Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie
Pierre Lemaître - La robe de marié
Eric Dupond-Moretti - Directs du droit

Dan Millman - Le guerrier pacifique
 

20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 19:52
Bonjour :) Je ne vous dis plus rien car je boude je fréquente j'ai la flemme mon temps de travail est très chargé à cause des élections en cours.
Rappel
Les dimanches 9 mars et 16 mars 2008 nous sommes appelés
à
voter pour nos conseillers municipaux
qui
éliront le maire de notre commune.
 
Les élections et vous
Vous allez voter aux municipales ? Vous connaissez un peu les candidats de votre commune ?

Pour ma part, pas grand chose à dire : 2 listes, une élection jouée d'avance, pas de campagne. Je ne suis pas sûr d'aller voter. Mon sens civique ? Érodé ;) Pour tout vous dire, je pense déménager cette année et puis je ne suis pas fan de mon équipe municipale.

-lections.jpg
L'UMP (majorité présidentielle) s'attend à se prendre une dérouillée... Moi je ne pense pas :) Peut être que les résultats nationaux donneront un équilibre plus à gauche qu'il ne l'était, mais je ne crois pas que les élections locales vont être perçues comme un "test" pour le pouvoir en place et entraîner de gros coups durs (il y en aura quand même, dans les grandes villes principalement). Paris et Lyon resteront sûrement à gauche, Marseille pourrait passer à gauche, Bordeaux restera à droite.

A proximité de chez moi, deux communes de 20 000 habitants toutes les deux dirigées par des maires "UMP" très visibles, dont un très proche de l'Elysée. Bilan attendu : 2 réélections dans un fauteuil. C'est la gestion du quotidien qui fait l'élection, pas le logo sur l'affiche.

quimby.jpg  Votez Quimby !

Peut être que vous le savez, mais on renouvelle aussi les conseillers généraux (1/3 pour être précis). ça ne vous passionne pas ? Moi non plus !

A surveiller : le taux de participation aux municipales ! Je pense qu'il sera faible.


Vous avez dit :

Bool (http://bool-de-gom.com)
Chez moi aussi c'est quasi joué d'avance, même si j'espère que... J'irai voter, rien que pour ne pas voter pour le maire actuel.

Un vote pour le plaisir de ne pas voter pour quelqu'un ? C'est marrant :) Autre méthode, voter "pour" mais en dégradant le bulletin de vote par un mot sympa,  comme "Je t'aime" ou "tu es le meilleur" : boum, vote invalide.

Anne (http://www.bloguez.com/Atmosphere88)
Je ne pense pas non plus qu'il y aura pâtée... Mais mon devoir civique m'appelle à aller voter, rien que pour tous ceux qui par le monde n'ont pas ce privilège...

Anne, la bonne conscience du blog de comprendre. ;)

Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 22:57
ill-bossuet.jpgDeux crânes dans les catacombes de Paris (site source)


Ô mort, nous te rendons grâces des lumières que tu répands sur notre ignorance : toi seule nous convaincs de notre bassesse, toi seule nous fais connaître notre dignité : si l’homme s’estime trop, tu sais déprimer son orgueil ; si l’homme se méprise trop, tu sais relever son courage ; et pour réduire toutes ses pensées à un juste tempérament, tu lui apprends ces deux vérités, qui lui ouvrent les yeux pour se bien connaître ; qu’il est infiniment méprisable, en tant qu’il finit dans le temps ; et infiniment estimable, en tant qu’il passe à l’éternité.

Bossuet, Sermon pour le vendredi de la IVe semaine de carême
Publié par comprendre - dans Philosophie
commenter cet article
16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 16:37
Des choses diverses aujourd'hui car je n'ai pas envie de développer quoi que ce soit. Donc, vous pouvez faire votre marché ;) Une chose marrante (et rigoureusement inutile), un peu de musique (avec des guitares) et un peu de culture (pour combler les lacunes de l'enseignement hexagonal).


Une chose marrante, c'est de transformer son bureau Windows XP ou Vista en un truc en 3 dimensions qui gère les reflets, les empilements, les rotations, les jets rageurs, les posages verticaux...

bureau.jpgOn peut faire ça avec la version payante, de base on est dans un monde tout bleu.


