Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie
Pierre Lemaître - La robe de marié
Eric Dupond-Moretti - Directs du droit

6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 11:13


Sans commentaire.

 Par Silvia Aloisi Reuters - Vendredi 4 juillet, 19h00

ROME (Reuters) - Les autorités italiennes ont déclaré l'"état d'urgence" sur le site archéologique de Pompéi afin de tenter de sauver l'un des plus importants vestiges culturels du monde romain négligé et dégradé pendant des années.

Cette mesure, en vigueur pour un an, permet au gouvernement de prendre des mesures de protection spéciales et de lever des fonds exceptionnels pour restaurer la cité romaine préservée par une pluie de cendres lors d'une éruption du Vésuve en l'an 79.

 Un commissaire spécial pour Pompéi, site inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco, sera désigné, précise par ailleurs le communiqué officiel.
Les archéologues et les historiens de l'art déplorent depuis longtemps le peu d'attention porté au site, qui s'est dégradé en raison d'un manque d'investissements et où mauvaises herbes, détritus et graffitis s'accumulent. Ils dénoncent également des pillages, la présence de faux guides touristiques et le non-respect des emplacements de parkings.
  

Selon le quotidien Corriere della Sera, bon nombre des 1.500 maisons de Pompéi sont fermées au public, les fresques sont de plus en plus abimées et la restauration lancée en 1978 n'a jamais été achevée.

 

Chaque année, quelque 150 mètres carrés de fresques sont détruits en raison d'un manque d'entretien et 3.000 pierres se désintègrent, affirme Antonio Irlando, conseiller régional pour le patrimoine artistique, cité par le quotidien.
   
Les fouilles entreprises au XIXe siècle ont permis de mettre au jour environ les deux-tiers de la ville, située en Campanie. Le tiers restant enseveli est aujourd'hui inaccessible car la surface volcanique est désormais utilisée comme décharge sauvage.

 

Environ 2,5 millions de touristes visitent Pompéi chaque année.
Publié par comprendre - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

D&D 25/07/2008 02:41

Encore un truc que j'ignorais... et qui me déprime bien... Mais je préfère... savoir...

Antiochus 13/07/2008 17:08

j'ai vu aussi ce reportage ... ça donne envie le XXIè siècle débute enfin !...

Antiochus 11/07/2008 13:52

Et dire que malgré mon amour immodéré pour la péninsule italienne, je n'ai pas encore visité Pompeï ! si j'en crois les informations que tu donnes dans ton article, il est temps que j'organise un voyage là-bas ... Je suis magré tout "refroidi" par les problèmes d'ordures ménagères de Naples ... et il semble qu'il y ait même une décharge sauvage sur la partie non fouillée de la cité romaine !

comprendre 12/07/2008 11:10


J'ai vu plusieurs fois que l'office de tourisme d'Herculanum vient de se doter d'une visite virtuelle de la cité, ça a l'air très sympa, les touristes de promènent dans les salles et voient des
gros plans virtuels, interactifs, sur des parties de la cité. Y compris le lupanar ;)


Adri 11/07/2008 13:10

Ils ont raison de protéger ces sites, c'est norte Histoire.

Atmosphere88 09/07/2008 01:40

Heuu mes hommes ? Loll !Pour ce qui est des admin, j'en connais déjà pas mal, mon amie Michèle, DRASS, ne sait plus du tout où elle va bosser en aout, lol, après 25 ans de loyaux services, et pas mal de diplômes, alors, Yves à la CRAM risque de balancer quelque part entre la cpam ou l'ursaff... on en rit, personne n'est épargné sur ce coup là, ni sur les autres, remarque bien !Bisouss à toi et croquettes bios aux missettes..

comprendre 09/07/2008 12:53


Ah oui, la RGGP est en marche ! J'entends certains responsables de services déconcentrés tirer sévèrement la gueule en fonction de "avec qui" ils vont devoir s'y coller. Pour ma part, c'est bon, la
nouvelle administration est l'une de celle qui se renforce. Et cet été, je "travaille". Biz !