Déco...

Recherche

Lecture en cours

 

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?

26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 21:47

Eric Besson, ministre français en exercice, a proposé, ce dimanche 25 octobre 2009, qu'un grand débat soit engagé dans notre pays sur le thème de l'identité nationale.

Eric Besson identité nationale"J'ai envie de lancer un grand débat sur les valeurs
de l'identité nationale, sur ce qu'est être Français aujourd'hui
"

Le concert des récriminations n'a pas mis longtemps a se faire entendre : manipulation politique à quelques mois des régionales, droitisation du discours, le front national est à l'orée du bois...

Peut être qu'il y a quelques visées politiques derrière le *timing* d'introduction de ce débat, j'en conviens, néanmoins, je voulais écrire aujourd'hui que ce débat ne me semble pas du tout déplacé.

Ces thèmes, relatifs à la nation, n'appartiennent pas à l'extrême droite française. Pour être correct, ces thèmes ont été "abandonnés" à l'extrême droite pendant 20 ou 25 ans et, désormais, leur évocation fait naître un doute "habituel". Désolé, mais il va falloir abandonner le réflexe pavlovien : les républicains, de droite comme de gauche, abordent désormais de face des thèmes tels que l'immigration, l'identité française, la souveraineté nationale. Et c'est tant mieux !

Le cadre étant posé ("le thème n'est pas déplacé"), nous pouvons désormais évoquer quelques points qui font, à mon sens, l'intérêt de s'interroger sur la nation française.

L'évoquer, c'est déjà rappeler qu'elle existe : dans un contexte d'internationalisation, se rappeler qu'il  existe encore une langue, une culture et une histoire qui nous "regroupent" n'est pas totalement inutile. Ce qui est inquiétant, c'est le délitement de ce lien, progressif, qui fait de notre société une juxtaposition au détriment d'une unité. On parle "couramment" de communautarisme, je n'aime pas trop ce nom car il pose la focale sur l'individu (certes, communautarisé) bien plus sur le le groupe qui doit normalement le transcender. Les fondamentalistes religieux l'ont bien compris, eux, qu'ils ont tout intérêt à créer du "lien", de l'identité collective. A nous de nous rappeler qu'il existe aussi un pacte républicain (un contrat social dirait l'autre) du côté de la liberté.

Les contextes de crise sont propices à l'opposition : riches et pauvres, banquiers et "autres", public et privé, patrons et salariés, politiques et médias, producteurs et commerçants, citoyens et pouvoir, français et immigrés... Les éléments de désunion sont déjà légion, les éléments d'union sont peu ou pas connus (ou pas ou peu efficaces), il est évident que rajouter un contexte économique difficile aurait tendance à favoriser l'individualisme. Parler de nation, c'est rappeler le collectif.

La population est vieillissante, à quoi ressemblera la France de demain : pays de compétitivité ou territoire de traditions ? Nous sommes à la croisée des chemins, la société accompagne le vieillissement de nos baby boomers. L'Etat se réforme, mais, plus profondément, c'est la société elle-même qui se réforme dans son sillage. Bref, que ferons-nous demain, comment et avec qui (mobilité due à l'emploi) ?

Et puis, le choc des civilisations, alors, on y est... ou pas ?

Et si dans le prolongement de ces discussions on pouvait en profiter pour nous interroger un peu sur le fonctionnement de nos institutions...

Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 20:19

Les entreprises qui effectueront du démarchage téléphonique sauvage auprès des citoyens allemands pourront désormais être sanctionnées d'une amende de 50 000 euros.


Explications :

Le démarchage téléphonique sauvage, c'est quoi ?

C'est lorsqu'une entreprise vous appelle à votre domicile, ou à votre travail, pour essayer de vous vendre un produit ou un service mais sans que jamais vous n'ayiez demandé à être contacté.

