Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie
Pierre Lemaître - La robe de marié
Eric Dupond-Moretti - Directs du droit

13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 16:48

On continue dans les livres de l'été.

Définition du livre de l'été ? Sympa et facile à lire.

Là, je lis un petit livre (185 "petites" pages) : mon chien Stupide


couverture - Mon chien stupide de John Fante

Je ne vais pas en dire beaucoup sur l'histoire car sa découverte, page après page, est vraiment agréable. Le narrateur, un écrivain, raconte sa vie de famille, plutôt pas terrible, et la manière dont elle est boulversée par un chien énorme et imbécile.

Un livre un peu dans la lignée de "La conjuration des imbéciles", très second degré. Pas mal du tout pour la moitié que j'ai lue.

Publié par comprendre - dans Livres
commenter cet article
3 août 2008 7 03 /08 /août /2008 09:37

Les chercheurs sont sur le point de mettre en évidence l'existence d'un gêne de la paresse.

Mon gêne à moi il est super actif en ce moment : chaleur aidant, je ne fout plus rien.

paresse sunspots givernyLawton Silas Parker, Sunspots, Giverny


J'ai commencé un livre d'été (hin hin), L'enfant de Bruges de Gilbert Sinoué. La renaissance, Florence, Venise, Bruges. Des artistes qui se font assassiner. ça s'annonce pas mal, à suivre....

Gilbert Sinoué L'enfant de BrugesL'enfant de Bruges


Et puis j'ai acheté La parfaite lumière de Eiji Yoshikawa, la suite de La pierre et le sabre dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois sur ce blog. De quoi bien s'occuper à partir de septembre ;)

Eiji Yoshikawa la parfaite lumièreLa parfaite lumière


Publié par comprendre - dans Livres
commenter cet article
5 juillet 2008 6 05 /07 /juillet /2008 10:13
Comme le disait la publicité, soyez belle de l'intérieur, lisez un livre.


Je vais donc contribuer à vous rendre belle, Madame, en vous proposant une lecture estivale.

John Kennedy Toole - La conjuration des imbéciles

La conjuration des imbéciles
a été publiée en 1980. L'histoire est relativement simple, trois histoires parallèles dans la Louisiane américaine des années 60.

L'histoire principale est celle d'un gros type nommé
Ignatius, très cultivé, mais totalement inadapté à la vie sociale, qu'il juge avec un dédain excessif, et qui porte sur le monde des jugements extrêmement sévères qu'il note avec frénésie dans de petits cahiers d'écolier. Il se sent investi d'une mission de journalisme de l'extrême lorsque se présente à lui l'obligation de chercher un travail ! Ignatius qui, a 30 ans, vit toujours chez sa mère, va transformer chacun de ses "jobs" en un énorme fiasco.

L'histoire secondaire est celle de
la mère d'Ignatius. Veuve écrasée par le poids symbolique de son fils, Madame Reilly subit avec effacement tous les affronts de son odieux fiston. Son arthrose du coude la fait horriblement souffrir et elle a fini, progressivement, par devenir alcoolique pour oublier ses préoccupations. Et puis, Madame Reilly rencontre des gens... et sort... oublie son arthrose... et commence à haïr son fils, à lui dire ce qu'elle pense de lui, à faire front contre ses méchancetés.

La troisième histoire est celle d'un bar,
les folles nuits, entre mystérieuses transactions, aguicheuses rêveuses et ironie grinçante. Jones, employé noir exploité, a pour ambition de faire fermer l'établissement en le dénonçant à la police dès qu'il aura la preuve que des choses anormales s'y passent. Darlène se met en tête de se produire en numéro pseudo-érotique avec son cacathoès. Lana, la responsable du bar, voit ici la possibilité de montrer ses talents (approximatifs) de metteur en scène de théatre.

La conjuration des imbéciles est
un livre drôle, un comédie qui dresse à gros traits le portrait de la population de la Louisiane dans les années 60. On se prend souvent à rire en lisant le livre tellement les situations décrites sont surréalistes, les propos ridicules, les parodies excessives.


Publié par comprendre - dans Livres
commenter cet article
13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 20:19

Extrait de la pierre et le sabre, un petit texte d'excuses d'une finesse admirable.

Sekishusai est un vieil homme sage, petit seigneur local, maître d'une technique de sabre très réputée à travers le Japon. Il s'est retiré du monde et cherche à se protéger des étudiants errants ou des guerriers provocateurs. Ses fils sont placés chez le Shogun, l'un d'eux est même formateur aux arts martiaux. Le vieil homme n'a rien perdu de sa vigueur au combat. Sa vie, désormais, est de cultiver des pivoines, écrire des poèmes japonais et de couler des jours heureux au son de la flûte de la jeune femme qui lui tient compagnie.

c-r-monie-du-th-.jpg

Voilà que trois jeunes samouraïs, fils de daimyos puissants, et courtisans de l'empereur, viennent dans le "fief" de Sekishusai et exigent, diplomatiquement, de le rencontrer pour se mesurer à lui. Sekishusai décline une première fois leur sollicitation mais, comble d'outrecuidance, les jeunes samouraïs annoncent qu'ils viendront quand même visiter le dojo de Sekishusai et qu'ils espèrent bien pouvoir obtenir de lui une "leçon" (de là à considérer qu'ils vont le défier tout aussi sec, il n'y a qu'un pas).

