Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie
Pierre Lemaître - La robe de marié
Eric Dupond-Moretti - Directs du droit

Dan Millman - Le guerrier pacifique
 

24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 15:17

Un exemple de bon film flingué par son scénario ? Enfant 44

 

Tom Hardy dans "Enfant 44"

 

Plutôt bien joué (pour les personnages principaux), globalement bien réalisé, avec de belles images, assez réalistes côté décors et costumes.

 

Et puis un scénario imbécile qui fait qu'au final je n'en retiens rien, ou presque. Mention spéciale pour le trait excessif sur les méchants soviétiques (on délaye à outrance quelques vérités sur la surveillance/paranoïa et sur les crimes passés sous silence pour des motifs politiques). Et des personnages secondaires quasi-inutiles et inintéressants.

 

Il faudrait voir ce qu'il y avait dans le livre pour comprendre si c'est l'adaptation qui est ratée ou si c'est le livre lui-même qui portait le ver malicieux.

 

Je me suis retrouvé devant ça en découvrant avoir gratuitement accès à canal plus (une promo sûrement) ce qui m'a conduit à satisfaire ma curiosité de voir comment avait été traité le sujet intéressant sur le papier, mais très éthéré dans le film, de la série de meurtres de l'ogre de Rostov.

 

C'est irritant, je suis sûr qu'il y avait mieux à faire que de sortir quelque chose d'aussi faible, mais néanmoins "pas mal", avec un casting aussi large, des moyens, du fond, de la technique...

 

Pour aller plus loin :
Critique en ligne sur le site de télérama

Publié par comprendre - dans Cinéma
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 23:11

Le 15 décembre 2012, le blog de comprendre vous en a parlé.

 

Si je ne suis pas en capacité de vous dire, aujourd'hui 21 décembre 2013, si François Hollande parviendra à tenir ses engagements sur l'inversion de la courbe du chomage, je demeure en capacité de vous dire, 12 mois plus tard, que l'année 2014 nous apportera indubitablement un film notable : NOAH.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/4/41/Noah2014Poster.jpg

On dirait presque un film d'action...

 

 

Et voici la première bande annonce proposée :

 

C'est bon, hein !

 

Le tout arrive en mars 2014 sur les écrans US et vous en aurez entendu parlé presque 2 ans auparavant !

 

La page wikipédia pour en savoir plus.

 

Et de la musique toujours très vaguement related :

Corruptam omnis....

Publié par comprendre - dans Cinéma
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 19:45

 

Django Unchained

Samuel L Jackson est un sale type... au cinéma

 

 

Thème du générique d'ouverture : Django (Luis Bacalov / Rocky Roberts)

 

 

Pas mal du tout comme film, une réserve sur le dernier tiers tarantinesque pur beurre. Bande originale très sympa.

 

Publié par comprendre - dans Cinéma
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 14:15

Si nous parvenons à surmonter l'apocalypse, nous aurons peut-être une chance d'assister un jour à la sortie en salle de "Noah" (Noé), le futur film de Darren Aronofsky, qui est annoncé sur les écrans français pour le 09 avril 2014.

 

Pas grand chose à se mettre sous la dent... alors :

 

russell-crowe-as-NOAH

Lien vers l'IMDB : NOAH

 

Des infos sur la page wikipedia (US) : http://en.wikipedia.org/wiki/Noah_%28film%29

 

Un peu de musique vaguement related :

 

Orphaned Land - The Storm Still Rages Inside (9'21)


Forty days and forty nights
There came a mighty flood upon the land
Where once were green pastures
Teeming with life
Now were oceans deeper than any abyss

Out of depths of sorrow I cry
Before thee I lye
If this world shall inherit the mild
Hear your orphaned child...

Lord pray tell save thy child
The storm still rages inside
Lord guide them
Unto a dry land, Amen.

 

Publié par comprendre - dans Cinéma
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 21:18

MARGINAL CALL, le premier long métrage de (copier/coller) J. C. Chandor, également scénariste.


Marginal call 2

Holy SHHHHH...

 

Un trader qui découvre que le marché mondial est sur le point de se casser la gueule. Panique à bord. Mais les loups reprennent vite la main.

 

C'est intéressant de voir, à l'instar de "Wall Street : money never sleeps", que l'on peut faire un thriller dans un monde, celui de la finance internationale, qui s'y prête assez peu dans une première approche.

 

Je rédige mon avis dès la sortie de la projection car je sens que l'avalanche de critiques positives "un peu partout" va me brider : si le film est bon, il est regretable que l'excès de cynisme tue la crédibilité du message.

 

Marginal call 1

Si j'en crois ce que me dit cette courbe...


Pareillement, je n'ai pas eu de passion pour le jeu des acteurs : ils servent tout à fait correctement l'ambiance du film et son scénatio "qui monte en puissance" mais sans pour autant briller par leur performance.

 

Mentions spéciales pour deux ou trois monologues peu naturels ("je démarre mes deux minutes de philosophie existentielle Michel, accroche toi à ton croissant et boucle là s'il te plait") et les trois dernières minutes du film qui sont tout sauf une belle sortie (n'en déplaise à ceux qui y verront... ce qu'ils veulent y voir !).

 

En réusmé : pour un premier film, c'est un bon film. Pas sûr que cela soit le meilleur film du genre. Pas sûr non plus qu'il marque durablement son genre.

 

Publié par comprendre - dans Cinéma
commenter cet article