Déco...

Recherche

Lecture en cours

 

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?

13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 13:45

On s'était parlé de l'amputation au néolithique. J'avais exprimé un point de vue :

 

On peut se demander si ces hommes n'avaient pas déjà expérimenté cette intervention chirurgicale sur leurs animaux d'élevage avant de la transposer dans de bonnes conditions à un patient humain. A titre personnel, je doute que cette réussite ne provienne que d'un acte chirurgical d'urgence très chanceux, ne serait-ce que parce ce que les méthodes pour stopper une hémorragie ou pour assurer une complète asepsie pendant et après l'intervention sont des techniques médicales complexes qui ne sont pas innées. D'où cette interrogation sur une mise en pratique préalable...

 

La mise en pratique préalable semble se confirmer : dans le cahier "Sciences et vie" n° 121, page 9, il est indiqué que deux chercheurs français ont avancé la thèse d'une expérimentation animale de la trépanation à partir de l'étude d'un crâne de bovin trouvé dans le marais poitevin.


Crâne de bovin trépané

 

Le crâne de bovin, vieux d'un peu plus de 5 000 ans, présente un orifice au-dessus de l'orbite droite. Passé au microscope électronique à balayage, le crâne révèle des stries faites par un outil en pierre, marques tout à fait semblables à celles observées sur les crânes humains ayant fait l'objet de trépanations au néolithique.

 

Les chercheurs ont exclu la possibilité que le "trou" dans le crâne de bovin soit la conséquence d'un coup de corne ou d'un traumatisme similaire car la boîte crânienne n'est pas enfoncée. De plus, ils ont écarté l'hypothèse d'une pratique vétérinaire courante car les crânes trépanés d'animaux sont extrêmement rares. C'est pourquoi ces deux chercheurs avancent la théorie d'une expérimentation animale.

 

Ce bovin aurait donc été trépané, il y a plus de 5 000 ans, dans une démarche de médecine expérimentale.

 

Cela semble confirmer mon sentiment d'une mise en pratique préalable. Avançons d'un pas supplémentaire : je crois que ces connaissances chirurgicales (trépanations, amputations...) ont certainement dû se transmettre d'un groupe à l'autre sinon elles ne se seraient pas perpétuées dans le temps. La transmission a pu se faire par contact direct entre les populations ou, plus improbablement, par le biais de praticiens itinérants. Il est donc possible que ce que nous prenons pour des traces d'expérimentation animale ne soient, en réalité, qu'une mise en pratique démonstrative, comme cela se fera des milliers d'années plus tard. Expérimentation ou démonstration ne sont pas exclusives l'une de l'autre, mais il convient de ne pas oublier cette possibilité.


Publié par comprendre - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

D&D 29/08/2011 23:46



Ah oui, je me souvenais de cette histoire d'amputation. Cette trépanation ici me fait froid dans le dos (c'est mon côté petite nature). En tout cas, je trouve tes hypothèses très logiques (même
si je n'y aurais pas pensé).


Bonne semaine :-)



comprendre 30/08/2011 21:14



Rassure toi, la meuh-meuh s'est réincarnée depuis, de très nombreuses fois, et aux dernières nouvelles elle est une femme marchande de fleurs du côté de Besançon. Tu m'avais parlé du musée de
Nemours : il y a là-bas, je crois, des crânes d'hommes préhistoriques portant de gros trous de trépénation. Arme toi de courage si tu finalises ton déplacement !