Déco...

Recherche

Lecture en cours

 

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?

12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 13:04

 

Relations de l'homme avec la charge publique. Ambition, morale, cynisme, convictions, compromissions. L'idéal démocratique et ses limites. Deux films à l'affiche sur ce même thème.

 

Les marches du pouvoir

Les marches du pouvoir - de et avec George CLOONEY (né le 06.05.1961 à Lexington, Kentucky, USA)

Film dont le titre original (The Ides of March) évoque les relations entre un père (Jules César) et son fils paricide (Brutus), détail que nous perdons avec le titre français à l'eau tiède. Relations entre un gouverneur engagé dans les primaires de son parti et l'un des "directeurs" de campagne. Plutôt thriller que fiction politique, ou autre, mais ce n'était pas l'objectif du réalisateur il me semble. Très ancré dans la culture politique américaine et ses moeurs. De bons acteurs et quelques bonnes scènes dans un ensemble bien mou et peu performant sur le plan des messages et des démonstrations.

 

L'exercice de l'Etat

L'exercice de l'Etat - de Pierre SCHÖELLER (né en 1961)

Mieux que le précédent de mon point de vue, fiction crédible et relativement proche de la réalité ministérielle (en gros). Convictions personnelles d'un ministre et de son directeur de cabinet face à l'évolution d'un Etat en pleine décrépitude, dilemne d'accompagner, en se sacrifiant, ou de se désengager. Tout n'est pas réussi, quelques scènes malvenues/inutiles, des messages pas toujours clairs, voire lourdement exprimés. Très bonne ouverture (le premier quart d'heure grosso modo). Ne peut être confondu avec un documentaire ou avec une fiction "retranscription" du type "La conquête". N'est pas plus de gauche que de droite.

 

Publié par comprendre - dans Cinéma
commenter cet article
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 22:31

 

 

Melancholia, c'est d'abord un mariage filmé caméra à l'épaule. La mariée est atteinte de la maladie du sommeil. Le marié ne porte pas de fixe-chaussettes.

 

Ensuite c'est une fin alternative d'Armaggedon.

 

Le tout sous benzodiazépine, avec de la musique très très fort et un montage à la hache.

 

Le film mérite certainement que vous vous fassiez votre propre opinion.

 

 

Publié par comprendre - dans Cinéma
commenter cet article
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 10:49

 

Affiche Control

 

Vu le film CONTROL d'Anton Corbijn. Il s'agit d'un film centré sur la vie de Ian Curtis, chanteur du groupe Joy Division.

 

En noir et blanc et très esthétique, le film prend le parti de décrire une vie qui écrase peu à peu Curtis : succès du groupe, problèmes neurologiques, vie de famille pesante, vie sentimentale déchirée. Curtis perd pied et mettra brutalement un terme à sa vie.

 

L'addition des tracas matériels et sentimentaux qui oppressent Ian Curtis peut donner une impression de longueur au film, course d'obstacles dans un flou d'incertitudes. Le texte de certaines chansons s'éclairent, parallèles de ce que vit Curtis.

 

Le film s'appuie sur le livre écrit par Deborah, la veuve de Curtis. Ce point de départ "familial' n'est pas nécessairement un bon présupposé narratif, un focus principal à partir du groupe aurait peut être été plus satisfaisant.

 Control - Curtis - Apres emeute  Control - Curtis - Naissance  
Control - Curtis - Heureux papa Control - Joy Division - apres le suicide  
Control - Curtis - Tele Control - Curtis - Pillules  

 

Pochette de l'album unknown pleasures

 

Control - Curtis - scene

 

Le vrai Ian Curtis interprétant "She's lost control"

 

Publié par comprendre - dans Cinéma
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 23:54
 

Paranoia Agent - Générique d'ouverture (Yume no shima Shinen Kôen)

 

Paranoia Agent menu 1

 

 

Raaiya raraiyora

Les nuages en forme de champignons sont magnifiques dans le ciel

Raaiya raraiyora

Un après-midi où les petits oiseaux picorent sur le chemin

Parlons ensemble, sur la pelouse à la lumière des arbres

Tes rêves fleurissent sur le banc au déjeuner

Gardons le son de la vague dans nos coeurs

Calmons la mélancolie

Allongeons le pont qui mène à demain

Sans s'inquiéter du tsunami

Raaiya raraiyora

Les nuages en forme de champignons sont magnifiques dans le ciel

Raaiya raraiyora

Un après-midi où les petits oiseaux picorent sur le chemin

Raaiya raraiyora

Le rêve qu'on a fait sur le banc au déjeuner

Raaiya raraiyora

L'après-midi naît à la lumière de l'arbre

 

 

C'est le générique qui introduit chaque épisode la série Paranoia Agent de Satoshi Kon.

Sur ce blog, nous avons déjà parlé de cette série à propos de son générique de fin et de Satoshi Kon à propos du film Millenium Actress.

 

 

Publié par comprendre - dans Cinéma
commenter cet article
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 14:20

 

Avatar

Avatar - Film de James Cameron

 

Mais cela mérite-t-il un article ? J'y ai vu un gros film d'action en images de synthèse, l'aspect "retour à la nature" ayant glissé sur moi comme une goutte de rosée sur les feuilles de l'arbre aux esprits après bulldozérisation.

 

Mon côté pas crescent fresh m'aura, par contre, fait apprécier les combats dans la jungle (marines, exosquelettes...) avec option méchante faune extra-terrestre.

 

Publié par comprendre - dans Cinéma
commenter cet article