Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie
Pierre Lemaître - La robe de marié
Eric Dupond-Moretti - Directs du droit

Dan Millman - Le guerrier pacifique
 

11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 10:05

Prouesses sémantiques au rendez-vous : parler des "Vieux" sans être péjoratifs, alors même que la notion d'âge avancé est perçue négativement. Nicolas Sarkozy a officialisé le terme sociologiques d'aînés lorsqu'il a nommé une secrétaire d'Etat chargée des aînées. Mais, fait plus intéressant, il a identifié et individualisé la question des Vieux dans une sphère autonome, dissociée de la sphère de la solidarité.

Toute la question de la gestion des Vieux est en effet de savoir si la vieillesse dépendante doit être prise en charge par la solidarité nationale, en établissant par exemple un 5e risque ,"dépendance", couvert par l'assurance maladie, ou si, comme dans les pays du sud, on doit laisser la question de l'âge être gérée par les familles, sans soutien de l'Etat, avec, le cas échéant, un régime d'assurance privée.


France Culture proposait, mardi 7 juillet 2009, une émission "du grain à moudre" consacrée à ce thème, en mettant autour d'une table un représentant des professionnels de l'hébergement des personnes âgées, un sociologue et un philosophe.

Pas mal de choses intéressantes dans cette émission, notamment des chiffres qui recadrent bien de quoi on parle : 80% des plus de 80 ans se portent bien en ne sont pas dépendants. Par contre, le fait que la population des plus de 85 ans soit appelée à doubler dans les dix ans à venir va produire une explosion du nombre de personnes âgées dépendantes, fait qu'il va bien falloir prendre en main du côté de la sphère publique.


Car les 15 000 décès de la canicule 2003 ont déjà fait pencher la balance dans le sens d'une question "publique" des problématiques de l'âge et de la dépendance. Plus question de laisser ces questions aux seules familles, la solidarité nationale semble être destinée à jouer plus activement son rôle dans la gestion de l'âge. Toute la question est désormais de trouver une articulation performante entre les responsabilités individuelles (familiales) et la solidarité nationale.


Le coût de cette solidarité nationale ? 15 milliards d'euros par an. C'est sûr que la période n'est pas propice aux réflexions de cet ordre, mais ce volet de dépenses présente une dimension économique indirecte, notamment par la création d'emplois de services à la personne et par la structuration de territoires autour de l'hébergement des personnes âgées.


Une réflexion pour conclure : l'un des intervenants dans l'émission faisait remarquer que les enfants étaient tout autant inter-dépendants que les personnes âgées. Or, l'enfant c'est l'avenir alors on investit dans des crèches, dans les services péri-scolaires et on ne se pose pas trop la question de l'opportunité de la dépense. La personne âgée, c'est plus délicat : elle est plutôt perçue comme une charge (d'où la terminologie utilisée pour aborder ce thème : dépendance, "prise en charge", "maintien" à domicile...) et l'investissement peut être discuté sous cet angle (utilité de dépenser des fonds ?). Mais c'est une erreur de dissocier les deux : la vieillesse, c'est notre avenir à tous, et la question de la gestion de la vieillesse, notamment dépendante, doit être appréhendée comme une question aussi importante que l'avenir des enfants. Mais, évidemment, penser la vieillesse c'est se confronter activement à un avenir peu festif, celui du vieillissement du corps, de la diminution de l'être, de la dépendance et de la mort. Alors, cette faible prise en compte de la vieillesse dans la sphère publique, serpent de mer depuis près de 50 ans, n'est-elle pas tout simplement liée à notre refus d'accepter notre condition mortelle ?


A écouter sur le site de France Culture jusqu'au 7 août 2009 :

Du grain à moudre - "Mais qui va garder les aînés ?"


Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

D&D 16/07/2009 03:20

Salut comprendre,J'ai sauvegardé le lien vers l'émission. J'écouterai ;-)

comprendre 16/07/2009 10:31


Fais bien attention, c'est 30 jours max à partir de sa diffusion à l'antenne.


D&D 14/07/2009 02:11

Bien heureux d'avoir lu ce billet.La dernière question me semble très pertinente. A mettre en relation avec le "jeunisme" persistant de nos sociétés occidentales. Je vais pas te dire que je suis heureux de vieillir, d'un point de vue physique. Mais le délaissement (pour faire très court, et ne pas parler du pire) des personnes âgées, est vraiment quelque chose de terrible. Et quel gâchis. Tous ces gens surtout seuls. Et toutes ses expériences de vie avec lesquelles nous ne sommes pas invités à échanger, au contraire...Mais je digresse.Et te souhaite une bonne nuit :-)

comprendre 15/07/2009 13:10


En voilà un commentaire constructif ! Il m'aura donné envie de développer sur le thème du jeunisme. Je te conseille d'écouter l'émission, si ce n'est fait depuis, au sujet de la prise "en charge"
(rien que le terme...) des vieux par leurs familles. Il existe des solutions pour aider les occidentaux à garder vers eux leurs aînés, un peu comme dans les sociétés d'Asie ou d'Afrique, cela se
pratique dans les pays du nord de l'Europe. Reste à prendre la décision et à mettre 15 milliards de plus sur la table. Darcos l'a proposé à propos de l'utilisation du futur emprunt national (tu
sais, l'emprunt "Sarkozy"), mais il s'est fait bouler. Bref, le problème reste posé.