Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie

10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 14:46
L'herméneutique : voilà un nom féminin qui attirera sur vous des regards admiratifs lors du prochain dîner en ville.

L'étymologie du nom est grecque : hermeneuein, verbe qui signifie "interpréter" et "traduire". Vous vous en doutez bien, ce verbe était lui-même associé du dieu Hermès, le messager des Dieux de l'Olympe. (sa reconversion dans l'industrie du luxe fut plus tardive).

hermes.jpgLe dieu grec Hermès
avec ses petites sandales ailées

La définition est relativement simple puisqu'elle se rapporte à son origine grecque : l'herméneutique est l'interprétation d'une oeuvre permettant de mettre en lumière sa signification cachée.

Certaines productions humaines (textes littéraires, peintures, mythes, paraboles...) ne répondent pas à nos canons actuels (star academy, bisounours, Ségolène...) et ne délivrent leur signification que si l'on mobilise son savoir et son intelligence pour le comprendre (rappelons que comprendre signifie "assembler sous l'unité d'un sens" et s'applique parfaitement à l'action de décoder une multitude de détails insérés dans une oeuvre pour en retarder son déchiffrement).

L'exemple typique applicable à l'herméneutique est le texte théologique, quel qu'il soit : la compréhension du message divin n'est pas de lecture directe et nécessite un travail attentif et répété. On évoquera pour illustration la kabbale juive qui vise à trouver différentes "couches" de savoirs dans la Torah.

Wikipédia m'a expliqué (lol) que Hans Robert Jauss avait élaboré une "triade herméneutique" pour étudier les oeuvres. Cette méthode me semble aboutie et je vous la livre ici :

- La première étape est la compréhension immédiate : ce que l'oeuvre "dit" dans une première approche, les émotions directes qu'elle suscite.

- La deuxième étape est la reconstruction de l'oeuvre en la replaçant dans son contexte historique et culturel : qu'a-t-elle apporté de nouveau, en quoi sa création à ajouter un plus dans son domaine.

- La troisième et dernière étape est l'interprétation de l'oeuvre : cette étape découle des deux premières et doit permettre d'expliciter les questions que posent l'oeuvre et de déterminer les réponses qu'elle apporte.

pi.jpgImage tirée du film "PI" de Darren Aronofsky
Encore un qui cherche à comprendre ;)

Maintenant que vous avez la méthode, vous n'avez plus qu'à vous transformer en herméneutes du quotidien et à "interpréter" (personnellement je préfère "traduire") tout ce que vous lisez ou voyez. Attention à ne pas trouver tout et n'importe quoi dans le néant absolu ;)

Un exemple de la démarche herméneutique ? Un texte sacré, l'évangile de Matthieu (XVI, 25) :
Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera.

Lecture immédiate : on doit sacrifier (au sens propre) sa vie pour vivre éternellement.
-> Cf. les martyrs Chrétiens (voir la lapidation de Saint Etienne) et les lectures vulgaires des extrémistes religieux.

Sens hermétique : le message du Christ permet de vaincre la mort physique en permettant à l'homme de devenir ce qu'il est (lumière).
-> Cf. par exemple l'évangile selon Thomas : "celui qui se fera herméneute de ces paroles ne goûtera plus de mort"

La boucle est bouclée !

Vous avez dit :

Antoine : Ah d'accord c'est donc ça l'herméneutique, merci j'ai compris comment comprendre maintenant. Moi qui pensais que l'herméneutique faisait encore débat dans la sphère de la philosophie, je suis content de voir que quelqu'un ai pu circoncir cette problématique en quelques lignes là où, entre autres, Heidegger, Gadamer, Habermas, Derrida se sont perdus en d'interminables écrits et discours.

Mais quelle boucle as-tu bouclé?

