Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie
Pierre Lemaître - La robe de marié
Eric Dupond-Moretti - Directs du droit

Dan Millman - Le guerrier pacifique
 

18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 11:40
Thématique "Faits Divers" sur mon blog ces jours derniers... Poursuivons donc un peu !

A propos de la "Tueurie de Louveciennes" (78), connue aussi sous le nom de "Affaire Alexi", je vous signale l'émission "Rendez-vous avec X" diffusée le samedi 17 janvier 2009 sur ce thème et disponible à l'écoute pendant 30 jours sur le site internet de l'émission.


- Rendez-vous avec X - Émission diffusée sur France Inter tous les samedis

L'affaire Alexi - Diffusée sur France Inter le samedi 17 janvier 2009

- écouter l'émission pendant 30 jours -

On l’a appelé « l’affaire Alexi ». Un fait divers terrifiant : un sextuple assassinat dans une paisible villa de Louveciennes, banlieue parisienne paisible s’il en est ! Un massacre quasi-familial puisque quatre des victimes sont parentes. Mais c’est surtout le personnage du principal suspect qui provoque un choc : un adolescent aux joues rondes, un gamin trop sérieux qui affirme avoir tué avec le plus grand sang-froid son père, sa belle-mère, les père et mère de cette dernière et un couple d’amis qui séjournait dans la maison. Avec le plus grand sang-froid, oui… Sur les seize coups de feu tirés, une seule munition n’a pas atteint sa cible !…

L’adolescent, Alexi, avoue presque d’emblée être le sextuple meurtrier… L’affaire est donc entendue. La suite appartient aux experts et autres psychiatres qui devront essayer de comprendre. Et peut-être même expliquer cette folie meurtrière ! Oui, mais voilà, l’adolescent ne tarde pas à se rétracter. Et ce théâtre d’ombres s’écroule ! Apparaît alors un fond de décor qui n’est pas moins terrifiant : des hommes en noir ca-goulés qui menacent avant de disparaître dans la nuit à bord d’une puissante voiture sombre… Et un spectre qui surgit, celui de la mafia russe qui, en ces années 1990, élimine sans pitié tous ceux qui s’opposent à sa mainmise sur l’économie d’un empire à l’agonie…


Publié par comprendre - dans Faits divers
commenter cet article
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 14:12

Un commentaire récent m'incite à référencer les émissions télévisées et radiophoniques traitant des (grands) faits divers. Cette liste est certainement incomplète, merci de rajouter vos informations en commentaires pour que je complète la liste.

Les Faits Divers à la télévision (magazines)

F2 - "Faites entrer l'accusé"
France 2 Faites entrer l'accusé
http://programmes.france2.fr/faites-entrer-laccuse/2980442-fr.php
Diffusion : le mardi vers 22h15
Rediffusion : le vendredi soir suivant vers 1h/2h


W9 - "Enquêtes criminelles : le magazine des faits divers"
W9 enquêtes criminelles
http://www.w9.fr/cms/display.jsp?id=p2_1006951
Diffusion : le mercredi à 20h45
Rediffusion : le lundi suivant vers 22h/23h

13e Rue - "Les faits Karl Zero"
13e rue les faits Karl Zero
http://www.13emerue.fr/minisites/les-faits-karl-zero-saison-2-sur-13emerue.htm
Diffusion : le vendredi vers 22h20
Rediffusion : plusieurs fois dans la semaine, dont le vendredi suivant à 19h30
Emission en cours visionnable sur le site internet de 13e rue


NT1 - "Affaires criminelles"
NT1 affaires criminelles
http://www.nt1.tv/guide-programmes/emission-Affaires-Criminelles-374.aspx
Diffusion : le samedi vers 22h20
Rediffusion : le mardi vers 12h ou vers 1h/2h le soir

F2 - "Faits divers, le mag"
Diffusion : le samedi vers 13h30
Rediffusion : le mardi soir suivant vers 1h/2h

Les Faits Divers à la radio

Europe 1 - "Café Crimes"
Europe 1 café crimes
http://www.europe1.fr/Radio/Emissions/Cafe-crimes-Jacques-PRADEL
Diffusion : du lundi au vendredi à 14h
Rediffusion : dans la nuit suivante à 3h
Podcasts / Streaming disponibles pendant 30 jours.


Publié par comprendre - dans Faits divers
commenter cet article
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 13:01

Souvenez-vous, en juillet 2007 puis en juillet 2008 je vous parlais de la disparition mystérieuse de Thierry SAMAN.

Mis en cause dans une tentative d'assassinat contre sa femme, Thierry SAMAN avait disparu dans des circonstances mystérieuses. Le contexte de la disparition ne présageait rien de bon...

Ce 10 janvier 2009, j'apprends dans la presse que les restes calcinés de Thierry SAMAN ont été retrouvés et formellement identifiés par l'ADN. Voici l'épilogue de l'affaire.

