaincue. Néanmoins, le bilan est lourd : 73 personnes ont été contaminées, 16 personnes sont décédées.

Ultime coup de la petite vérole en France : le directeur départemental de la santé du Morbihan, le Docteur Guy Grosse, très impliqué dans la lutte contre l'épidémie, est lui-même emporté par la maladie le 24 janvier 1955. Il sera cité, à titre posthume, à l'Ordre de la Nation.

 

 
Portrait du Docteur Guy GrossePortrait du Docteur Guy Grosse 


Les informations sur l'épidémie et les photographies illustrant ce récit sont tirées du site internet de l'hôpital Charcot de Caudan.
nti_bug_fck
Publié par comprendre - dans Histoire
commenter cet article
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 20:28

ymca-30675.gif

undefined

 


ymca-30675.gif

Publié par comprendre - dans Musique
commenter cet article
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 01:20
L'Hebdomadaire  "L'Histoire" du mois de mars 2008 est paru.

Histoire-mars-2008.jpg
Quelques articles à signaler au premier survol : "D'où vient le chaudron de Gundestrup ?" (pour une fois, on ne parle pas que de sa signification, mais également de ses origines), "La Gallo-Romaine aux pinceaux" (descriptif d'une tombe gallo-romaine, sépulture d'une artiste peintre visiblement reconnue à son époque).


En ligne, je vous suggère la lecture de l'article relatif aux massacres perpétrés au Kenya. Les explications données sont claires, même s'il faut se concentrer avec le nom des ethnies, la carte est vraiment très réussie.



L'adresse du site internet du magazine : http://www.histoire.presse.fr


Pour les lecteurs qui préfèrent utiliser leurs oreilles que leurs yeux, je vous rappelle qu'une émission quotidienne absolument géniale est diffusée sur France Inter : 2000 ans d'histoire. Les émissions sont gratuitement accessibles pendant 30 jours en streaming (écoute en ligne). Voici la page pour y accéder. Exemple d'émissions disponibles à ce jour : La Russie de Poutine, L'antigaullisme, Les apparitions à Lourdes, La Saint-Barthélemy ou encore Tibère.


Je profite de ce petit billet pour vous dire que tout va bien pour moi, ma demande de mutation est bien engagée, les difficultés initiales pour le départ ont été correctement levées. La semaine prochaine je reçois de la famille donc je serai un peu moins présent sur nos espaces respectifs, mais ça sera aussi pour la bonne cause puisque j'en profiterai pour aller visiter le Louvres ;)
Publié par comprendre - dans Histoire
commenter cet article
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 22:00
Voici un passage tiré d'un blog ami qui m'a donné envie de partager avec vous une réflexion :

Parce que je me considère "mieux" que les "veaux", j'en oubliai que des personnes bien plus brillantes que moi existaient [...]


Pour citer une nouvelle fois "La pierre et le sabre" de Eiji Yoshikawa, lisez donc la rencontre entre Musashi et un maître d'armes à qui il souhaite se mesurer :
"Musashi était presque certain, d'après ce qu'il en avait déjà vu, qu'il pouvait se mesurer à cet homme, mais il s'interdit trop de hâte. Takuan lui avait enseigné la première leçon de l'existence : que le monde contient beaucoup de gens qui risquent fort de vous être supérieurs. [...] Avant de laisser son orgueil et sa confiance en lui l'amener à sous-estimer un adversaire, il voulait le jauger sous tous les angles. Tout en assurant ses bases, il resterait sociable, même si cela risquait parfois de paraître lâche ou servile à son adversaire."

Après cela, je me réfère également à "L'Art de la guerre" :
"Toute campagne guerrière doit être réglée sur le semblant. [...] simulez l'infériorité pour encourager son [l'ennemi] arrogance. [...] Vous feindrez quelquefois d'être faible afin que vos ennemis, ouvrant la porte à la présomption et à l'orgueil, viennent ou vous attaquer mal à propos, ou se laissent surprendre eux-mêmes et tailler en pièces honteusement."

laotseu.gif

L'orgueil et l'arrogance sont sources d'échecs (personnels, professionnels...) car ils prédisposent qui en est atteint à une mauvaise évaluation des situation et des capacités, les poussant de ce fait à s'exposer inutilement.

On peut être supérieur à l'ennemi mais sans pour autant être objectivement en position de force : c'est le cas face à un adversaire qui adopte une posture humble voire, plus stratégique, feinte pour fausser le jugement qui est porté sur lui. Une armée peut bien être plus expérimentée et mieux équipée, il n'en restera pas moins qu'elle se fera décimer si elle se rue dans un fossé hérissé de pieux en croyant prendre par surprise son adversaire.

Relisez la suggestion de Sun Tzu, il propose de pratiquer le "semblant" pour instrumentaliser l'orgueil de l'adversaire et l'amener de sa propre initiative à attaquer une armée parfaitement "préparée". C'est ni plus ni moins que le pousser, par la ruse, à se jeter dans la gueule du loup. L'arrogant, même s'il est en position de force, peut se retrouver battu par un adversaire inférieur mais qui aura su exploiter son travers. Et l'arrogance est justement l'un des travers les plus faciles à détecter ;)


Et pour conclure, je vous conseille la lecture attentive d'une réflexion sur l'humilité attribuée à Lao-Tseu :
Il existe des hommes intelligents et à l'esprit pénétrant qui frisent la mort ; c'est parce qu'ils aiment critiquer les autres. Il existe des hommes au vaste savoir et à la grande éloquence qui mettent leur vie en péril ; c'est parce qu'ils aiment dénoncer les mauvaises actions des autres. Aucun fils ni aucun sujet ne devrait traiter les autres comme sa possession.
Publié par comprendre - dans Philosophie
commenter cet article