Peut-être as-tu cru lire ici un blog "philosophique" destiné à un public averti ? Cette erreur explique probablement ton ironie. Mes pages visent à élargir les perspectives et à enrichir des réflexions, pas à apporter des vérités flamboyantes ou à servir de tribune à des débats spécialistes. Tu as lu Derrida ? Grand bien t'en fasse, mais quel plaisir retires-tu à sentencier le non spécialiste dans sa démarche d'enrichissement ? Procèdes-tu de la sorte dans ton "milieu" culturel ou, au contraire, subis-tu cette suffisance ? Pour ma part, j'ai une spécialisation en droit et je n'irai pas jouer le quistre en tartinant des pages et des pages de "blog" dans le seul but de satisfaire mon égo. Non, ce n'est pas la peur, cela s'appelle l'humilité. Si je veux confronter mes idées dans mon domaine, je me rapprocherai de mes pairs, et non de "blogs" juridiques généralistes. Vois-tu où je veux en venir, Antoine ?

Quelle boucle ? Disons qu'il y a une logique interne à cet article que quelques lecteurs auront comprise. Allez, tu es quelqu'un de cultivé et je conviens que tu mérites mieux qu'une réponse vague. Et si l'objectif de mon article n'était pas l'herméneutique mais la mise en relief d'un texte gnostique ? Nttt Nttt Nttt, ne t'arrête donc pas en si bon chemin, regarde l'adjectif qualificatif qui est utilisé pour décrire le sens de ce texte : "hermétique". La boucle est bouclée car je publie un texte dont la lecture immédiate est l'herméneutique mais qui comprend en réalité un sens caché, à savoir la désignation d'une dimension hermétique de cet ogion de l'évangile selon Thomas. Tu ne comprends pas ? Ne t'inquiète pas, on en débat encore dans une autre sphère ;)

Publié par comprendre - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Gwemaline... 22/02/2008 19:10

J'aime bien l'esprit de ce blog...

Damien59 15/02/2008 23:45

Bonsoir Comprendre , ton article est vraiment très interessant, je confesse que je ne connaissais pas le sens de ce mot. ça fait bien un moment d'ailleurs que je n'ai pas lu un bouquin de plus... néanmoins j'aime bien apprendre des choses et élargir mes horizons, je vais te dire un 8eme secret, me revendiquant comme un autodidacte, je me suis mis en tête, il y'a quelques temps de lire tout le dictionnaire pour en apprendre le maximum, cela m'a pris du temps mais je l'ai fait ,notant au passage les mots que je jugeais utile, je sais que c'est un peu dingue mais je voulais étoffer mon vocabulaire , mdr cela m'a beaucoup de plus aider quand j'endossai le rôle de Marquise sur le tchat. Ah la la si ils savaient... Bon je dérive en H.S là, je vais donc te laisser, je te souhaite une bonne nuit,amicalement, Damien.

Trazom 15/02/2008 19:04

Interressant concept que celui de blog participatif !

Antoine 13/02/2008 21:46

"Mes pages visent à élargir les perspectives et à enrichir des réflexions, pas à apporter des vérités flamboyantes ou à servir de tribune à des débats spécialistes." Je veux bien reconnaître une acidité difficile à appréhender au premier abord dans mon précédent post, pourtant ce qui ressort de nombre de tes commentaires sur différents blogs, de certains de tes articles traduisent plus une volonté d'apporter la lumière que de chercher la discussion qui pourrait aussi t'apporter à toi. Aussi peut être que mon message n'etait pas aussi véhément que ce qu'il semblait, mais effectivement tu manquais de données pour t'en assurer. Pour en revenir à ton exemple, ce qui serait interessant ce serait d'expliquer un peu la démarche qui a conduit à cette interprétation, il est peu probable qu'elle découle tout à fait de la triade herméneutique décrite plus haut.Les textes gnostiques ont été étudiés en priorité par des croyants et donc leurs interprétations sont souvent teintés parce que "l'herméneute" aimerait y trouver, il est utile de mentionner je pense tout le "tri" qui a été effectué parmi les évangiles pour en éliminer ceux dont le message ou le contenu ne convenait pas à l'optique de développement prévu pour l'"outil" théologique chrétien. Il ne faut pas oublier non plus que les évangiles ne sont pas contemporains des faits qu'ils décrivent.La question de l'aspect hermétique de ces textes est également interessante à mon avis, et ce n'est pas simplement une question d'époque et donc de transformation du langage, peut être est-ce également la résultante d'une volonté de laisser place à l'interprétation.Voilà tu m'as un peu invité à la réflexion, un but d'atteint ^^Mais pourquoi avoir répondu dans le corps de ton article et non à la suite de mon commentaire? (j'ai mon idée mais la développer compromettrait peut être le retour à une discussion moins axée sur mode de l'escalade)