"Bonjour, je suis Valérie Tartempion de la société Machin et je vous appelle pour vous informer que vous avez été tiré au sort pour participer à un jeu qui pourrait vous permettre de gagner une cuisine équipée d'une valeur de 15 000 euros à l'occasion de l'inauguration de notre nouveau magasin dans votre ville. Souhaitez-vous venir découvrir notre nouvelle gamme de cuisines équipées ?".

Ah oui, ça ! Mais on ne peut pas s'en protéger ?

En France, on peut demander à son opérateur téléphonique d'être inscrit sur la "liste orange". Cette liste autorise la diffusion de vos coordonnées téléphoniques sur les annuaires publics mais interdit à quiconque d'utiliser vos coordonnées à des fins commerciales.

Vérifiez donc votre fiche sur les pages blanches : si vous êtes inscrit sur la liste orange, un petit pictogramme apparaît à côté de votre numéro de téléphone.

Pictogramme "liste orange" et sa description

Par ailleurs, la loi informatique et libertés permet de vous opposer à ce que vos données personnelles (coordonnées par exemple) fassent l'objet d'un traitement automatisé : ainsi, il vous est parfaitement possible de demander à une entreprise de supprimer vos coordonnées de ses listings (cela s'appelle le droit d'opposition).

Oui, je connais ça, mais je continue à être démarché à mon domicile !

Il n'est pas rare que les entreprises ne respectent pas la liste orange (ce qui est pourtant une infraction pénale) ou ne donnent pas suite aux demandes de suppression des coordonnées dans un listing.

Ainsi, la CNIL a récemment infligé un amende de 30 000 € à la société Isotherm pour, entre autres choses, avoir mal pris en compte les demandes de désinscription des listings commerciaux formulées par les personnes démarchées.

Et dans les autres pays, ça se passe comment ?

Les États-Unis, le Canada ou encore Angleterre ont adopté une liste où les abonnés s'inscrivent pour ne pas être démarchés. Les amendes au Canada, en cas de démarchage d'une personne inscrite sur cette liste (dénommée Liste nationale des numéros de télécommunications exclus ou "LNNTE", sont de 1 500 $ pour chaque plainte de particulier et de 15 000 $ pour chaque plainte d'entreprise. En France, c'est, au pire, un amende de 90/135 euros par infraction de non respect de la liste orange (article R10-1 du Code des postes et télécommunication numériques) : pas très dissuasif et, à ma connaissance, très rarement appliqué.

Mais le télémarketing ça soutient des emplois et ça génère des ventes, c'est bien dans un sens ?

C'est peut être bien pour les entreprises, mais c'est insupportable pour les gens qui n'ont rien demandé et qui sont régulièrement embêtés à leur domicile.


Alors, est-ce qu'on fait comme en Allemagne et on passe à une solution un peu plus "dure" contre le démarchage téléphonique sauvage ? Vos avis en commentaires !


Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 18:55

Souvenez-vous, il y a quelques jours je vous proposais un article sur la suppression annoncée de l'avis conforme de l'architecte des bâtiments de France pour les aménagements dans les ZPPAUP.

Je vois que cette "décision" est loin de faire l'unanimité, les Français étant finalement plus attachés à leur patrimoine (et à ses retombées économiques) que ne le laisse penser notre Parlement.

Il m'a semblé intéressant de porter à votre connaissance l'existence d'une émission de radio, "ça vous dérange", diffusée sur France Inter le vendredi 31 juillet 2009, ayant pour titre "Urbanisation et patrimoine : les vieilles pierres doivent-elles se taire ?". Attention, l'émission est disponible à l'écoute jusqu'au 31 août 2009, après c'est fini !

Autour de la table : Nicolas Perruchot, député Nouveau Centre de Loir et Cher, qui est le rapporteur de l’amendement relatif à la suppression de l’avis conforme des Architectes des Bâtiments de France ; Yves Dauge, sénateur PS d’Indre-et-Loire, expert en patrimoine, membre de la Commission des affaires culturelles ; Fréderic Auclair, président de l’Association Nationale des Architectes des Bâtiments de France (ANABF).