Le logiciel est tout petit, léger en ressources et se désinstalle aussi sec. A faire : empiler des icones et jeter la poubelle contre les murs (en hurlant, ça donne un style "geek" très distingué)



Un peu de musique métallique pour vos oreilles délicates. Pourquoi ce titre en particulier... je n'en sais rien. C'est un bon morceau, d'un groupe culte et ce n'est pas trop violent.


Bathory - Rode to Asa Bay



Vous connaissez Sappho ? Moi, jusqu'à ce matin, non. Mon excuse est que je suis insensible à la poésie et que, par conséquent, j'ai zappé Verlaine, Boileau et les écrits de la dame herself. Et puis comme le boulot de l'Education Nationale c'est de faire la police en classe et d'enseigner à peu près tout dans un minimum de temps...

Bon, ce qui compte c'est que l'erreur soit réparée, et ce grâce au tableau "L'apothéose d'Homère" (Ingres, 1827) qui m'a fait m'interroger sur elle. Oui, on la voit à gauche, là, petite femme discrète d'allure masculine.

sappho.jpgBig Brother is watching you - Homo-repérage réalisé sous copyright et plus si affinités

On ne sait pas grand chose sur l'histoire de Sappho, tout au plus qu'elle était une poétesse grecque connue qui a vécu au VIIe siècle avant J.C., qu'elle habitait sur l'île de Lesbos et qu'elle aimait beaucoup et ouvertement les femmes. Une lesbienne... Ah ben voilà pourquoi on ne l'a pas étudiée à l'école ! Faut dire qu'elle y allait gaiement (euh...) dans ses poèmes.

Il me paraît égal aux dieux celui qui, assis près de toi, doucement, écoute tes ravissantes paroles et te voit lui sourire ; voilà ce qui me bouleverse jusqu'au fond de l'âme.

Sitôt que je te vois, la voix manque à mes lèvres, ma langue est enchaînée, une flamme subtile court dans toutes mes veines, les oreilles me tintent, une sueur froide m'inonde, tout mon corps frissonne, je deviens plus pâle que l'herbe flétrie, je demeure sans haleine, il semble que je suis près d'expirer.

Les écrits de Sappho ne nous sont pas parvenus en grand nombre, souvent par des citations d'auteurs antiques eux-mêmes repris dans des compilations. Son existence, elle, ne fait pas de doute (directement citée en sa qualité de poétesse par Hérodote) bien que tous les évènements qui lui sont rapprochés ne soient pas nécessairement vrais.
Publié par comprendre - dans Histoire
commenter cet article
13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 20:19

Extrait de la pierre et le sabre, un petit texte d'excuses d'une finesse admirable.

Sekishusai est un vieil homme sage, petit seigneur local, maître d'une technique de sabre très réputée à travers le Japon. Il s'est retiré du monde et cherche à se protéger des étudiants errants ou des guerriers provocateurs. Ses fils sont placés chez le Shogun, l'un d'eux est même formateur aux arts martiaux. Le vieil homme n'a rien perdu de sa vigueur au combat. Sa vie, désormais, est de cultiver des pivoines, écrire des poèmes japonais et de couler des jours heureux au son de la flûte de la jeune femme qui lui tient compagnie.

c-r-monie-du-th-.jpg

Voilà que trois jeunes samouraïs, fils de daimyos puissants, et courtisans de l'empereur, viennent dans le "fief" de Sekishusai et exigent, diplomatiquement, de le rencontrer pour se mesurer à lui. Sekishusai décline une première fois leur sollicitation mais, comble d'outrecuidance, les jeunes samouraïs annoncent qu'ils viendront quand même visiter le dojo de Sekishusai et qu'ils espèrent bien pouvoir obtenir de lui une "leçon" (de là à considérer qu'ils vont le défier tout aussi sec, il n'y a qu'un pas).