Tout commence par un "tuyau" livré à un juge d'instruction : il existe des carrières souterraines dans l'Oise, sur la commune de Saint-Leu d'Esserent. C'est là qu'il faut chercher.

Plus que d'anciennes carrières de calcaire, c'est un véritable gruyère parsemé de pierres et de carcasses métalliques que les enquêteurs ont dû fouiller. Il faut savoir que, durant la deuxième guerre mondiale, ces carrières avaient été utilisées par les Allemands comme lieu de fabrication de missiles V1. Il reste encore de nombreuses traces de cette utilisation.

Le 7 novembre 2008, les enquêteurs identifient la 205 rouge calcinée de Thierry SAMAN à 4 ou 5 kilomètres de profondeur, dans un lieu difficile d'accès. En fouillant sur internet, j'ai eu la surprise de découvrir la photographie d'une 205 calcinée prise dans les carrières en 2007 ou 2008. Peut-être s'agit-il du même véhicule ?

Photographie d'une 205 calcinéePhotographie d'une 205 calcinée - carrières de Saint-Leu d'Esserent
Source : http://grotteur60.skyrock.com


Dans le véhicule calciné, les enquêteurs découvrent les fragments d'un corps humain. Ces restes permettent d'établir que la victime a été tuée par balle puis calcinée dans le véhicule. Les recherches ADN révèlent avec certitude que la victime est bien Thierry SAMAN, le propriétaire du véhicule, disparu depuis le 16 janvier 2003.

Deux hommes ont été mis en examen pour ce meurtre, un troisième, qui semble lui aussi impliqué, s'est donné la mort en fin d'année 2008. Tous les trois sont connus comme appartenant au grand banditisme parisien. L'un des deux mis en examen connaît bien les carrières de Saint-Leu d'Esserent pour les avoir parcouru longuement dans sa jeunesse.

Voici que prend fin un mystère que je suis depuis quelques années. Thierry SAMAN est bien mort, probablement exécuté par la pègre qu'il cotoyait à l'occasion. Le procès de ses assassins nous en apprendra peut être un peu plus sur les circonstances exactes de son exécution ainsi que sur le mobile qui les a conduits à commettre ce meurtre.

Sources : GAUTIER LECARDONNEL dans "Le courrier picard", édition du 10 janvier 2009
 
 
Publié par comprendre - dans Faits divers
commenter cet article
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 11:07


Article initalement publié sur mon précédent blog le 23 juillet 2007

Saman avis de recherche
Thierry SAMAN - Recherché



Le 10 mars 1998, dans un parking souterrain, un homme s'approche d'une jeune femme qui attend son mari et fait feu sur elle. La balle de petit calibre pénètre au niveau de la tempe et traverse la machoire. L'homme prend la fuite et la laisse pour morte.

A quelques mètres de la voiture, les enquêteurs de la police judiciaire retrouvent un gant de cuir. Les expertises menées à l'époque décèlent des traces de sueur à l'intérieur du gant, mais impossible d'en extraire le profil génétique de son propriétaire.

Les enquêteurs soupçonnent le mari d'être à l'origine de cette tentative d'assassinat, un certain Thierry, gardien d'immeuble, ancien boxeur. Le hic c'est qu'ils n'ont que des soupçons, aucun élément matériel ne vient confirmer leurs soupçons.

En 2005, les progrès techniques permettent de faire parler le gant en cuir : un profil génétique est établi à partir des quelques gouttes de sueur contenues dans le gant. Cette signature génétique est intégrée au fichier national, "au cas où". Coup de chance, au milieu de l'année 2006, un homme est arrêté pour cambriolages, Michel, 39 ans, et son ADN est identique à celui retrouvé dans le gant.

Michel est donc arrêté gare de Lyon, le 18 octobre. Interrogé, il nie avoir tiré sur la jeune femme il y a près de 8 ans. Problème : il est reconnu formellement par sa victime ! Et il craque : il a été payé 50 000 francs pour tuer cette dame. Le donneur d'ordre n'est autre que Thierry, le mari de la victime. La veille de la tentative d'assasinat, les deux hommes s'étaient même rendus sur les lieux pour répéter la scène qui devait conduire à la mort de cette épouse gênante. Le mobile ? Madame s'interrogeait sur les soudaines rentrées d'argent de son mari, argent qui provenait du grand banditisme parisien à qui Thierry rendait parfois de petits services. Craignant d'être dénoncé à la police, Thierry a pris la décision de faire supprimer cette épouse trop curieuse.

Mais voilà, Thierry a disparu. Le 16 janvier 2003, lui et sa peugeot 205 rouge ont disparu sur le chemin du travail. Depuis, plus aucune nouvelles. Ou, dumoins, plus aucune bonnes nouvelles car en juin 2003, une Audi S3 volée a été retrouvée dans un box de parking du 18e arrondissement de Paris. Au milieu d'armes et de quelques 34 kilos de cannabis, les policiers ont retrouvé des traces de sang sur un siège. Le sang de Thierry.