L'émission est très intéressante dans le sens où l'on comprend les motivations des uns et des autres dans cette affaire. Il apparaît d'ailleurs que le sieur Perruchot n'est finalement pas si fier de cet amendement, parlant plutôt d'un "essai" pour faire naître un débat que d'une véritable volonté d'aller au bout de la démarche de suppression de l'avis conforme. Y'aurait-il un parfum d'inconstitutionnalité (type cavalier législatif) dans l'air ? ça se pourrait bien ! En tout cas, force est de constater qu'un début de consensus est né autour du micro de France Inter, en espérant que la situation législative pourra se normaliser au plus tôt.

Pour illustrer l'article, je rebondis sur la rénovation en cours du château de Bélesta, dans l'Ariège, à laquelle un intervenant fait référence à la toute fin de l'émission. Voici le site invitant à découvrir le travail de rénovation en cours (pensez à regarder la vidéo !).



Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 19:48

9 lignes dans Le Monde du vendredi 24 juillet 2009 : l'avis de l'architecte des bâtiments de France (ABF) sur les permis de construire à l'intérieur des zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysagé (Zppaup) ne sera plus que consultatif.

C'est ce qu'a voté le Parlement français ce jeudi 23 juillet 2009 : jusqu'à présent, l'avis de l'ABF devait être conforme pour permettre la délivrance du permis de construire à l'intérieur d'une ZPPAUP. Désormais, que l'ABF soit d'accord ou non, le maire pourra délivrer le permis de construire.

Voilà le texte qui est modifié (article 8 bis du projet de loi adopté le 23 juillet 2009) :

Article L642-3 du Code du patrimoine
Les travaux de construction, de démolition, de déboisement, de transformation et de modification de l'aspect des immeubles compris dans le périmètre de la zone de protection instituée en vertu de l'article L. 642-2 sont soumis à autorisation spéciale, accordée par l'autorité administrative compétente en matière de permis de construire après avis conforme de l'architecte des Bâtiments de France. [...]

Objectif de cette réforme ? Accélérer les programmes de construction. Il faut que le béton parle ! Le paysage, on s'en fout, c'est l'argent qui commande.

Villa rénovée en ZPPAUPVilla rénovée à Olivet (45, proche d'Orléans) - source
Située en ZPPAUP, cette réhabilitation a été réalisée dans une optique de conservation du paysage


Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 18:28

Aujourd'hui, on en a entendu parler : le vote de la loi "HADOPI" a été repoussé à septembre.

Vous avez un peu "laché l'affaire" ? HADOPI 2, c'est quoi ?

On va déjà démarrer par du neuf, un article publié sur le site de télérama qui résume un peu là où en est :

Pour HADOPI 2, il est urgent d'attendre... septembre

Le président de l'Assemblée, Bernard Accoyer, a annoncé peu après le début de la session, qu'un vote solennel aurait finalement lieu le 14 septembre prochain. La majorité choisit donc de ne pas passer en force, en n'utilisant pas, par exemple, l'article 49-3. Pour le député communiste Jean-Pierre Brard, elle « se donne plus de deux mois » pour convaincre ses troupes de voter un texte critiqué même dans son camp. Ce report est surtout une manière de ne pas prendre part à la course contre la montre lancée par la gauche.

Ouf, on a donc jusqu'au 14 septembre 2009 pour bien comprendre ce qui se passe du côté du Parlement.

Pour aller un peu plus loin, je vous propose d'écouter, demain soir (mercredi 22 juillet 2009, disponible ensuite à l'écoute pendant 7 jours sur le site) sur France Inter, l'émission "Le téléphone sonne" qui sera consacrée à HADOPI 2.

Et pour les nouveaux lecteurs (1), vous pouvez trouver deux articles à moi sur ce blog en cliquant sur ce lien ou en cliquant sur cet autre lien.


(1) : à ce propos, pensez donc à vous abonner au flux RSS de ce blog, ou à le mettre dans vos favoris voire, encore mieux, le mettre en page de démarrage de votre explorateur !

Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article