Sekishusai souhaite éviter cette rencontre avec ces hommes frustres et décide de leur envoyer Otsu, la jeune fille qui lui tient compagnie au matin de la rencontre. Elle doit leur remettre une lettre d'excuses accompagnée d'une pivoine blanche, fleur rare dans cette partie du Japon. Le vieil homme a pris le parti de flatter les samouraïs.

Voici les termes de la lettre d'excuses :

"Pardonnez-moi d'envoyer mes salutations par lettre au lieu de vous rencontrer moi-même ; hélas ! Je suis un peu enrhumé. J'espère qu'une pivoine blanche comme neige vous donnera plus de plaisir que le nez coulant d'un vieillard. J'envoie la fleur par la main d'une fleur, en espérant que vous agréerez mes excuses. Mon vieux corps se repose en dehors du monde quotidien. J'hésite à montrer mon visage. Je vous en prie, souriez avec pitié à un vieil homme."

Et le coup de grâce porté par Otsu :

"Il a dit aussi qu'il aimerait prendre avec vous une tasse de thé mais qu'il hésite à vous inviter chez lui car il n'y a là que des guerriers ignorants des finesses de cette cérémonie. Munenori [le fils aîné de Sekishusai] se trouvant à Edo, il a le sentiment que le service du thé serait grossier au point de provoquer l'hilarité de personnes venues de la capitale impériale. Il m'a priée de vous demander pardon, et de vous dire qu'il espère vous voir une autre fois."

Ils sont partis furieux ;)

Vous avez dit :

Anne88 (http://atmosphere88.bloguez.com)
L'art de l'esquive... Presque sans bruit, sans grande colère de la part de l'homme sage,
L'art de faire passer un message courtois pour désamorcer la bombe..
Qui devrait en prendre de la graine ? Tellement beaucoup comme diraient des enfants..

-> Une esquive subtile, courtoise, qui éconduit habilement les querelleurs. Voyez le "diamant" qui se cachait dans ces excuses. La pivoine présentait une particularité que seul un vrai bushi pouvait observer et, à sa simple vue, comprendre que le vieux Sekishusai était un maître de son art et abandonner tout projet de défi.  Au retour d'Otsu à la citadelle, le vieux sage voulu savoir si le chef des samouraïs avait examiné la pivoine. Otsu répondit que oui mais que l'observation avait été rapide et qu'il avait repoussé méprisamment le présent. Et le vieux maître de conclure à sa supériorité indiscutable sur ce fanfaron et d'affirmer que la rencontre aurait été fatale au jeune guerrier. Plus tard, la pivoine a été "lue" et comprise par quelqu'un à qui elle n'était pas destinée... ;)

Publié par comprendre - dans Livres
commenter cet article
10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 14:46
L'herméneutique : voilà un nom féminin qui attirera sur vous des regards admiratifs lors du prochain dîner en ville.

L'étymologie du nom est grecque : hermeneuein, verbe qui signifie "interpréter" et "traduire". Vous vous en doutez bien, ce verbe était lui-même associé du dieu Hermès, le messager des Dieux de l'Olympe. (sa reconversion dans l'industrie du luxe fut plus tardive).

hermes.jpgLe dieu grec Hermès
avec ses petites sandales ailées

La définition est relativement simple puisqu'elle se rapporte à son origine grecque : l'herméneutique est l'interprétation d'une oeuvre permettant de mettre en lumière sa signification cachée.

Certaines productions humaines (textes littéraires, peintures, mythes, paraboles...) ne répondent pas à nos canons actuels (star academy, bisounours, Ségolène...) et ne délivrent leur signification que si l'on mobilise son savoir et son intelligence pour le comprendre (rappelons que comprendre signifie "assembler sous l'unité d'un sens" et s'applique parfaitement à l'action de décoder une multitude de détails insérés dans une oeuvre pour en retarder son déchiffrement).

L'exemple typique applicable à l'herméneutique est le texte théologique, quel qu'il soit : la compréhension du message divin n'est pas de lecture directe et nécessite un travail attentif et répété. On évoquera pour illustration la kabbale juive qui vise à trouver différentes "couches" de savoirs dans la Torah.

