Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie
Pierre Lemaître - La robe de marié
Eric Dupond-Moretti - Directs du droit

Dan Millman - Le guerrier pacifique
 

14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 22:00

Au détour d'un commentaire dans le prolongement de l'article consacré aux vieux, un courageux sociologue des temps modernes est venu nous dire un gros mot : "jeunisme". Alors, jeunisme, c'est quoi ?

On reconnait, dans ce nom, que l'on veut nous parler d'âge : un "jeune" est une personne qui n'est pas encore très avancée en âge, qui est au début de son existence. Un enfant est donc un jeune, un adolescent est un jeune, un jeune homme ou une jeune fille est un jeune. Un adulte est déjà moins jeune. Un vieux n'est plus jeune.

Dans ce que l'on peut qualifier des âges de la vie, la période "jeune" est supposée être celle de la promesse, les années à vivre sont nombreuses, le corps est robuste et l'esprit vif.


Le jeunisme, c'est, d'une part, l'idéalisation de la jeunesse et, d'autre part, le fait de faire prédominer cette classe d'âge sur les autres âges de la vie.

Notre société moderne (occidentale et "industrielle") aime les jeunes. Elle les aime d'ailleurs peut être un peu trop et on lui reproche de plus en plus son jeunisme. Les médias aiment nous montrer des visages jeunes, des corps jeunes, des histoires de jeunes, des réussites de jeunes. L'étalon marketing est le jeune, de préférence beau et athlétique : il fait vendre, probablement par un effet d'identification, respire la santé et porte en lui un espoir en l'avenir. Le vieux, lui, est plutôt synonyme de faiblesse (du corps, de l'esprit), il est supposé ne plus faire grand chose (immobilisme) et n'ouvre pas de perspectives d'avenir : en un mot, il est "le passé". Or, dans une société moderne, en perpétuelle mutation, où l'image fait loi, où la consommation est le maître mot, ce "vieux" là ne passe pas. Et ce "vieux" là disparait silencieusement du paysage.

Constatons le jeunisme : à la télévision, combien de présentateurs "séniors" ? Assez peu. Dans une entreprise, un commercial sera d'autant plus apprécié s'il est jeune et ambitieux. L'ancien, lui, on lui suggérera peut être de prendre un peu de recul. Les dépenses publiques sont plus orientées sur les équipements à destination des jeunes (aires de jeux, peri/extra scolaires...) que sur les équipements pour le troisième âge (là aussi, logique de rentabilité économique).

Le vieux devient intéressant, notamment en terme d'image, lorsqu'il fait en sorte de ressembler aux jeunes : s'il boit du pepsi et fait du surf on en fait une pub, s'il se fait tirer la peau (pour ressembler à un chat) et fait disparaître de son corps tout ce qui rappelle l'âge, on le met dans un film ou dans la télévision, s'il sourit et donne une image "rétro-classique dynamique" on le met dans une publicité.

Curieux paradoxe que celui d'une société qui vieillit mais qui ne laisse pas de place à ses vieux.

Tentative d'explication ? L'économie de marché a impulsé ses valeurs dans la société : la concurrence fait qu'il n'y a pas de place pour les faibles, pour les produits techniquement supplantés, pour ce qui n'inspire pas l'avenir. Ainsi, la transmission de l'expérience (qui prend du temps), le lien intergénérationnel (qui suppose une prise en charge, même minimale) ou les rites (qui supposent patience et constance) ont cédé leur place à l'individualisme flamboyant ("je" peux tout tout seul), l'instantanéité (hédonisme, sans réflexion morale) et l'utilitarisme (je ne fais que ce qui est bon pour moi).

Le jeune est l'avenir. Le vieux, beaucoup moins. Mais en sommes-nous bien sûrs ?
Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Cratès 08/03/2016 20:44

Bonsoir comprendre,

Philippe clay avait créer une belle chanson face au jeunisme ambiant :

https://www.youtube.com/watch?v=Ms-5f72r97g

comprendre 22/03/2016 22:03

Pas très fan de la chanson mais merci de la proposition, elle est bienvenue en complément de l'article.

Julien DIJOUX 11/05/2012 15:29


Votre argumentation est très intéressante et bien construite, on ne peut être QUE d'accord avec vos conclusion !


Je me suis moi même penché sur la question du jeunisme avec de l'autodérision, des articles plus différents les uns des autres.


lafleurdelage.blogspot.fr ou .com


 


 

Matt 20/08/2009 17:45

Vive le jeunismeUn peu d'autoderision a ce propos sur mon blog : http://lhommequitombeapique.blog.lemonde.fr/

D&D 26/07/2009 03:44

Ahhhhh... Cool... ça marche !Sais pas si c'est toi, moi, ou OB, mais à mon dernier passage : impossible techniquement de laisser un com' ?Bref...J'aime bien ton rebonds ;-)Reste cette question : jeunisme, oui. Je partage ta conclusion. Mais tout de même : paradoxe de notre société qui sacre la jeunesse pour la déposséder ? Qui ne sacre que l'image de la jeunesse ? Pour mieux la dévitaliser ?Je veux dire : les vieux au placard, ça c'est clair ! Mais les jeunes, hormis la dictature de l'image, à quel pouvoir ont-ils accès ? Où sont distribués les pouvoirs aujourd'hui ? Entre qui ? Certes pas nos chers vrais séniors... Mais une certaine génération, bien en place, qui ne lâche rien, qui ne partage rien. Dans tous les secteurs que je connais, hormis ceux totalement non maîtrisés par les roaring 50 & 60 years old : la jeunesse, et presque jusqu'à 40 piges (et je t'accorde que je déborde le cadre de la jeunesse imposée en tant qu'image), n'a concrètement accès à aucun pouvoir réel... Nnnnnnnon ?Tu me diras ce que t'en penses. Bon dimanche, comprendre ;-)

comprendre 30/07/2009 23:12


Très très très intéressant ! Je m'étais laissé du temps pour réagir correctement, mais en fait je suis totalement d'accord avec toi. La jeunesse c'est bien pour faire du fric, mais il faut qu'elle
reste à sa place, dans son "concept" et dans l'image qu'elle véhicule.


Damien59 24/07/2009 01:02

J'entends encore, l'ancienne ministre "de la culture" Christine Albanel disant qu'elle se battrait "contre le jeunisme"...

comprendre 24/07/2009 21:25


Bien sûr, les jeunes se battent pour le piratage alors que les aînés sont pour la FNAC. Pas très intelligent comme approche de la question...