Thierry a peut être été tué par la pègre au motif qu'il informait régulièrement les services de police. Ce "tonton", terme qui désigne les informateurs, avait d'ailleurs rencontré un policier de Versailles la veille de sa disparition.

Depuis, un avis de recherche a été lancé. L'enquête suit son cours.

Sources : L'express - 14 décembre 2006 - "Le crime n'était pas parfait" - Eric Pelletier

Depuis un an, pas de nouvelle dans cette affaire. Deux hypothèses : soit Thierry SAMAN a été tué, volontairement ou accidentellement, alors qu'il participait à une transaction douteuse (Cf. l'audi A3), soit Thierry SAMAN a pris la décision de changer de vie pour agir plus discrètement ou pour fuire quelque chose.

Mise à jour (10 janvier 2009) :
Thierry SAMAN est mort, son corps calciné a été retrouvé dans l'Oise.

Publié par comprendre - dans Faits divers
commenter cet article
14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 11:47

C'était il y a 10 mois :


M6 - Le tueur aux mangas


Nous sommes donc le 28 septembre 2007, à Forest, dans la banlieue de Bruxelles (Belgique). Il est 17h30, dans le parc public "Duden"

Très visibles, entre deux bancs, un tronc humain et deux cuisses sont découverts par un promeneur. Ce sont les restes d'un homme inconnu.

A proximité des restes, sont posées deux feuilles au format A4 portant une l'inscription en lettres majuscules : Watashi wa Kira dess.

Source : police fédérale belge


Les recherches font vite apparaître que la phrase retranscrit du japonais et se traduit par "Je suis Kira". Quelques uns d'entre-vous auront déjà eu un sursaut... Cette phrase est tirée d'un manga, Death Note, dans lequel un jeune homme devient un meurtrier "justicier" en utilisant une méthode surnaturelle. Il devient Kira, considéré comme un dieu nettoyant la société des malfaiteurs.


Death Note

Les restes humains trouvés à Forest seraient-ils le résultat d'un meurtre inspiré par un manga ?

Tout ça, on l'a entendu il y a dix mois. Il était question d'une "farce d'étudiants en médecine" qui auraient pu voler quelques membres dans les frigos de la morgue universitaire et réaliser cette macabre mise en scène.

Pour ma part, j'étais resté à cette explication, un humour "douteux", et qu'il n'y avait pas de "mort" réel.

Oui mais voilà, dix mois plus tard, l'enquête n'a pas vraiment avancée et des éléments viennent suggérer un meurtre "inspiré" par le manga.

Les restes humains appartiennent toujours à un homme inconnu. Tout juste les policiers belges annoncent-ils que l'homme est de race caucasienne (blanc)... et c'est tout ! Le médecin légiste n'a pas pu déterminer les causes de la mort. Le reste du corps (tête, bras, reste du thorax) est toujours manquant.

Les restes ont été laissés à un endroit très visible, probablement quelques heures à peine avant qu'on ne le découvre. La mise en scène est claire : c'est une "provocation". Le meurtrier (?) voulait que l'on découvre ce qu'il avait fait ainsi que ses phrases énigmatiques.

Par contre, les restes macabres étaient imberbes, rasés ou épilés. Eléments de mise en scène ou ritualisation meurtrière ?


Au mois d'avril, les policiers ont révélé un fait surprenant qui renforce cette idée de jeu de pistes : à partir des restes, un chemin avait été tracé à l'aide de grains de riz. Un chemin de 45 mètres qui menait jusqu'à un talus du parc jouxtant une voie de circulation. Là, dans la boue du talus, avaient été dessiné quelque chose.

La police judiciaire belge pense que ce dessin est un idéogramme japonais, probablement l'idéogramme signifiant "soldat, combattant". ça pourrait coller... Mais d'autres lectures sont possibles puisque, dans la boue, il y a bien d'autres traits auxquels on ne donne pas d'explication. On parle d'un temple stylisé. Ou d'un idéogramme plus "complexe" avec une autre signification.


Idéogramme

Une chose est sûre, c'est qu'il s'agit d'une découverte macabre scénarisée, inspirée par un manga japonais. Mais y'a-t-il eu un meurtre ? Les restes humains, bien qu'un peu dégradés, n'étaient pas putréfiés. Ils ont donc été dispersés peu de temps après la mort. Ou alors, ils ont été conservés dans un frigo. Alors, blague ou meurtre ?

L'analyse graphologique des deux feuillets envisage qu'il pourrait y avoir deux scripteurs différents. Deux meurtriers... ou deux "metteurs en scène".

Le mystère reste entier. A mon avis, s'il s'agit d'un meurtre, de nouveaux morts apparaîtront.

Pour plus d'infos : la page de la police fédérale belge


Publié par comprendre - dans Faits divers
commenter cet article