Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie
Pierre Lemaître - La robe de marié
Eric Dupond-Moretti - Directs du droit

Dan Millman - Le guerrier pacifique
 

14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 11:56
"Dimanche 14 juin : par ici les globules" titre le site internet du quotidien "Le Monde".

Un grand élan solidaire, "festif et ludique", pour sauver des gens. "Son objectif est de faire la fête autour de ce geste simple, généreux et solidaire qu’est le don du sang" dixit le site internet dédié.

C'est la fête ! crédits : lemonde.fr - Hamid AZMOUN

Par contre, Messieurs les homosexuels, vous n'êtes pas les bienvenus, passez votre chemin.

Car ce que le battage médiatique (campagne de presse, publicité à la télévision, un site internet dédié...) oublie de nous dire, c'est que les dons de sang sont toujours interdits aux homosexuels masculins. "Population à risque" nous explique-t-on.

Comme pour l'Hadopi, l'administration française nous sert une culpabilité "a priori" : si vous êtes un homosexuel masculin, vous présentez plus de risques d'être porteur du VIH et donc nous n'avons pas besoin de votre sang. Sauf que là, pas de logiciel espion implanté dans son corps pour "prouver" que l'on est sain, ou que l'on est fidèle, ou que le rapport homosexuel d'il y a vingt ans ne vous a pas transformé en créature démoniaque.

Cette histoire de don du sang est donc d'un ridicule sans nom : l'homosexuel masculin qui s'assume sera considéré comme un pestiféré, l'homme marié qui fréquente régulièrement (mais discrètement) les lieux de rencontres homosexuels, lui, pourra donner son sang avec responsabilité et fierté. Idem pour les hommes qui ont de multiples rapports hétérosexuels non protégés mais qui oublient de l'indiquer. Et ainsi de suite. De quoi renforcer un peu plus la stigmatisation de l'homosexualité, et accessoirement la marginalisation des homosexuels. Pensez-vous qu'une telle approche participe à la prévention du suicide chez les jeunes homosexuels, population dans laquelle le taux de suicide est 13 fois plus élevé que chez les jeunes hétérosexuels ? (source : étude de 2005 menée par l'association Aremedia et l'INSERM, citée par le ministère de la santé en 2008 dans le cadre du lancement du plan "santé des jeunes").

Ce qui me dérange également, c'est que le site de l'établissement français du sang "oublie" d'indiquer que les homosexuels hommes ne sont pas les bienvenus. Et oui, cette mesure de restriction n'est pas très populaire dans la population française (76% des 1009 personnes sondées par BVA trouvent cette mesure injustifiée) et, accessoirement, me semble incompatible avec les principes de non discrimination que l'on trouve dans l'ordonnancement juridique national et européen. Pour ce dernier point, la restriction justifiée par des motifs de santé publique me parait disproportionnée par rapport au principe de non discrimination, nous aurons l'occasion de connaître la position de nos juridictions et de la Cour européenne des droits de l'homme dans quelques années puisque cette "situation" vient d'être soumise aux juges français par voie contentieuse.

Une solidarité nationale qui invoque la responsabilité de tous, tout en frôlant la culpabilisation, mais qui exclut et stigmatise une partie de la population ne me parait pas acceptable. Pour ma part, je refuse de donner mon sang, au risque de passer pour un odieux égoïste, pour la simple raison que si l'on a besoin de mon sang, il faudra d'abord accepter celui de mes voisins homosexuels. Si l'on ne veut pas du leur, je ne donnerai pas le mien. Cela s'appelle la fraternité.

Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 20:36

Martine relance l'économie
Ah ? On a un point en commun.

Bon, on bloguera quand on aura un peu de temps alors...
Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 22:15


Le début de la fin !
Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 22:12

Je viens de regarder pendant une heure les débats à l'Assemblée Nationale sur le texte dit "HADOPI".

Les débats de l'Assemblée Nationale en direct

Voilà où nous en sommes : l'UMP soutient que les "avertissements" de l'HADOPI (le mél et le courrier recommandé) à un individu "ne portent pas grief" et, donc, ne peuvent être contestés. En clair : tant que la ligne internet n'aura pas été suspendue par l'HADOPI, l'individu mis en cause ne pourra contester ce qu'on lui reproche.

Souvenez-vous ce que je vous disais : le texte, qui inverse la charge de la preuve, et qui intervient dans un domaine technique de grande incertitude (30 à 40 % d'erreur d'identification des IP), crée une situation d'injustice majeure à l'encontre des individus "non téléchargeurs" qui sont pris par erreur dans la machine HADOPI. Souvenons-nous également qu'un fichier est constitué et que les données personnelles desdites personnes se retrouveront dans le fichier des "malfaisants" jusqu'à ce que l'HADOPI veuille bien les effacer en cas de bonne foi. On se souviendra, sur ce point, des ratés du STIC (fichier "police") et des égarements constatés dans la gestion des casiers judiciaires.

Pour mémoire : 1 000 coupures de ligne internet envisagées par jour (source : Christine Albanel)
=> Que des coupables ? <=

Soyons clairs : l'infraction prévue par le texte est "ne pas avoir protégé sa connexion qui a servi à...", pas "avoir téléchargé", la nuance est essentielle ! Nous sommes donc tous concernés  :

1. La sécurisation d'une ligne internet est illusoire
2. Il sera matériellement impossible de *prouver* que la sécurisation était active au moment de l' "infraction".

Sans parler de l'inconstitutionnalité qui consiste à doter une autorité administrative de la capacité, en lieu et place d'un juge judiciaire (ce qui est la règle constitutionnelle en la matière), à porter atteinte à une liberté individuelle (accès à internet) qui, par ailleurs, est consacrée comme essentielle par le récent texte "Plan France Numérique 2012". Et si ce n'est pas l'inconstitutionnalité, ça sera l'Europe qui imposera l'incompétence de l'HADOPI et, donc, privera le texte d'une bonne partie de sa substance !

Petite remarque : "par principe", la majorité parlementaire rejette des amendements alors même que certains d'entre eux, de détail et très techniques, avaient pour objet de sécuriser le texte (un exemple : le fait que le fournisseur d'accès internet ne soit pas protégé s'il ne fournit plus l'accès à un "condamné" à la suspension alors même qu'il y est tenu par le contrat souscrit). Ce n'est pas très malin ;)

Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 13:25

OssementsLa grippe A arrive !

Roselyne BACHELOT
"Il faut être très attentif à l'évolution de la situation, sans pour autant céder à la panique"


Cela nous pendait au nez : une association de virus porcins, humains et aviaires a donné naissance à un virus H1N1 assez virulent mais, semble-t-il, pas trop costaud puisqu'on peut produire des vaccins et que le taux de mortalité semble faible.

Le porc peut attraper le virus humain de la grippe, virus qui adore muter. Mais le porc accueille également des virus aviaires et des virus de sa propre espèce. Dans ce creuset, le virus de la grippe peut donc séquencer des petits bouts de virus non-humains, se les approprier, pour mieux déjouer les systèmes immunitaires (c'est la nature des virus).

La grande crainte des virologues est, qu'un jour, le virus de la grippe se retrouve au contact de l'influenza aviaire (le fameux H5N1) et que la combinaison des deux donne naissance à une épidémie humaine meurtrière, de type grippe espagnole, contre laquelle nous ne pourrons pas faire grand chose.

Gardons donc à l'esprit que ce H1N1 "version 2009" n'est qu'un petit aperçu de ce que nous risquons fortement de connaître de manière amplifiée dans quelques années.

A lire : "H1N1 : un étrange assortiment génétique qui brouille les pistes" (sciences et avenir)


Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article