Wikipédia m'a expliqué (lol) que Hans Robert Jauss avait élaboré une "triade herméneutique" pour étudier les oeuvres. Cette méthode me semble aboutie et je vous la livre ici :

- La première étape est la compréhension immédiate : ce que l'oeuvre "dit" dans une première approche, les émotions directes qu'elle suscite.

- La deuxième étape est la reconstruction de l'oeuvre en la replaçant dans son contexte historique et culturel : qu'a-t-elle apporté de nouveau, en quoi sa création à ajouter un plus dans son domaine.

- La troisième et dernière étape est l'interprétation de l'oeuvre : cette étape découle des deux premières et doit permettre d'expliciter les questions que posent l'oeuvre et de déterminer les réponses qu'elle apporte.

pi.jpgImage tirée du film "PI" de Darren Aronofsky
Encore un qui cherche à comprendre ;)

Maintenant que vous avez la méthode, vous n'avez plus qu'à vous transformer en herméneutes du quotidien et à "interpréter" (personnellement je préfère "traduire") tout ce que vous lisez ou voyez. Attention à ne pas trouver tout et n'importe quoi dans le néant absolu ;)

Un exemple de la démarche herméneutique ? Un texte sacré, l'évangile de Matthieu (XVI, 25) :
Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera.

Lecture immédiate : on doit sacrifier (au sens propre) sa vie pour vivre éternellement.
-> Cf. les martyrs Chrétiens (voir la lapidation de Saint Etienne) et les lectures vulgaires des extrémistes religieux.

Sens hermétique : le message du Christ permet de vaincre la mort physique en permettant à l'homme de devenir ce qu'il est (lumière).
-> Cf. par exemple l'évangile selon Thomas : "celui qui se fera herméneute de ces paroles ne goûtera plus de mort"

La boucle est bouclée !

Vous avez dit :

Antoine : Ah d'accord c'est donc ça l'herméneutique, merci j'ai compris comment comprendre maintenant. Moi qui pensais que l'herméneutique faisait encore débat dans la sphère de la philosophie, je suis content de voir que quelqu'un ai pu circoncir cette problématique en quelques lignes là où, entre autres, Heidegger, Gadamer, Habermas, Derrida se sont perdus en d'interminables écrits et discours.

Mais quelle boucle as-tu bouclé?

Peut-être as-tu cru lire ici un blog "philosophique" destiné à un public averti ? Cette erreur explique probablement ton ironie. Mes pages visent à élargir les perspectives et à enrichir des réflexions, pas à apporter des vérités flamboyantes ou à servir de tribune à des débats spécialistes. Tu as lu Derrida ? Grand bien t'en fasse, mais quel plaisir retires-tu à sentencier le non spécialiste dans sa démarche d'enrichissement ? Procèdes-tu de la sorte dans ton "milieu" culturel ou, au contraire, subis-tu cette suffisance ? Pour ma part, j'ai une spécialisation en droit et je n'irai pas jouer le quistre en tartinant des pages et des pages de "blog" dans le seul but de satisfaire mon égo. Non, ce n'est pas la peur, cela s'appelle l'humilité. Si je veux confronter mes idées dans mon domaine, je me rapprocherai de mes pairs, et non de "blogs" juridiques généralistes. Vois-tu où je veux en venir, Antoine ?

Quelle boucle ? Disons qu'il y a une logique interne à cet article que quelques lecteurs auront comprise. Allez, tu es quelqu'un de cultivé et je conviens que tu mérites mieux qu'une réponse vague. Et si l'objectif de mon article n'était pas l'herméneutique mais la mise en relief d'un texte gnostique ? Nttt Nttt Nttt, ne t'arrête donc pas en si bon chemin, regarde l'adjectif qualificatif qui est utilisé pour décrire le sens de ce texte : "hermétique". La boucle est bouclée car je publie un texte dont la lecture immédiate est l'herméneutique mais qui comprend en réalité un sens caché, à savoir la désignation d'une dimension hermétique de cet ogion de l'évangile selon Thomas. Tu ne comprends pas ? Ne t'inquiète pas, on en débat encore dans une autre sphère ;)

Publié par comprendre - dans Philosophie
commenter cet article