Déco...

Recherche

Lecture en cours

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?
Guy de Maupassant - Yvette
Guy de Maupassant - Contes divers
Guy de Maupassant - Contes du jour et de la nuit
Hermann Hesse - Demian
Hermann Hesse -  Le loup des steppes
Comtesse de Ségur - Les malheurs de Sophie

12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 12:04

 

Comment la vie est-elle apparue sur terre ? Aie aie aie, mal de crâne en perspective ! Acides aminés, bouillon primitif... Et puis comment expliquer à des enfants l'apparition de la vie sur terre ?

 

Je vous propose de regarder ce petit film d'animation qui dure sept minutes et qui est très grand public.

 

O comme origine (7'38)

Réalisation Yannick Mahé - Production CNDP/CNRS

 

Picolina explique la théorie scientifique actuelle telle qu'issue des recherches en biochimie : "Enfin comme tout cela date de bien longtemps, je ne me rappelle plus trop bien de tous les détails, mais les savants nous disent que c’est probablement comme ça qu’a dû apparaître la vie."

 

Plein d'autres choses sur : evolution-of-life.com

 

Publié par comprendre - dans Divers
commenter cet article
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 04:58

 

François-André Vincent

François-André Vincent - Bélisaire, réduit à la mendicité, secouru par un officier de Justinien (1776)
Musée Fabre, Montpellier (France)

 

Bélisaire fut un général de l'empereur Justinien. Il demeure célèbre pour ses faits d'armes, notamment pour avoir reconquis une grande partie de l'empire romain d'Occident (530 env.), ainsi que pour sa loyauté envers l'empereur d'Orient.

 

Le repos de BélisaireBélisaire mendiant - Gravure

Sculpture : Antoine Denis Chaudet - Le repos de Bélisaire aveugle (1791 ?)
Musée du Louvre, Paris (France)

Gravure : illustration du "Bélisaire" de Marmontel, édition de 1780

 

Jacques-Louis David - Le Bélisaire

Jacques-Louis David - Le Bélisaire - Huile sur toile 43x55
Marchand d'Art

 

A compter du XIIe siècle nait une légende sur la fin de vie de Bélisaire : compromis dans un complot contre Justinien, le général Bélisaire aurait été condamné à avoir les yeux crevés et à survivre de la mendicité publique.

 

Jacques-Louis David

Jacques-Louis David - Bélisaire demandant l'aumône (1781 ?)
Palais des Beaux-Arts, Lille (France)

 

Le thème artistique de Bélisaire mendiant, souvent reconnu par un de ses anciens soldats, est un sujet artistique régulier, en France, dans les années 1770 / 1780. En témoigne, notamment, le célèbre tableau de Jacques-Louis David (reproduit ci-dessus).

 

Jean-François-Pierre Peyron

Jean-François Pierre Peyron

Bélisaire recevant l'hospitalité d'un paysan ayant servi sous ses ordres (1779)
Musée des Augustins, Toulouse (France)

 

François Gérard - Bélisaire portant son guide piqué par

 

 

 

François de Nomé

F. de Nomé - Bélisaire reconnu par un de ses soldats (?)
Musée des Beaux-arts, Orléans (France)

 

 

 

 

François Gérard - Bélisaire portant son guide piqué par un serpent (1795) 

Musée J. Paul Getty, Los Angeles (Etats-Unis)

 

Nicolas René Jollain

Nicolas René Jollain - Bélisaire demandant l’aumône (1767)
Collection particulière

 

Publié par comprendre - dans Histoire
commenter cet article
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 22:56

Savez-vous où se situe la ville antique de Babylone ?

 

Localisation Babylone carte mondiale

 

La cité antique de Babylone est située en Irak, à 80 kilomètres au sud de Bagdad, la capitale iraquienne.

 

Localisation Babylone Bagdad

 

La ville la plus proche est Hilla, située à moins de 10 kilomètres au sud. Hilla est une cité moderne d'environ 500 000 habitants.

 

Babylon vue satellite

 

La photographie ci-dessous présente une vue satellite récente de ce qui reste du centre politique et cultuel de la cité antique. On y distingue notamment les fondations de la ziggourat dédiée à Mardouk (petit carré en bas de l'image), le palais sud (reconstitué) de Nabuchodonosor II (le polygone au centre de l'image), la voie processionnelle (à l'est du palais, la ligne verticale qui le longe en remontant).  Notez également la présence du Tigre, le fleuve que l'on voit sur la gauche de l'image, qui "coupait" en deux la cité de Babylone (dont, grosso modo, on ne distingue sur cette photographie satellite qu'un tiers, voire un quart, de la superficie antique). L'espèce de truc circulaire que l'on voit sur la rive du Tigre est un palais de Saddam Hussein construit à la fin du XXe siècle.

 

Visiteurs, pensez à lire les autres articles publiés dans la catégorie "Babylone" de ce blog !