Sekishusai souhaite éviter cette rencontre avec ces hommes frustres et décide de leur envoyer Otsu, la jeune fille qui lui tient compagnie au matin de la rencontre. Elle doit leur remettre une lettre d'excuses accompagnée d'une pivoine blanche, fleur rare dans cette partie du Japon. Le vieil homme a pris le parti de flatter les samouraïs.

Voici les termes de la lettre d'excuses :

"Pardonnez-moi d'envoyer mes salutations par lettre au lieu de vous rencontrer moi-même ; hélas ! Je suis un peu enrhumé. J'espère qu'une pivoine blanche comme neige vous donnera plus de plaisir que le nez coulant d'un vieillard. J'envoie la fleur par la main d'une fleur, en espérant que vous agréerez mes excuses. Mon vieux corps se repose en dehors du monde quotidien. J'hésite à montrer mon visage. Je vous en prie, souriez avec pitié à un vieil homme."

Et le coup de grâce porté par Otsu :

"Il a dit aussi qu'il aimerait prendre avec vous une tasse de thé mais qu'il hésite à vous inviter chez lui car il n'y a là que des guerriers ignorants des finesses de cette cérémonie. Munenori [le fils aîné de Sekishusai] se trouvant à Edo, il a le sentiment que le service du thé serait grossier au point de provoquer l'hilarité de personnes venues de la capitale impériale. Il m'a priée de vous demander pardon, et de vous dire qu'il espère vous voir une autre fois."

Ils sont partis furieux ;)

Vous avez dit :

Anne88 (http://atmosphere88.bloguez.com)
L'art de l'esquive... Presque sans bruit, sans grande colère de la part de l'homme sage,
L'art de faire passer un message courtois pour désamorcer la bombe..
Qui devrait en prendre de la graine ? Tellement beaucoup comme diraient des enfants..

-> Une esquive subtile, courtoise, qui éconduit habilement les querelleurs. Voyez le "diamant" qui se cachait dans ces excuses. La pivoine présentait une particularité que seul un vrai bushi pouvait observer et, à sa simple vue, comprendre que le vieux Sekishusai était un maître de son art et abandonner tout projet de défi.  Au retour d'Otsu à la citadelle, le vieux sage voulu savoir si le chef des samouraïs avait examiné la pivoine. Otsu répondit que oui mais que l'observation avait été rapide et qu'il avait repoussé méprisamment le présent. Et le vieux maître de conclure à sa supériorité indiscutable sur ce fanfaron et d'affirmer que la rencontre aurait été fatale au jeune guerrier. Plus tard, la pivoine a été "lue" et comprise par quelqu'un à qui elle n'était pas destinée... ;)

Publié par comprendre - dans Livres
commenter cet article
2 février 2008 6 02 /02 /février /2008 17:36

Des soldes intéressantes ;)

Zatoichi.jpg

Alors là, bonne surprise ! Chez Leclerc, au milieu de DVD bas de gamme, je tombe sur un DVD (édition simple FR/JAP 5.1) de Zatoichi, film de Takeshi Kitano, à 4€99.

On a vu pire comme promo, hein ;)

Je n'ai pas vu le film. Il s'agit de l'histoire d'un escrimeur aveugle de très haute volée dans le Japon du XIXe siècle.

Ce héro du cinéma populaire a donné lieu à de nombreux films dans les années 60 / 70.

 

 










La pierre et le sabre

undefined



Télescopage des actualités, j'ai commencé il y a quelques jours la lecture de La pierre et le sabre de Eiji Yoshikawa.

Ce livre fait partie des grands ouvrages de la littérature japonaise.

Il raconte l'histoire d'un samouraï (d'un rônin pour être plus juste avec la vérité) qui a vécu au XVIe / XVIIe siècle. Son nom, Musashi, est entré dans l'histoire du Japon féodal en raison du talent de Musashi dans les combats au sabre, d'autant plus qu'il combattait férocement avec deux sabres en même temps. Peu académique, mais rudement efficace ;)

Pour ce qui est du livre, pour l'instant, c'est vraiment excellent ! Tout en étant assez fidèle au Japon féodal, le livre est écrit avec fluidité et simplicité. Pas de moment longuet ou de longues descriptions démotivantes : tout va vite, les situations surprennent souvent, les personnages sont intéressants. On verra si ça se confirme. Si vous voulez tester, Un lien pour le commander en ligne.

 

Publié par comprendre - dans Livres
commenter cet article