Déco...

Recherche

Lecture en cours

 

Lectures 2017

Paul Veyne - Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?

3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 16:40
A l'attention des gens qui critiquent lefigaro.fr sur cette page là 1 :


VOUS N'AVEZ PAS BIEN LU LA PREMIERE INFORMATION DU JOUR !



Bis Repetita...

Nicolas Sarkozy
et personne d'autre


a libéré

jesaisplusqui




C'est clair ce coup-ci ?


1 : Article "Betancourt libre : sur Le Figaro, Chirac et Villepin coupés au montage !"
Citation : "33 secondes disparaissent malencontreusement entre le remerciement à Nicolas Sarkozy et les derniers mots d'Ingrid Betancourt : "Merci la France". Il s'agit tout simplement de ses remerciements au président Jacques Chirac (qui ça ?) et de ceux, très appuyés, à Dominique de Villepin et son épouse (qui donc ?) !"


Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 11:10

LE CIRQUE ARRIVE EN VILLE

Regarde papa, c'est Ingrid !

Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 10:55

Nicolas Sarkozy a libéré Ingrid Betancourt


Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 16:11
Les médias essayent actuellement de créer une polémique autour de cela : une assistante sociale a dénoncé à la police un sans-papier qu'elle avait rencontré dans le cadre de son travail. Le secret professionnel aurait dû primer, et rien ne la contraignait à dénoncer cet homme.

Je vais vous dire ce que j'en pense : je m'en fout complètement.

Mais j'offre à votre lecture réservée une autre histoire, un peu plus surprenante...

Dans une vie (professionnelle) antérieure, j'ai été amené à connaître une situation où des sans-papiers souhaitaient inscrire leurs enfants dans une école rurale.

Le personnel administratif de la collectivité en charge de l'école avait sollicité les avis juridiques de l'Etat pour savoir s'ils avaient l'obligation ou non d'inscrire les enfants. Je ne peux pas trop en dire, mais on les sentait  plutôt motivés pour se décharger de ces "gens là". Mais, quelle que soit la situation administrative des parents, ils avaient l'obligation d'inscrire les enfants. La collectivité avait alors fait traîner les choses, espérant que les parents n'insisteraient pas...

Que nenni ! Les parents sont revenus, aidés ce coup-ci par un réseau associatif spécialisé dans le droit à la scolarisation.

Tenez-vous bien... la collectivité a alors saisi les renseignements généraux pour leur signaler l'affaire... Pas les gendarmes ou le service "étrangers" de la préfecture, mais les RG ! Rappelons quand même que l'histoire administrative des RG a démarré sous Vichy.


"C'est français, c'est la police française !"


Notez bien que je n'ai rien contre les RG, c'est la dynamique intellectuelle de la collectivité que j'ai trouvé plutôt malsaine...

Publié par comprendre - dans Actualités
commenter cet article
29 juin 2008 7 29 /06 /juin /2008 14:36
La verdict est tombé : la liaison WIFI entre mon PC et ma freebox fait planter mon ordinateur. Bilan :  restructuration de toute mon installation PC/Télé/Hifi.

L'obligation de m'adapter à un dysfonctionnement inattendu m'a permis d'améliorer un système que je tenais pour optimal. En effet, en restructurant, j'ai pu arriver à des choses positives inattendues : gagner de l'espace en déplaçant un meuble ou améliorer la liaison entre la box et la télé.

Voilà plusieurs jours que je pense au changement en tant que mode de vie. Cette expérience, anodine, me conduit à penser qu'il faut (obligation) se forcer pour changer les choses, même si elles paraissent globalement bonnes. Se satisfaire de la situation empêche de la repenser et donc de l'améliorer.


Chute libre - Un mec qui décide très soudainement de tout changer


Une autre tendance consiste à penser que l'insatisfaction ne permet pas d'accéder au bonheur : le changement régulier ne permet pas d'arrêter une situation acceptable et de créer une stabilité rassurante.

J'ai tendance à penser que le changement est un challenge de la vie, la remise en cause d'une situation oblige à anticiper, à s'adapter... à vivre ! Peut-on accepter *une* vie quand une infinité d'autres nous tendent les bras au quotidien ? Ami lecteur, sache que demain matin tu peux prendre un avion et partir vivre au Chili, quitter ton mari ou ta femme, claquer la porte de ton entreprise ou te mettre en pré-retraite pour vivre maintenant tes passions : qu'est-ce qui nous retient dans une situation si ce n'est des blocages psycho-sociologiques, un pseudo confort matériel, ou la peur ? L'essentiel, dans notre courte vie, doit-il être l'action ou la prévention ?

Hier soir, je me disais qu'il serait bien que le prépare une reconversion professionnelle avec une échéance de 10 ans. J'aime la nouveauté, cela me motive, et je sens que mon métier actuel ne me permettra pas de m'épanouir sur le plan personnel à moyenne échéance.

Changer de vie : un défi pour certains, une folie pour d'autres.


La Mongolie

Publié par comprendre - dans Philosophie
commenter cet article