 

Publié par comprendre - dans Babylone
commenter cet article
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 12:43

 

Leslie Nielsen

Le lieutenant Frank Drebin est mort

 


Publié par comprendre - dans Cinéma
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 11:36

Au fil des siècles, la localisation de la capitale de l'antique empire de Babylone s'est perdue, seules les populations locales conservaient la mémoire de l'emplacement d'une cité puissante ensevelie sous les sables, desquels surgissaient parfois des tablettes de terre cuite, des cylindres mystérieux ou des briques colorées. Une colline, dénommée "Tell Babil" et située au nord de la cité, gardait encore une référence à cette capitale disparue.

 

Située hors des grandes routes, dans une région aride et peu hospitalière, le site de Babylone ne pouvait pas être découvert "par hasard". Les touristes du XVIIIe et XIXe siècles étaient invités, en guise de tour de Babel, à visiter une ziggourat du IIe siècle dans la proche périphérie de Bagdad, bien loin de l'emplacement réel de la ziggourat du temple de Marduk à Babylone qui fut l'inspiration probable du mythe biblique. Un lion de granit gris, à moitié enseveli, était, par contre, montré aux visiteurs qui venaient dans la région de la vraie Babylone.

 

Babylone AntiquePlan manuscrit d'une partie de la cité antique - 1920 environ

 

La redécouverte de Babylone se fait en plusieurs temps : les Français et les Anglais traversent la région, cartographient, interrogent, achètent des antiquités, émettent parfois des hypothèses, mais aucun n'identifie la localisation de la cité perdue.

 

Revenant de Londres où il avait pu observer de nombreux bas-reliefs que l'Angleterre avait découvert dans une Mésopotamie "abandonnée" des Français, le ministre de l'intérieur, Léon Faucher, fait voter à l'Assemblée Nationale, en août 1851, un budget de 78 000 francs pour financer une expédition scientifique et artistique en Mésopotamie.

 

L'expédition part de France au mois d'octobre 1851. A sa tête, le diplomate français Fulgence Fresnel (par ailleurs cousin de Prosper Mérimée et frère d'Augustin Fresnel, physicien a qui l'on doit des découvertes dans le domaine de l'optique), accompagné du docteur Jules Oppert (orientaliste et épigraphiste allemand), de Félix Thomas (architecte) et d'Edouard Perreymond (secrétaire-comptable de la mission).

 

La mission, fortement documentée, demeure célèbre par ses échecs. Du fait de retards liés à l'instabilité de la région, de sérieuses difficultés financières sont intervenues très tôt, ralentissant les travaux de fouilles qui avaient démarré en juillet 1852, et rendant difficile la vie quotidienne du groupe. A cela s'ajoutèrent les difficultés de communication avec les administrations françaises en charge du suivi de l'expédition, les ordres et contre-ordres et les demandes tatillonnes de justifications comptables.  Puis, la santé des uns et des autres a été mise à rude épreuve. Ainsi, Thomas, qui souffrait déjà d'hépatite avant sa venue en Babylonie, fut un jour pris de fièvre et d'un profond délire paranoïaque, ce qui le conduisit à faire feu sur un cheikh, persuadé que celui-ci voulait l'assassiner. On imagine les risques qui auraient pesé sur les occidentaux si Thomas avait réellement tué cet homme... Enfin, les relations entre les différents membres de la mission n'étaient pas les meilleures, surtout entre Fresnel et Oppert. Progressivement, l'équipe s'est délitée. Fresnel, malade, épuisé et découragé, demeurera à Bagdad jusqu'en 1855 où l'opium, la dysenterie et des problèmes circulatoires précipitèrent sa mort le 30 novembre. Pire encore, le matériel archéologique trouvé à Babylone, soit une quarantaine de caisses, sombra dans le Tigre le 20 mai 1855, près de Kournah, à la suite d'une énième tentative de pillage de l'embarcation sur laquelle se trouvaient les pièces.

 

Mais le bilan de l'expédition française, bien que peu glorieux, n'est pourtant pas négligeable : tout d'abord, la mission a permis d'identifier, grâce aux textes et objets découverts dans le kasr (tumulus artificiel qui s'élevait à l'emplacement du palais royal antique), que le site fouillé correspondait bien à la capitale de l'empire babylonien. De plus, ces recherches ont permis à Oppert de publier, à partir de 1859, des travaux importants relatifs à l'écriture cunéiforme.

 

Les conclusions de Fresnel, dans une lettre testament du 31 janvier 1855, démontrent que le chercheur, en plus de ne pas avoir su trouver les vestiges encore enfouis, se fourvoyait sur l'intérêt archéologique du site. En effet, il indiquait au ministre de l'intérieur que l'intérêt pour ce site était fondé sur une chimère ayant aveuglé les Anglais quelques dizaines d'années plus tôt. Pour lui, il n'y avait plus de bâtiment gigantesque ou de découverte majeure à faire sur ce site antique, le temps ayant fait son oeuvre.

 

Il se trompait...

 

 

Pour en savoir plus :

 

- Jules Oppert, "Expédition scientifique en Mésopotamie exécutée de 1851 à 1854", Tome 2, 1859
- Jules Oppert, "Expédition scientifique en Mésopotamie exécutée de 1851 à 1854", Tome 1, 1863

- Maurice Pillet, "L'expédition scientifique et artistique de Mésopotamie et de Médie - 1851-1855", 1922

 

Publié par comprendre - dans Babylone
commenter cet article