comprendre 13/02/2008 22:40

Réponse dans le corps de l'article pour mettre en évidence la trame de l'article et préciser le contexte dans lequel elle a été publiée. Je te donne quitus pour ton comportement initial, actons l'incompréhension numérique.L'évangile selon Thomas est un écrit apocryphe qui, de toute manière, ne retranscrit pas des faits. L'herméneute y trouvera donc ce qu'il y cherche ou, avec un peu de chance, ce qu'il doit y trouver ;)Dans tes remarques, intéressantes, il faut dissocier, je crois, les interprétations des évangiles canoniques d'autres textes. Les théologues ont bien rejeté toute interprétation des évangiles, imposant la vision littéraliste ("ce que semble dire le texte dans sa première approche") plutôt que la lecture, par ailleurs traditionnelle en ces temps, interprétative. Pour les autres textes, certains d'entre eux n'ont aucune dimension littérale et ne font que coder un ensemble de croyances (gnostiques par exemple) ou savoirs (Cf. l'origine des coptes) afin de les écarter de la lecture du profane ou de l'inquisiteur.Je comprends bien qu'il faille être prudent sur l'approche herméneutique pour éviter de faire dire tout et n'importe quoi à un texte. Néanmoins, là où tu trouveras quelques "réalités" ou "croyances" religieuses de l'époque transcrites dans un évangile, tu ne trouveras que codes dans certains des écrits antiques (dont bon nombre des écrits de Nag Hammadi).Pour ce qui est de ta remarque sur la volonté de laisser place à l'interprétation, qui pourrait ne pas être complètement dissociable de l' "époque", je suggèrerais que nous avons peut être dépassés l'approche dogmatique des textes et que nous nous autorisons désormais à envisager, quitte à entendre des grognements de désapprobation, "autre chose", qui pourtant existe derrière les textes depuis bien des générations.Oserais-je citer un passage biblique pour illustrer ? Allez :) "Je suis venu jeter un feu sur la terre" nous dit le Christ (textes canoniques et apocryphes). Approche littéraliste, c'est la séparation des "Chrétiens" et des "Non Chrétiens". Approche historique, c'est l'agitateur politique et religieux qui vient jeter les bases d'une nouvelle ère (il y est objectivement arrivé, Cf. les conversions dans la Rome antique). Approche hermétique, le feu est l'ensemble des savoirs qui sont diffusés par-delà le texte, le feu sacré de la connaissance.Je verrai peut-être à intégrer tout cela dans le corps de l'article, on va inaugurer l'idée de "blog participatif" (revival de la campagne présidentielle 2007 !).

Antoine 13/02/2008 19:31

Ah d'accord c'est donc ça l'herméneutique, merci j'ai compris comment comprendre maintenant. Moi qui pensais que l'herméneutique faisait encore débat dans la sphère de la philosophie, je suis content de voir que quelqu'un ai pu circoncir cette problématique en quelques lignes là où, entre autres, Heidegger, Gadamer, Habermas, Derrida se sont perdus en d'interminables écrits et discours.Mais quelle boucle as-tu bouclé?