Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie
Pierre Lemaître - La robe de marié
Eric Dupond-Moretti - Directs du droit

Dan Millman - Le guerrier pacifique
 

20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 20:42

Impossible de trancher ici le débat historique sur l'existence du poète aveugle antique "Homère" a qui est attribuée la paternité de l'Illiade et de l'Odyssée.

Dominique Ingres l'apothéose d'HomèreDominique Ingres, L'apothéose d'Homère, Musée du Louvre


Voici qu'au détour d'une recherche sur Homère est apparu un fragment d'hymne homérique. Il est extrait d'un texte faussement attribué à Hérodote intitulé "La vie d'Homère" :


CONTRE LES HABITANTS DE CYME

A quelle terrible destinée le puissant Jupiter a-t-il permis que je fusse en proie ! Moi dont l'enfance fut nourrie sur le sein d'une mère chérie. Par la volonté du dieu de l'égide, les peuples de Phriconis l'entourèrent de murs. Habiles guerriers, habiles à dompter les coursiers, brillant d'une ardeur martiale, ils habitent dans le sein de l'éolienne Smyrne, voisine de la mer, battue par les vagues, et que traversent les ondes limpides du divin Mélès. C'est de là que vinrent les filles de Jupiter, vierges aimables qui m'inspirèrent de célébrer la terre divine et la ville des Héros ; mais ces hommes ignorants dédaignèrent ma voix sacrée et mes chants illustres. Qu'ils soutirent le malheur à leur tour, ceux dont la méchanceté a médité ma perte. Moi cependant je me résignerai à cette destinée qu'un dieu me réserva lors de ma naissance, et je la supporterai avec une âme patiente ; mes pieds ne me porteront plus dans les vastes rues de Cyme ; tout mon désir est de me rendre chez un peuple étranger, quelque obscur qu'il soit.


Quelle surprise de voir autant de haine dans les propos du poète ! Il est intéressant d'établir le contexte pour en retirer des enseignements.

La cité antique de Cymé était située en Asie Mineure, sur la côte, à 40 km au nord de Smyrne (l'actuelle Izmir en Turquie, face à Athènes une fois franchie la mer d'Egée).

D'après le texte prétendument attribué à Hérodote, Cymé serait la ville natale de Crithéis, la mère d'Homère. Le poète, lui, serait né à l'occasion d'une fête en plein air sur les bords du fleuve Mélès. Le nom de naissance du poète, Melesigenes, rappelle son lieu de naissance.

Homère, devenu jeune adulte, et après avoir bourlingué quelques temps sur les mers, serait revenu à Cymé après avoir perdu la vue (maladie). Son ambition était probablement de s'y réinstaller (puisqu'il y avait vécu ses premières années de l'enfance) et de s'y établir en qualité de poète.

Or, s'il est très bien accueilli dans la proche colonie de Cymé appelée Neon-Tichos, Melesigenes ne trouve pas l'accueil auquel il s'attendait dans sa cité familiale...


Départ de CyméDépart de Cymé
Illustration, Le poète de Kymé d'Anatole France, 1923


Arrivé à Cymé, Melesigenes fut introduit dans des assemblées de vieillards où il récita des poèmes, s'accompagnant à la Lyre. Il y reçu un accueil chaleureux et au bout de quelques temps, Melesigenes leur proposa un marché : si la cité acceptait de lui assurer sa pitance et l'accueillait en son sein, il donnerait l'immortalité à Cymé en composant des poèmes à sa gloire. Les vieillards trouvèrent la proposition séduisante, l'immortalité de la cité contre l'entretien d'un poète si fécond, voilà un beau marché ! Ils proposèrent à Melesigenes de présenter officiellement sa demande au Sénat de Cymé pour conclure un accord formel.

Le poète fut introduit devant le Sénat, y présenta sa requète et y fit une démonstration. Une fois son oeuvre accomplie, Melesigenes se retira et attendit la décision du Sénat.

"Tous inclinaient à nourrir Homère pour ce salaire de mémoire et de gloire qu'il promettait à la ville" (Lamartine) Néanmoins, au milieu de l'accord naissant qui apparaissait dans l'assemblée, un sénateur prit la parole : matérialiste, et peu enclin à envisager la gloire ou l'histoire de sa cité, celui-ci expliqua que les fonds de la cité seraient mis à mal si elle commençait à accueillir tous les aveugles qui venaient lui demander l'asile. Les membres du Sénat, qui ne voulaient pas "paraître moins sages et moins économes des deniers du peuple que ce sénateur" (Lamartine), décidèrent alors de refuser l'offre de Melesigenes.

Il est à noter ici que, dans la langue des Cyméens, le mot "homéros" signifiait "aveugle". Le sénateur matérialiste a dû lancer quelque chose du genre "Nous n'allons pas accueillir tous les aveugles qui traînent" et... voici probablement l'origine du nom d'Homère, il est un des "aveugles" dont parlait le sénateur.

Néanmoins, il faut garder à l'esprit que certains historiens ont prêté une dimension symbolique à cette qualification d'aveugle. En effet, dans une lointaine tradition historique dont on retrouve des traces en Europe de l'Est, les poètes sont qualifiés d'aveugles pour expliquer le fait qu'ils sont déconnectés de la réalité, qu'ils ont atteint un niveau d'éveil qui dépasse celui des sens humains. En devenant "aveugle" au monde qui l'entoure, le poète touche à une connaissance divine (qui d'autre voit une référence certaine au gnosticisme dans cette histoire ?). Aussi, si Homère a véritablement existé, il pourrait n'avoir jamais été aveugle (de ses yeux), mais tout simplement désigné par "aveugle" en référence à son statut de poète. Le sénateur a très bien pu, d'ailleurs, dire sa phrase au sens de "on ne va pas accueillir tous les poètes qui traînent" en utilisant le terme générique, mais métaphorique, d'aveugles (Homéros).

Mais revenons à nos moutons...

Homère, informé du choix des Cyméens, fut indigné, se sentit trahi, et accabla les habitants de sa cité familiale :

"Je venais ici, patrie de ma mère,pour y conduire avec moi les Muses, filles aimables de Jupiter, et pour assurer une éternelle renommée à Cymé!... et ses habitants refusent d'entendre leurs voix divines ! Qu'ils soient déshérités de tout souvenir, et qu'ils subissent les peines dues à ceux qui insultent au malheur et qui repoussent l'indigent !"
Alphone de Lamartine, "La vie des Grands Hommes", 1856

La condamnation prononcée par Homère est grave : l'oubli collectif (c'est-à-dire que l'Histoire ne retiendra rien de la cité, l'oubliant, tout simplement) est une malédiction grave dans la Grêce antique où tout un chacun rêve d'inscrire son nom dans le marbre pour jouir d'une gloire posthume.

Mais comment expliquer une réaction aussi indignée d'Homère ? Il revenait dans sa patrie de naissance en estimant qu'il était légitime à demander l'asile dans la cité. Ayant vécu ses plus jeunes années à Cymé, il pouvait parfaitement prétendre à y mourir. Néanmoins, il comptait sur son talent de poète pour que les citoyens assurent sa subsistance, à défaut de quoi il serait condamné à une vie d'indigent (clochard pour nos lecteurs les plus jeunes, kikou-lol-Tokio Hotel !). Or, ce qu'Homère tenait pour juste a été défait par une autre considération, celle du bien collectif, exclusivement fondé sur une approche matérielle de la vie. Où serait l'intéret de Cymé d'être dotée d'ôdes à sa gloire mais dans l'incapacité de s'armer contre l'envahisseur ? La décision du Sénat, bien qu'objectivement injuste contre le poète, n'en est pas moins raisonnée. On soulignera néanmoins la lâcheté des Sénateurs qui n'ont su faire entendre la contradiction philosophique, pourtant majoritaire, à ce jeune sénateur matérialiste (un futur "crâne d'oeuf du ministère des finances" comme dirait le canard enchaîné !).

Homère affirme toutefois assumer le sort que lui ont destiné les dieux et partir volontairement de la cité qui le rejette, estimant que les peuples obscurs (barbares) seront encore de meilleure compagnie de les traîtres Cyméens.

La suite de la vie d'Homère démontre que ce rejet n'était peut être qu'une étape douloureuse à vivre pour qu'il puisse connaître sa gloire : arrivé à Phocée, Homère rencontra son mécène, Thestorides, qui lui permit de devenir l'auteur antique dont nous conservons encore la mémoire. En aurait-il été de même si les Cyméens l'avaient accueilli ? Finalement, méritaient-ils vraiment la malédiction d'Homère, eux qui ont contribué à ce qu'il poursuive sa route vers son destin ?


La colère d'AchilleLa colère d'Achille
"Chante, ô déesse, le courroux du Péléide Achille"
Homère, L'Illiade, Chant I
 

 Article publié initialement sur mon précédent blog le 13 janvier 2008.

-> Pensez à lire la fiche d'identité d'Homère sur mon blog !


Publié par comprendre - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

yugygjggg 08/01/2015 08:49

sa ma aider pour mon espo
*

yugygjggg 08/01/2015 08:49

merci

D&D 08/03/2009 04:07

Pas encore lu Homère non plus (Toi, tu vas arrêter de me parler si je continue à faire de si terribles aveux...)Je ne connaissais pas non plus cette notion "d'aveugle". Bien intéressant Bon dimanche !

comprendre 08/03/2009 12:53


J'avoue que ce qualificatif d'aveugle pour désigner un poète à quelque chose de séduisant. Pas de honte à avoir, il y a tellement à voir/lire/faire en ce bas monde que nous en avons toujours plus
devant nous que derrière nous ;) L'essentiel c'est d'être dans une dynamique d'appréhension et de ne pas se laisser décourager (t'as vu que je dis pas "consommation", je ne voudrais pas te donner
des idées de business !). Ah, 4h du mat, ce coup-ci j'étais réveillé, j'écoutais un album (wish...) de pink floyd en m'endormant ;)


Jean-louis 21/02/2009 14:18

accessible à tous même aux plus jeunes (kikou lol tockyo hotel

comprendre 21/02/2009 15:55


En réponse à ta question, ce texte est disponible sur google books :
http://books.google.fr/books?id=GCQVAAAAQAAJ&pg=PA171&dq
Le lien t'amène à la page d'où est tiré le texte de départ de mon article ;)
La traduction que j'ai utilisée est tirée d'un site internet reprenant la
traduction d'Ernest Falconnet.
Tu sais tout ! comprendre